Age of Rollo - le Royaume des Pictes

The Dark Ages est une série de mod de Total War : Attila développée par Athos187 et son équipe, visant à recréer aussi fidèlement que possible la période dite de l'Âge sombre en Europe, après la chute de l'Empire romain d'Occident. La première incarnation de ce mod se nomme « Age of Rollo » et sera basée sur le viking Rollo et l'établissement du duché de Normandie, la campagne débutant en 885. Cependant, de nombreuses autres factions seront disponibles dans la campagne, fournissant autant d'occasion de suivre ou de réécrire l'histoire.

Voici le premier aperçu de ce mod, celui de la faction des Pictes, peuple mystérieux vivant il y a des siècles dans l'Écosse actuelle.




LE ROYAUME DES PICTES
885



L'Âge des Vikings apporta son lot de changement en Bretagne et en Irlande, pas moins en Écosse qu'ailleurs, les Vikings conquérant et s'installant dans les îles et de nombreuses régions incluant Caithness, Sutherland et Galloway. Au milieu du IXème siècle, Ketill au Nez plat fonda le royaume des Hébrides, gouvernant une grande partie de ces territoires. Vers la fin du siècle, les Vikings avaient détruit le Royaume de Northumbrie et grandement affaibli celui du Strathclyde, en fondant au passage le Royaume de York. Au cours d'une bataille majeure en 839, les Vikings tuèrent le roi du Fortriu, Eógan mac Óengusa ; le roi du Dál Riata Áed mac Boanta et de nombreux autres. Dans les années qui suivirent, Cínaed mac Ailpín devint roi des Pictes.

Au cours du règne du petit-fils de Cínaed, Caustantín mac Áeda (900–943), les autres nations commencèrent à nommer cette région le « Royaume d'Alba » et non plus le « Royaume des Pictes ». On ne sait pas cependant si un nouveau royaume fut établi ou si « Alba » était une approximation du nom picte pour « Pictes ». Quoi qu'il en soit, le langage picte n'a pas disparu soudainement et un processus de gaëlisation (ayant démarré des générations plus tôt) était clairement un cours pendant le règne de Caustantín et de ses successeurs. À un certain point, probablement durant le XIème siècle, les habitants du nord d'Alba étaient devenus des Scots entièrement gaëlisés, et l'identité picte fut oubliée. Plus tard, l'idée des Pictes en tant que tribu refit surface sous la forme de mythes et légendes.

LES ARMÉES DES PICTES

Dans le monde politiquement divisé de l'Écosse du Haut Moyen-Âge, le noyau de la plupart des forces armées était formé par les gardes du corps ou le groupe de guerre d'un chef. Dans le langage briton, celui-ci était nommé le teulu, comme dans Teulu Dewr (le « groupe de guerre de Deira »). En latin, le mot le plus commun à cette période était tutores, qui dérive du verbe tueor, qui signifie « défendre, préserver du danger ». En temps de paix, l'activité d'un groupe de guerre était centré autour du « Grand Hall ». Dans les cultures celtiques et germaniques, les fêtes, les beuveries et autres formes d'amusement masculins qui entretenaient l'intégrité d'un groupe de guerre s'y déroulaient. Dans le poème contemporain en vieil anglais Beowulf, le groupe de guerre dormait dans le Grand Hall après que le seigneur se soit retiré dans une chambre adjacente. Il est peu vraisemblable qu'un groupe de guerre de cette période ait dépassé le nombre de 120-150 hommes, car aucun hall avec une capacité d'accueil supérieure n'a été retrouvé dans le nord de la Grande-Bretagne.
Le groupe de guerre était le coeur des armées plus conséquentes qui étaient mobilisées de temps à autres pour des campagnes d'une certaine envergure. Ces forces plus grandes devaient défendre une province ou un royaume, sur terre et sur mer.
Des sources précoces du Dál Riata indiquent une tentative de définir ce devoir en fonction la propriété foncière, avec une obligation de fournir un nombre spécifié d'hommes ou de navires basé sur la taille des terres possédées par un individu. Des pierres pictes, comme celles d'Aberlemno à Angus, montrent des guerriers avec des épées, des lances, des arcs, des casques et des boucliers. Ces images peuvent représenter de l'infanterie en formation ou rassemblée pour se protéger, et montrent des guerriers montés souvent avec des armures lourdes, suggérant une élite guerrière à cheval.

FORTS DE COLLINE.
Les fortifications précoces en Écosse, en particulier au nord et à l'ouest, comportaient de modestes tours de pierres connues sous le nom de brochs ou duns et, plutôt au sud et à l'est, des forts de colline. Il existe des traces d'environ 1000 forts de colline de l'Âge de Fer en Écosse, la plupart situé sous la ligne du Clyde-Forth. Ils semblent avoir été en majorité abandonnés durant la période romaine, mais certain semblent avoir été ré-occupés après le départ des Romains. Nombre d'entre eux sont circulaires, avec une simple palissade. Les forts du début du Moyen-Âge étaient souvent plus petits, plus compacts, utilisant souvent les caractéristiques de l'environnement, comme à Dunadd et Dunbarton. Le grand nombre de forts de colline en Écosse pourrait avoir comme conséquence que les batailles ouvertes étaient moins importantes qu'elles ne l'étaient dans l'Angleterre anglo-saxonne contemporaine, et la grande proportion de rois ayant péris dans les flammes suggère que les sièges étaient monnaie courante dans le nord de la Grande-Bretagne.

NAVIRES.
La puissance maritime semble également avoir été importante. Des annales irlandaises rapportent une attaque des Pictes sur Orkney en 682, qui a dû nécessiter une grande force navale, et la perte de 150 navires dans un désastre en 729. Les navires étaient aussi vitaux dans la guerre amphibienne dans les Highlands et les îles, et le Senchus Fer n-Alban (« Histoire des Hommes d'Écosse ») au VIIème siècle indique que le Dál Riata avait un système d'enrôlement qui obligeait les groupes de familles à fournir un total de 177 navires et 2478 hommes. La même source mentionne la première bataille navale enregistrée autour des Îles britanniques en 719, et huit expéditions navales entre 568 et 733.
Les seuls bateaux à avoir survécu à cette période sont des pirogues, mais des représentations de l'époque semblent suggérer l’existence de bateaux cousus (similaires au currach irlandais) et de plus gros navires à rames.
Les raids vikings et les invasions dans les Îles britanniques étaient basées sur la puissance maritime, ce qui permis la création de thalassocratie (des régimes basés sur le contrôle des mers) au nord et à l'ouest. Les drakkars, la clé de leur succès, étaient de gracieux navires de bois étroits et légers, avec une coque peu profonde conçue pour la vitesse. Ils pouvaient naviguer sur des eaux profondes d'un mètre seulement et pouvaient débarquer sur les plages, alors que leur poids léger leur permettaient d'être déplacés sur des rondins. Les drakkars étaient également symétriques et pouvaient changer de direction rapidement, sans avoir besoin de faire demi-tour.
TEULU

Spoiler:


TOBHACH

Spoiler:


SPEAR FIR

Spoiler:


SPEAR TROM

Spoiler:


IANNA DUBH

Spoiler:


REACHTAIL ADHMAID

Spoiler:


BANNA COGADH

Spoiler:


LAOCHRA

Spoiler:


PICT SORD


SORD DUBH

Spoiler:


TOBHACH AX

Spoiler:


FIR AX

Spoiler:


​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​PICT TUA

Spoiler:


​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​BOGHDOIR


​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​TOBHACH GA

Spoiler:



​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ ​​​​​​BANNA COGADH PICT

Spoiler:


​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​​ ​​​​​​BAN MARCRA

Spoiler:


​​​​​​​​​​​​​​

Vous pouvez retrouver plus d'infos et d'aperçus en vous rendant sur la section dédiée à la série de mods The Dark Ages sur notre forum.