X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Récit] Chroniques de la maison Gryf. Un AAR wend.

    Chroniques de la maison Gryf

    Notes préalables:
    La partie est jouée en Ironman
    J'utilise le mod Historical Immersion Project, avec tout ses modules d'installés.


    Siemomysl, premier prince des Poméraniens de la maison Gryf


    Swietibor et Gniewomir, ses fils. Gniewomir, le cadet sera désigné héritier, du mérite d'être moins médiocre que son frère.

    Mon nom est Jens Bjornsson, né en l'an du seigneur 1050, sur l'île Gotland, terres soumises au Roi des Svear, Stenkil. Depuis mon plus jeune âge, j'ai été prédéstiné à devenir homme de foi. En cet terrible 1068è année après la naissance de notre Seigneur, je fus capturé par des guerriers appartenant à la bande de l'héritier de Ziemomyzl, Knievomir, lorsque les Wends, menés par le premier, alors prince des Poméraniens envahirent le Gotland, pillant les villes et les églises, tuant ou capturant les braves et déshonorant les femmes de ceux-ci.. Par chance, je ne fus pas vendu au mahométants ou réduit au rang de serviteur d'un des pillards, le miséricordieux Knievomir décidant de mettre à contribution une capacité qu'auncun wend ne possède, jusqu'à ce jour: Ecrire dans la langue de notre Sainte-Mère l'Eglise.


    Le massacre d'Othem et le résultat du pillage poméranien

    Le pays des Poméraniens, gouvernés par les Gryf, s'étend entre l'Oder et et la Vistule, respectivement à l'Est et à l'Ouest. Au nord, leur terre est limitée par la mer Orientale (Baltique), qu'ils appellent mer Balt. Au sud, une série de fôrets, de lacs et de rivières les sépare des terres du plus puissant royaume répondant à notre Saint-Père à Rome: Le Royaume des Polonais, gouverné par Bolezlav. A l'est se trouvent les tribus des Pruz, qui vivent en paix avec les Poméraniens. A l'ouest de l'Oder vivent d'autres Wend, mais ceux ci sont appellés Abodrites, gouvernés par Krutoj des Wizlawid. La capitale des Gryf se trouve à Setno (Szczëtno/Szcecin), urbs comptant quatre temples rendant honneurs à leurs dieux païens. Le plus grand temple est celui de Triglav, leur Pluton. On me dit qu'a Arkona, sur l'île de Ruga (Rügen) se trouve un temple plus magnifique et plus grand encore, où il adorent Appollon et Mars regroupés sous un même nom: Svantevit.


    Les deux principaux voisins

    Le père de mon maître, Ziemomyzl est le premier des Gryf. Son pays étant pauvre et menacé par de puissant voisins au sud et à l'Ouest, il décida, à la manière des anciens danois et norvégiens, d'attaquer les terres de bons chrétiens et les piller. En l'an du seigneur 1067, les Poméraniens, à la faveur de la nuit, débarquèrent cinq légions sur l'ïle qui m'a vue naître. Au matin, il trouvèrent le camp des braves hommes qui se préparaient à rejoindre les forces du Roi, à Uppsala. Ils fondirent tel des loups sur les brebis et les envoyèrent rejoindre notre Seigneur, tout en perdant un seul homme. Ils pillèrent ensuite toutes les villes et temples de l'Île. En 1068, les derniers pillards quittèrent l'Île, peu après la mort de Ziemoyzl, m'emportant à l'occasion.


    La mort de Siemomysl


    Le partage


    Ses fils, Zvietibor (Swietibor) et Knievomir se partagèrent alors l'héritage et la terre. Désigné successeur par son père, Knievomir pris en possession toute les terres occidentales et centrales, ainsi que le primat sur les Poméraniens. Zvietibor, son aîné, reçu toutes les terres orientales, autour des urbs de Gdanzyk (Gyddanzyc/Gdańsk) et Sviet (Świecie), mais refusa de reconnaître le primat se son frère et seigneur. Peu après, lors d'une célébration, Zvietibor mourru, terrasé par la boisson. D'aucuns ont accusé mon maître d'être à l'origine du triste accident. Knievomir tenta de capturer la femme de son frère, qu'on a accusé d'avoir participé à la conspiration contre la vie de son frère, mais celle cie se réfugia dans les terres Abodrites. Récupérant les terres de son aîné, le prince Knievomir prépara une nouvelle expédition.


    La mort de Swietibor, due à la boisson



    La fuite de la femme de Swietibor



    Dans la seconde moitié de l'an 1068, Knievomir ordonna de rassembler są flotte et ses légions. Ce fait, il mena une expédition vers les terre des Rous (Rus'). Remontant le Volkov, ils arrivé devant la grande cité de Novgard (Novgorod) et l'assiéga. La même année nous arriva une terrible nouvelle: L'Empereur et Roi des Romains Henrik (Heinrich) contesta la légitimité de notre Saint-Père, et fît élire un autre pape, l'êveque de Cologne, du nom d'Anno.



    L'Anti-Pape
    Le siège de Novgard dura plusieurs mois et même l'hiver ne put entamer la détermination des attaquants comme des défenseurs. Cependant, au moins de juin, la ville finie par tomber. Aucun temple, aucun palais ne résista au pillage. Au moins huit centaines de prisonniers fûrent ramenés, dont l'êvêque de la ville, appelé „metrolipotanus” et de nombreux trésors fûrent chargés à bord des bateaux du prince.


    Novgorod brûle

    Au retour de son expédition, Knievomir fût informé que profitant de son absence, Krutoj l'Abodrite avait envahi ses terres et déjà pris Setno et Biolgard (Biologard), une autre province du prince. Knievomir tenta de reprendre Biolgard, mais ses légions fûrent attaquées et défaites par les hordes abodrites. Le prince n'eut d'autre choix que de reconnaître en Krutoj son suzerain et maître. Les Abodrites se rendirent ainsi maîtres de toute la côte sud de la Mer Orientale.



    L'invasion, la défaite et la montée en puissance des Abodrites (Veligrad)


    D'autres nouvelles affluèrent de la Chrétienneté. Le Roi des Svear dû affronter une révolte des seigneurs païens, la Jarl d'Uppland et du Thane d'Ostergoland. Les païens écrasèrent leur roi et refusèrent son autorité. Le Roi du pays des Angles avait repoussé l'invasion du bâtard normand et combattait l'invasion du tyran Harald Hardrada, soutenant le frère du roi angle, le traître Tostig. L'Empire grec quand à lui, avait subi une défaite contre un seigneur mahométan, Alp Arslan, roi des Seljukid et perdu à l'occasion le pays d'Irminya (Arménie).





    La réaction païenne en Suède (Aboutie à l'indépendance de deux duchés, la guerre en Angleterre (Gagnée par Harold Godwinson) et l'invasion seldjoukide (Victoire turque)


    En 1071, le chef des Abodrites réclama que le Roi des Polonais, Bolezlaw, connu comme „Le Brave” lui paye un tribut en or, fourrures et sel. Le refus du Roi entraîna une invasion wend. L'armée polonaise, défendant les gués de Zantok (Santok) et Koztrin (Cosztrezine) fût écrasée par les forces de tous les tribues wend. L'armée de mon seigneur Knievomir, participa aux deux batailles, puis s'en alla piller les terres de l'Archêveché de Gnizno (Gniezno). Après avoir pillé le siège de l'Archêvéché, les légions de mon maîtres fûrent attaquées par une force de secours bohémienne. Rassemblant la totalité des forces païennes, les bohémiens fûrent encerclés et massacrés par les wend. Le Roi vaincu n'eut d'autre choix que jurer de payer un tribut régulier au prince Abodrite et de lui fournir des hommes pour ses expéditions, en échange d'un serment de protection. Le serment eut lieu à Poznan, en l'an du seigneur 1072.




    La guerre et les victoires des armées wends



    En 1074, après avoir profité de la paix pour reconstruire ses légions, Knievomir lança une expédition contre le pays des Danes. Les terres du Roi fûrent pillées, puis ce fût le tour du riche pays d'Utland d'être dévasté par Knievomir. Entre temps, le jour de la Saint Rémi de la même année, Krutoj l'Abodrite se couronna Roi des Wends et fixa są capitale à la forteresse de Cedin (Ciedino). Mon prince revendiqua alors le primat sur les tribues de Pomérélie. En récomponse de son rôle lors de la guerre contre les polonais, Knievomir fût nommé comme un des chefs de l'armée du Royaume.


    Le Royaume des Wends



    La maison Gryf réussit à récupérer un titre.


    Les terres du roi danois, dévastées.

    Trois ans plus tard, profitant d'une révolte de seigneurs d'Holland, Niterlotring (Basse Lorraine) et Friz (Frise), Knievomir mena ses légions contre la ville d'Antwerp. Mais une force de secours repoussa ses troupes des murs de la cité, non sans perdre moûlt hommes. Après quelques expéditions mineurs sur la côte saxonne, le prince revint contre la ville. Cette fois-ci, aucun seigneur ne vint à son secours et la ville subit le triste sort de Novgard.

    La défaite d'Antwerp


    Le pillage d'Antwerp, ville abandonnée par son seigneur à son sort


    Le nouveau roi, Krutoj commença à exiger plus de pouvoirs sur les tribues. Profitant de ses liens avec la cour du Roi, Knievomir affirma qu'il descendait du Grand Wench, premier maître de toutes les terres entre l'Elbe et la Vistule, grand conquérant et élu de Zvantevit. Ainsi, si le roi Krutoj ou un de ses descendant mourrait sans héritiers ou qu'il venait à être renversés, il serait le plus légitime pour prendre la tête des tribus.


    Gloire à Gniewomir, descendant du Grand Wench !

    Le Roi, dont l'autorité avait tremblé, commença alors une véritable confrontation avec son plus puissant vassal. Plusieurs rumeurs se déversèrent telles le poison du Serpent qui amena Adam et Eve à commetre le Péché: La reine aurait trahit son Roi, grivoisant avec Knievomir. Pire, d'autres rumeurs accusèrent mon maître de ne pas limiter son témpérament à une seule, indiquant que même son héritier, le jeune Tomos (Tomösz) n'est pas le fils de la femme de mon prince, ni d'aucune de ses concubines. Les langues des menteurs insinuant aussi qu'un complot se jouait contre la vie du Roi Krutoj et que mon suzerain y jourait un rôle notable.


    ...



    ...


    L'année 1083 vit la révolte des paysans et du petit peuple de l'ïle de Volin (Szvuine), suite à de multiples abus de la part d'une famille d'importants possédants de terre. L'armée du Roi vint mater la révolte, alors que les troupes de Knievomir se rassemblaient en vue d'une expédition vers l'Ouest. L'année suivante, après avoir envoyé są fille aînée se marier à un jarl lapon, Knievomir à la tête de 5 légions fondit sur le Cent, en révolte contre son souverain. Cette même année naquit un enfant que tout le monde disait qu'il avait été conçu par mon suzerain et la reine. Knievomir brûla le Cent, puis attaqua le pays des Saxons du Sud, tout en aidant l'armée royale dans une bataille contre les rebelles.



    La révolte paysanne


    Le mariage de la fille de Gniewomir


    http://image.noelshack.com/fichiers/...8-22-00048.jpg
    La bataille de Geldefort. 1500 loyalistes soutenus par les troupes de Gniewomir écrasèrent les rebelles, brisant leur capacités offensives pour de bon

    http://image.noelshack.com/fichiers/2015/35/1440438640-2015-08-22-00049.jpg
    [/IMG]
    Le Kent et la Saxe du Sud, pillées.


    La région fût dévastée et en 1086, mon seingeur retourna vers ses terres. Il subit alors la pire trahison possible: Sa propre femme affirma que son mari s'était adonné au vice avec une prêtresse. Enfin, la fin de l'année nous apporta de tristes nouvelles de l'Empire Romain. En effet, plusieurs grands seigneurs se sont révoltés: Plusieurs cités en Italie et même le Roi de Bohême renièrent l'Empereur en tant que leur souverain naturel. Toutefois, le messager précisa que leurs armées avaient étaient défaites et plusieurs de leurs villes et châteaux avaient été capturées.



    La guerre dans l'Empire
    Dernière modification par Godwinsson, 24-08-2015, 19h27.

  • #2
    Quel teaser !

    Commentaire


    • #3
      Voilà, le premier chapitre est là !

      Commentaire


      • #4
        Sympa ! Vivement la suite

        Et (presque) sans faute, c'est appréciable !

        Commentaire

        Chargement...
        X