X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Récit] Récit du Greedland

    AAR Carélia: Objectif Greed




    Présentation du Pays:


    La Carélia est une république marchande ayant fait sécession du reste des Royaumes Norses . Située en Carélie à l'embouchure de la Néva, le pays a toutes les armes pour prospérer sur la Baltique.
    La Carélia s'est détourner de l'ancienne voie Viking pour embrasser le Greed, qui sera le Leitmotiv de la nation pour les prochaines siècles.
    «Qui vit par le Greed périra par le Greed», Le Greed est un mode de vie que chaque Carélien doit épouser, au péril de sa vie!. Ce Principe Fondateur est le Pilier de la république, incarné idéalement par notre premier souverain, le Knèze Tyueykezhut I de la famille Polan.


    Totem de la nation Carelienne


    Diplomatie d'avant session:

    Durant la semaine précédant la session, je discute plus ou moins rapidement avec l'ensemble de mes voisins directs, c'est à dire le Sogn, la république de Galitch, le magyar et la Saxonia, joués respectivement par Shy,Tails, Miox et Géranimal.


    D'emblée avec le Sogn, un terrain d'entente est trouvé, je récupérerai une grande partie de la Laponie, l'état de Stockholm ainsi que l'île de Gotland pendant que lui récupérera le reste de la Suède, ainsi que la Scannie.
    Avec le Galitch, on se met aussi plus ou moins d'accord sur un partage, je récupère les 3 provinces Novgorodienne à ma frontière, pendant que lui récupérera le reste. Nous planifions aussi une humiliation sur le Samoyède.
    Enfin, le Magyar et la Saxionna acceptent de me laisser les Cot sur la Baltique, qui seront des provinces vitales pour la prospérité future de mon pays.


    Map 1444


    I)Premières guerres et Premiers Couacs


    D'entrée de session, j'attaque mon rival livon, sans allié,puis dans la foulé le Samoyède en Coordination avec le Galitch. Je sépare mes forces en 2, 7000 hommes se rendent en Livonie pour assiéger la capitale, pendant que le reste des troupes remontent vers le nord pour assiéger la Laponie, allié du Samoyède. Les troupes Lapones sont facilement écraser, dans le même temps, les livons, fort de 5000 hommes, ont la superbe idée d’assiéger Osël, la capital de mon vassal estonien, j'envoie ma flotte pour bloquer leur armée, m'assurant de prime abord une victoire assez facile sur ce front. Je laisse donc 4000 hommes faire le siège livon et rapatrie le reste des troupes en Carélia. Quelle ne fut donc pas ma surprise quand la Livonie s'allia à la Petite-Pologne, cette dernière envoyant au front 14000 hommes qui annihilèrent ma petite troupe.

    (Que serait une Gpo où je ne me ferai pas stack-wipe par une ia, je vous le demande)

    Côté Lapon, le siège tombe au bout d'une petite année et je ramène d'urgence mon armée dans le sud. Cependant, j'aligne à peine 10000 hommes, là ou mes ennemis, après avoir fait les sièges de Ösel et Réval, en ont 19000 et ont un warscore de 44%, autant dire qu'il y'a péril en la demeure. J'envoie une paix à la Laponie pour lui piller 80 ducats, ce qui remboursera une partie des emprunts nécessaire à la lever de troupes mercenaires pour faire face à la menace. J'attends la tech4 et je prends un conseiller moral, de plus, grâce à l'attaque du Magyar qui gagne le siège de Latgalie, j'engage une bataille sur Narva, qui se soldera par une nette victoire Carelienne et le wipe des troupes ennemies n'ayant aucune solution de repli. Après cela, j'occupe à 100% la Livonie, et obtient un Warscore de 100% comme la guerre dure depuis 5 ans. Une humiliation à 100% est demandée, suite à cela, mes armées envahissent le Samoyède, considérablement affaibli par des conflits internes, la guerre se fini en 6 mois et une deuxième humiliation à 100% est demandée.

    Bilan des courses, en 6 ans de jeux, j'ai juste eu le temps de faire 2 humiliations, constat assez peu reluisant, mais au moins, je n'ai pas tué mon pays en ¾ d'heures, contrairement à certain joueurs...


    II)Expansion territoriale

    Ma prochaine cible est donc la suède, uniquement allié au Sjaelland ( ce dernier ayant été en partie affaiblie suite une guerre contre le Sogn). L'armée, menée par un corps strelsy, est la tête de l'offensive Careliene, le détroit de Äland est facilement sécuriser, et l’armée suédoise, constitué de 6000 hommes est détruite, le chemin vers Stockholm est ouvert. La capitale suédoise tombe rapidement,notamment du au fait du blocus imposé sur la province.

    Avant de continuer plus loin, faisons un petit point Sogn :

    Ce dernier a choisi d'entrer en conflit très rapidement avec la Mercie, le conflit s'enlise un peu et le Sogn est battu par le Mercien. Le Sogn sort exsangue de la guerre avec la perte d'une partie de son assise dans les îles britanniques. Plusieurs joueurs me suggèrent l'idée d'être un peu plus gourmand sur la suède, brisant de facto mes accords avec le sogn, avec la prise potentielle de Nercie, une mine de fer, argument non négligeable. Cependant, je préfère ne rien faire et me cantonne à notre accord et ceux pour plusieurs raisons:

    1)Je n'ai pas spécialement la volonté d'être le premier à mettre le feu au poudre, surtout que je n'ai pas envie d'une guerre PvP, qui pourrait avoir des conséquences désastreuse pour le reste de ma partie si le conflit venait à s'enliser
    2)En accord avec mes principes moraux, j'ai choisi de start sur la doctrine économique, là ou mes voisins sont parties sur des idées militaires, je n'ai donc pas envie de faire de vagues.
    3)Briser un accord aussi tôt pourrait avoir des répercutions désastreuse auprès des mes voisins, surtout que je suis loin d'avoir fini mon blob et je n'ai pas envie de mettre en danger les provinces qui me sont promises


    Ainsi, je conquière la contrée de Stockholm et je prévois mes prochaines guerres.
    Je remarque que la Lettonie a déclaré la guerre à Pskov, je déclare aussi la guerre à ce dernier et je récupère facilement la province de Pskov, que je libérerai en vassal un peu plus tard dans la session.
    Après cela, j'attaque la Lettonie pour Riga, l'armée lettone faisant le siège de Gotland, je fais le blocus de la province et j'obtiens Riga sans coup férir. Après cela, je déclare la guerre au Gotland allié à Polotsk, ce dernier étant attaqué par la majorité de ses voisins, la guerre ne dure que le temps du siège de Gotland et je récupère ainsi un troisième Cot sur la Baltique.
    Après cela, je lance le coring de la contrée de Stockholm et du Gotland, et je donne Riga à mon vassal estonien.
    En fin de session, j'attaque Novgorod et j'en profite pour piller son allié rostov, me permettant de récupérer une centaine de ducats.


    Map en fin de session



    III)Conclusion

    Première session assez moyenne de ma part, j'ai obtenu 2 humiliation à 100%, mais cela m'a ralenti et m'a coûté pas mal de mp, ajouter à cela les alliances entre ia sur la Baltique et vous obtenez un blob assez pénible. J'ai quand même réussi à sécuriser 3 provinces vitales sur la baltique et Novgorod est en passe d'être conquise. Technologiquement, grâce à mon dirigeant 6/6/6 que j'ai réélu en boucle, j'arrive à être à jour tech et j'ai débloqué les 3 premières doctrines d'économique.
    Économiquement, j'ai des revenus avoisinant les 15 ducats sans avoir upgrades mes cot, ni fait de bâtiments.Avec un coût des bâtiments actuel de -40%, je comptes bien en profiter la semaine prochaine maintenant que le plus dure du blob est fait.
    Enfin, territorialement, je vais tacher de sécuriser très rapidement Dantzig et Königsberg en début de session prochaine, afin d'avoir la mainmise sur la Baltique.

    Au niveau de mes voisins, mise à part le Saxon, c'est un peu la PLS générale, et je m'en sors pas si mal comparativement, on notera notamment le magnifique blob du Galitch ,la stabilité du Magyar ou encore les 1400 ducats d'emprunts de la Khazarie.
    Dernière modification par louis-sama, 18-01-2020, 17h06.

  • #2
    Sur la Baltique, rien de nouveau







    I)Développement du pays



    On c’était quitté la semaine dernière sur la fin de la guerre contre Novgorod. Une paix est signé d'entré de session, la République obtient la légitimité sur la riche cité de Novgorod ainsi que sur Thivkine, province voisine productrice de fer. Cependant, après le retour de nos troupes, victorieuse, notre Khneze meurt après avoir servi la république pendant plus de 20 ans. La république décide alors de mettre fin à la première phase de conquête et les premiers plans de développement du pays voit le jours. Sur le plan intérieur déjà, l'autonomie est augmenté afin de stabiliser le pays. Grâce à mon gouvernement, je peux reformer le Soudiebnik, capacité qui me permet de réduire l'autonomie de 10 dans toute mes provinces. Comme je privilégie des dirigeants administratif, j'ai accès à cette capacité environ tout les 13 ans, combiné au -0,05 d'autonomie mensuel que me donne la doctrine économique, l'autonomie baisse rapidement. En fin de session, l'autonomie moyenne sur les provinces acquise la session dernière est de 20. Autant dire qu'elle devrait descendre à 0 la semaine prochaine.

    Sur le plan du développement intérieur, je lance la construction des cot de niveau 2 ainsi que des marchés, et rapidement, mes revenus commerciaux explosent. Je lance aussi la construction de temples et d'ateliers sur les provinces les plus riches. En fin de session, mes revenus avoisinent les 40 ducats.

    Le poumon économique de la Carélia




    Faisons maintenant le point sur un pays qui m'a marqué durant la session, le choix ne fut pas facile entre le Fatimide, la khazarie et la Bavière, mais c'est sur cette dernière (jouée par zeleph94 que je vais m'attarder. En effet, durant notre essor économique, des penseurs caréliens sont envoyés chez plusieurs pays européens et notamment en Bavière. Là-bas, une vraie petite révolution économique a eu lieu, et les petits cul-terreux cultivant les terres bavaroises sont devenues en l'espace de quelque années de riches propriétaire fonciers et l'argent semble coulé à flot. Certain y vois la personnification de Greed sur Terre, d'autre le talent du dirigeant de ces terres. Rapidement, des pèlerinages sont organisés en Tyrol, et nos citoyens ramènent de cette terre sainte des minerais d'or brut, considérés comme des reliques dans notre pays. De plus, certaines innovations sont importés dans nos contrés, notamment de nouvelles structures pour nos fermes, que nous avons hâtes de mettre en places durant les années à venir. Ainsi, les bavarois gagne l'amitié carélienne, ainsi que le profond respect de notre nation, en effet, nous ne partageons peut être pas le même destin, mais nous partageons la même passion !

    Le rêve de tout Carélien







    II)Dernières conquêtes

    Sur le plan extérieur, les conquêtes de Dantzig et de Konnigsberg restent mes objectifs principaux, cependant, je dois faire face à une alliance de 3 grosses ia:la Prussie, la Lituanie et la Mazovie.

    Je contacte alors le saxon afin que nous combinions nos forces pour les détruire.La guerre est déclarée en 1478, la Saxonia occupe rapidement les provinces prussienne tandis que je vais assiéger les provinces lituaniennes. Les troupes ennemies privilégient le siège de Réval, ce qui me permet d’assiéger les capitales Lituanienne et Mazovienne. Une fois les villes tombées, des paix séparées sont envoyées, et je récupère consécutivement 2 fois 150 ducats. Enfin, la Saxonia élimine les dernières troupes prussiennes et nous partageons le pays. Je récupère les 2 provinces convoitées, ainsi que Memel et Goldingen,ce qui me permet de faire la jonction entre mon pays et les nouvelles provinces conquises, tandis que lui se repaît du cadavre de la Prussie. Je libère l’Estonie en tant que vassal sur sur Goldingen et je lui cède aussi Memel. J'en fais dans la foulée ma quatrième marche.

    La Carélia en 1487





    En fin de session, le Magyar vassalise la Lituanie, ce qui jette une vague de froid sur nos relations, puisque la partie littorale devait me revenir. En parallèle, je me suis rapproché diplomatiquement de la Saxonnia, puisque lui aussi c'est fait flouer par le Magyar d'après ce qu'il m'a dit.

    Les provinces en question



    Conclusion :


    Session positive dans l'ensemble, le pays est en pleine forme et est opérationnel. Au vu de mes revenus et de ma faible qualité, je commence à entraîner mes troupes et je vais tenter de monter mon professionnalisme au maximum durant les prochaines sessions. Technologiquement, je suis à jour, malgré un petit retard dans les doctrines, et je prévois de monter mon futur dirigeants en 6/6/6 .Enfin, je vais essayer de trouver un compromis avec le Magyar sur la Lituanie, en effet, je n'ai pas spécialement la volonté d'aller me battre pour des provinces somme toutes assez pauvres, et comme il est sous le coup d'une coalition, je pense donc qu'un accord devrait être trouver.
    Dernière modification par louis-sama, 24-01-2020, 17h52.

    Commentaire


    • #3
      Offensives Caréliennes









      Après une session de paix et de prospérité, la Carelia est en pleine forme, et notre khnèze comptait bien utiliser ce potentiel contre certains de nos voisins qui pourrait se montrer trop menaçant dans le futur. Cependant, en début de session, le Sogn, qui était ma cible prioritaire (Dalaskogen, ça fait toujours envie) est absent, ainsi que le Magyar, qui avait rompu nos accords la session dernière.
      Ne reste donc plus que la république de Galitch, qui est un autre puissant voisins à mes frontières (environ 400 de dev contre 200 de mon coté à cette époque). En comptant le fait qu'il a des meilleurs idées que moi ainsi qu'un meilleur scaling, mener une opération contre lui pour le contenir ne serait pas une mauvaise idée.
      De plus, sachant que le Khazare, l'un de ses voisins, à des grandes chances de disparaître, plus le fait qu'il pourra coloniser la Sibérie, me renforce dans mon idée.



      Première Campagne de Russie :






      Ainsi né de l'un de nos généraux le plan « Remoov the soviet ». Cette campagne doit se dérouler en 3 étapes.

      1)Mener une offensive contre Tver et prendre Kholm et Rjev pour contenir le Galitch au sud et pouvoir menacer Moscou
      2)Mener une offensive sur la Moscovie sous un faux prétexte afin de ne pas paraître menaçant
      3)Déclarer la guerre au Galitch dans la foulée

      L'opération Remoov the Soviet







      La première partie du plan se passe sans trop de problème et nos troupes sont victorieuses, j'annexe les 2 provinces en questions afin de faire un claim sur la Moscovie puis je donne les 2 provinces à Pskov. Je prépare un réseau d'espionnage sur le Galitch puis j'attaque la Moscovie. J'informe le Galitch que je souhaite juste piller les 2 ia et il me laisse faire. Ainsi je gratte 150 ducats sur Nijni Novgorod, allié de la Moscovie, puis 150 ducats sur la Mosovie...ainsi que Moscou et Mojaïsk.
      A partir de ce moment là, en plus de mon armée régulière qui compte 25k hommes, je recrutes 20k mercenaires. En effet notre pays, du fait de sa richesse, attire de plus en plus de guerriers Norses ,venues de nos marches et des pays voisins, cherchant à vendre leurs services.
      De plus, nos vassaux alignent environ 10k hommes, ainsi, nous pouvons aligner 55k hommes.

      Effectif Carélien






      Je déclare la guerre contre Rostov, un vassal du Galitch, pour la province d'ouriev qui se situe en plaine, ce qui en fait donc un objectif facile à occuper.
      J'occupe rapidement la dite province et j'entame le siège de Rostov, en plaine et qui ne m'impose pas de malus mise à part si je me fais engager depuis Mologa.
      Le Galitch, suivi de ses vassaux, ainsi que de son allié Smolensk, m'engage sur Rostov. La bataille est sanglante, mais je la gagne, notamment grâce au fait que j'aligne pratiquement 60k hommes, contre 45k pour mon adversaire. Malheureusement, le siège ne tombe pas et cela permet au Galitch de revenir, ce dernier active son âge d'or pour profiter du bonus de moral. Cependant, il n'est pas complètement renforcer et ses vassaux rejoignent mal la bataille et je gagne encore une fois. Je fais enfin tomber le siègede Rostov et j'ai alors un warscore de 30%, je me dirige donc vers Iaroslav et sa forteresse.

      L'offensive Carélienne






      Avec le warscore que me procurera l'occupation de cette province ainsi que la bataille qui aura lieu que je pense gagner, je devrai être proche du stabhit. Comme prévu, le Galitch cherche à m'engager sur Iaroslav, et ne faisait pas attention, une armée rebelle sur le territoire ennemi engage l'un de mes stack de renforts, le Galitch saisit l'occassion pour lancer l'attaque sur Iaroslav et je suis défait.

      Louis-sama et les IA sur EU4






      Je décide de lancer une nouvelle vague de recrutement de mercenaire, montant ainsi mon potentiel armée à près de 60k, sans compter mes vassaux. Cependant, alors que j'allais engager mon adversaire sur Moscou, le Magyar(joué par l'ia je rappel) m'enforce peace. Dans un premier temps, je n'avais pas vu le pop up et l'ia rejoint la bataille sur Moscou, je suis largement défait, et la paix blanche est signée.

      Tableau des pertes






      Dalaskogen, nous voilà :





      Suite à cela, inutile de dire que je suis un peu contrarié par la tournure des événements, et je cherche rapidement à redorer mon blason. Heureusement pour moi, le Sogn est revenu, ce dernier connaît mes intentions belliqueuse et il cherche à trouver une porte de sortie, cependant, je considère que je dois absolument grossir, sinon, je vais passer derrière mes voisins (Magyar, Galitch et Saxonia qui ont chacun plus de 400 de dev).

      Avant de déclarer la guerre, j'essaie d'aplanir mes relations avec le Galitch, en effet, je n'ai pas envie de me retrouver dans un 1vs2 qui pourrait être assez tendue. Je lui propose un marché simple, je lui revends Moscou et Mojaisk si ce dernier n'intervient pas en faveur du Sogn. Il accepte mon marché et je déclare la guerre au Sogn. Sur le papier, là ou la précédente guerre était assez équilibré, celle là est clairement à mon avantage. Mes troupes assiègent rapidement les provinces dans le sud de la Suède, le Sogn essaie de prendre le contrôle du détroit sur la mer d'Aaland,et il tente le siège de Stockholm. Je l'engage directement avec la moitié de mes troupes et je le vaincs assez facilement(30k contre 20k dans la bataille). Je prends aussi la tech militaire un peu en avance pour dissuader d’éventuelle pays de défendre le Sogn. Le Sogn tente le seul moov qui pourrait le sauver en débarquant 12k hommes sur Aaland, pour couper le détroit, puis il assiège ma capital, cependant, je lève mes streltsys, et malgré la défaite qui s'ensuit, le sogn n'a plus la force de push et je fais tomber dans le même temps les 2 forts dans le sud de la Suède. Il se rend donc, et je récupère l'état de Dalaskogen ainsi qu'une humiliation. La perte de cet état marque la fin du Sogn, le joueur abandonnant peu après.

      La Carélia après la prise de Dalaskogen







      Suite à cela, je continue ma politique d'expansion, je vends Moscou au Galitch pour 600 ducats comme convenu et j'attaque Smolensk, récupérant ainsi Viazma, province productrice d'étoffe et Smolensk, cot sur le nœud de Kiev.
      En fin de session, le Magyar m'attaque, la Saxonia viens à ma rescousse, la guerre se déroulera la semaine prochaine




      Conséquences diplomatiques






      Session en demi teinte, mon objectif initial n'a clairement pas été atteint.

      Tout d'abord, la guerre contre le Galitch ,se soldant par une paix blanche est clairement une victoire pour le Galitch au vu du rapport de force initiale. Cette guerre me laisse un goût amère, surtout que j'ai su plus tard que le Galitch était prêt à faire banqueroute dans la guerre, ce qui aurait été une opportunité en or

      En effet, mon pays, à ce moment là, était tailler sur pièce pour endurer une guerre longue, là où le Galitch, avec un Fl et un revenu inférieur et un mp largement entamé par les premières batailles, n'aurait pas fait long feu.Une guerre longue et dure été exactement ce que je cherchais, puisque dans cette optique, en plus d'une victoire, j'aurai infligé un vrai coup au Galitch qui aurait mis du temps à s'en remettre. Ce qui ne fut pas le cas à cause de l'intervention de l'ia d'un joueur.
      ( Le joueur en question ayant prévenu 1 min avant le lancement de son absence, voilà voilà, je peux être salé)

      La prise de Smolensk en fin de session permet de compenser la perte de Moscou, et fait figure de lot de consolation, cependant, en se replaçant dans le contexte de départ, cela reste clairement un échec puisque ça ne participe aucunement à contenir le Galitch. De plus, Smolensk est une province revendiqué par le Magyar. Je m'en fait donc un ennemi de facto.
      Sur le plan comptable, la guerre ne m'a pas coûté tant que ça, puisque la revente de Moscou, ainsi que le pillage des ia avant la guerre, compense à peu près les emprunts consenti durant le conflit.

      Carélia en 1511







      De plus, la mort de Sogn, même si je l'ai provoqué, ne me sera peut être pas autant bénéfique que si il était resté en vie en tant que puppet. Certes, la prise de Dalaskogen est un vrai boost pour le pays sur le court terme, mais cela va aussi feed le Mercien, qui revendique la Norvège, ainsi que le saxon qui réclame la Scannie.

      En parlant du Saxon, notre position dans la zone semble s'aligner puisque lui, tout comme moi, souhaite mettre des bâtons dans les roues du Magyar. Notre alliance en fin de session contre le Magyar le prouve bien, et cela sera pourrait être ma porte de sortie contre ce dernier.
      Dernière modification par louis-sama, 03-02-2020, 13h35.

      Commentaire


      • #4
        Le calme avant la tempête:







        Suite à une dernière session mouvementée, qui a vu la Carélia entreprendre 2 guerres, l'heure était aux négociations, que ce soit avec nos ennemis(Magyar et Galitch),avec nos alliés(la Saxonia), ou avec les nouveaux venues comme les Merciens.
        Ainsi, plusieurs discussion vont avoir lieu.
        Tout d'abord avec le Magyar, puis que ce dernier m'avait attaqué la session dernière. Rapidement, on se met d'accord sur une paix blanche et un PNA. Il reste certains quelques point d'accroche(Il souhaite échanger Smolensk et Viazma contre les 3 provinces livones qui devaient me revenir, mais je juge le trade en ma défaveur).
        De même, on s'accorde sur un PNA avec le Galitch, il y a un temps pour la guerre et un temps pour la paix, et nos 2 pays ont besoins de builds.
        Enfin, avec la Mercie et le Saxon, on se met d'accord sur un partage du Sogn, je récupère toute la suède et la Scannie,(à l'exception du cot sur Lübeck qui revient au saxon), la Mercie obtient toute la Norvège et le saxon gagne Sjaelland.

        Accords pré-session





        I)Gestion Intérieur

        Ainsi je me concentre tout d'abord sur les affaires intérieurs du pays, et le premier point important concerne mon gouvernement, en effet, depuis le début de la partie, je possède la république russe, qui combine les mécaniques des républiques marchandes et des principautés russes.

        Cependant, même si le régime est plutôt fort en early, il a tendance à l'être beaucoup moins passé le mid game, notamment à cause de la restriction en nombre de provinces(20) et l'absence des ordres. Avec mon expansion en suède, vous comprendrez rapidement que cette limite est intenable, ainsi donc, je fait le choix de quitter la république marchande.2 choix s'offrent alors à moi, soit casser la république en diminuant la tradition républicaine et obtenir un statue de monarchie, soit payer 10 de corruption pour n'être qu'une simple république. Je choisit la deuxième option, en effet, avec mes idées et mon choix de doctrines, j'ai une excellente génération de tradition républicaine.De plus, si je casse la république, je ne pourrai passer principauté russe que si je me convertis à l'orthodoxie préliminairement. Or pour cela, je devrai perdre 4 points de stabilités, ce qui très cher payer quand on joue une république.

        Ainsi, en debut de session, je switch de république en prenant 10 de corruption. Je préfère le faire en début de session car je n'ai pas prévue de dépenser de points de monarques dans l’immédiat, donc le switch ne me coûte uniquement des ducats( ce dont je ne manque pas).
        En parlant d'argent, une première bonne nouvelle arrive suite à mon changement de regime, mes revenus n'ont que très peu baissé, et cela s'explique par le fait que j'ai récupéré les bourgeois, ce qui boost mes revenus commerciaux et compense sur le court terme la perte du marchand et de la prod.
        Je passe donc la première partie de la session à descendre ma corruption et à récupérer de ma guerre.
        Je continue à entraîner mes armées (j’atteins 20 de professionnalisme en fin de session) et je recrute mes premiers cannons avec l'arrivée de la tech 10.
        De plus, je réélis mon dirigeant, ce qui me permet d'avoir à la tête de mon état un 6/6/6 pendant une grosse partie de la session.

        L'Oscar du blob tentaculaire revient à la Carélia!







        II)Expansion Territoriales et économiques


        Durant la seconde partie de session, j'attaque la Laponie, et je prends les provinces nécessaire à relier la suède à mon territoire par voie terrestre, ainsi que celles permettant de bloquer le Galitch si ce dernier souhaite s'aventurer un peu plus loin en terres lapones. On ne sait jamais, il pourrait être revanchard suite à la dernière session.

        Après cella, j'attaque le Sogn dans la même optique de blob et je sécurise ce qui doit me revenir.

        Sur le plan intérieur, j’investis mes premiers points de dev sur les mines de fer suédoises et sur Konnigsberg, afin de pouvoir avec assez de slot de bâtiments pour les manufactures.

        De plus, avant d'avoir casser la république russe, j'avais construit en début de session un comptoir commerciale sur Smolensk, je monte donc le cot au niveau 2, ce qui met permet de tirer vers Novgorod la majorité du commerce sur Kiev. Je paye aussi en fin de session les cot de niveau 3 sur Novgorod et sur Stockholm. Enfin, je lance la construction des manufactures sur mes provinces minières.

        Une économie florissante!



        Dernière modification par louis-sama, 10-02-2020, 18h57.

        Commentaire


        • #5
          Revanche Carélienne




          « Mes frères, il est venu le temps de notre revanche, il est venu le temps de venger nos pères tombés en Russie sous les coups de nos perfides voisins, il est venu le temps de la guerre, que nos cris et les ronflements de nos fusils hantent les rêves de nos ennemis »

          Discours de Vladislav Dukhovsky tenu sur la Place Evig Snø


          I)Campagne Dukhovsky


          Après une dernière session calme, j'entamais la nouvelle avec plusieurs objectifs en tête, le premiers d'entre eux étant de faire morde la poussière à mes 2 voisins orthodoxes, j'ai nommé le Galitch et le Magyar. Dans cette dynamique, notre seigneur Paradox me gratifie de plusieurs dons :
          -Le premiers d'entre eux étant mon dirigeant, qui gagne les traits sévère et exemplaire, qui alloueent à mes armées +5% de discipline et +5% de moral








          -De plus, mon dirigeant étant un 6/6/6, j'arrive à faire proc la reforme de l'armée, qui m'alloue 20% de moral pour les années à venir.
          -Enfin, grâce à un conseiller +3, j'ai l’event qui m'accorde 50 de prestige.
          En plus de me permettre d'atteindre le rang de royaume, cela me permet de bénéficier de 5% de moral de plus, autant dire que mes armées sont buffer aux hormones.

          Notre dirigeant prépare donc la campagne contre nos ennemis, qui prendra son nom.
          Elle doit se dérouler en 2 étapes :
          -1)Offensive sur Galitch, que j'espère rapide, en effet, les forts tombent très rapidement sur ces technologies, et avec ma qualité actuelle, les batailles devraient aussi être remportés
          -2)Si jamais le Magyar n'a pas rejoin son voisin orthodoxe, je l'attaquerai aussi afin de sécuriser la région de Smolensk.
          Le but de cette campagne est donc de sécuriser 2 points vitaux de notre pays, la région de Novgorod et la région de Smolensk qui me permet d'être maître du commerce sur Kiev
          Ainsi, je déclare directement la guerre au Galitch, ce dernier refuse le combat, et je récupère les 2 dernières provinces de l'état de Novgorod, en plus d'une humiliation.

          Gain Carélien de 1535






          Je tourne alors mon regard vers le Magyar, ce dernier est en guerre contre le bavarois, mais lui aussi refuse le combat contre son agresseur . En effet, en début de session, j'avais prévenu que la Bavière que j'attaquerai le Magyar.Cependant, la Bavière voulait aussi attaquer le Magyar, afin donc d'éviter un 1vs2 pas très propre, j'ai donc décidé d'attaquer le Galitch avec le résultat que l'on connaît maintenant. Petit Hic la dedans, le Magyar a été informé des mes intentions belliqueuses, il choisit donc de faire durer la guerre contre la Bavière afin d'avoir le temps de construire des forts à ma frontière. Une fois les fortifications terminées, il cède Cracovie au Bavarois. Ce moov de sa part m'a étonné pour plusieurs raisons, la première étant qu'il choisisse de sacrifier une province aussi vital pour lui, la seconde était le fait qu'il n'essaye pas de se battre alors que son voisin serbe subissait aussi une attaque bavaroise.A deux, je pense qu'ils avaient des chances non négligeable d'obtenir au moins une paix blanche. Enfin, sa décision suppose aussi qu'il considère que je suis un adversaire nettement plus facile à vaincre que la Bavière, ce qui a le don de m'agacer passablement.


          Je déplace donc mes armées vers la frontière, en recrutant au passage 20 000 mercenaires, faisant ainsi atteindre leurs nombres dans mon armée à 40 000. Je créais donc 4 stacks, le premier constituait de mes mercenaires et des mes canons, 2 autres stacks de 20 000 hommes constituaient de soldats réguliers entraînés en réserve que je compte économisé durant les phases de sièges, et enfin une dernière unité regroupant les troupes de mes vassaux, comptant elle aussi 20000 hommes, que je compte envoyer en première ligne avec mes mercenaires.

          Je déclare la guerre et je déplace mes troupes en direction de Polotsk et j'entame le siège.
          Le fort cède en 3 mois avant que le Magyar n'ai pu intervenir et je fonce vers Mazyr. Si j'arrive à prendre cette forteresse, j'aurai directement accès au cœur du territoire adverse, en effet, sa capitale et Kiev seraient alors dénudées de protection. Le Magyar, fort de 70 000 hommes m'engage sur Mazyr. La bataille tourne alors à la boucherie, en plus d'avoir une armée quantitativement supérieur à la sienne, mes cannons entraînés massacres ses unités. Ce dernier se replie et je prends le fort quelque mois plus tard. Cette bataille me donne un petit aperçue des dommages que je pourrais infligé avec mon artilleries dans quelques sessions. En effet, mes idées me donnent 20% de combativités des cannons , et la politique entre économique et offensive m'en accorde 10 de plus. Ajoutez à cela l’entraînement sur les canons et vous obtenez un joli combo.

          Je me rue alors sur Sloutsk, sa capitale, afin de terminer la guerre le plus rapidement possible.
          Son armée revient à la charge, après quelques pas de danse entre nos différentes unités, l'engagement décisif à lieu sur sa capitale. La bataille est plus équilibré que la précédente, mais mon moral nettement plus élevé(5,5 contre 4,3 de souvenirs) me permet de remporter la bataille.
          Peu de temps après, le Magyar rends les armes et je lui prends la mine de fer de Polostk et la province de Vitebsk, ce qui me permet d'étendre mon influence dans la région.

          Offensive Carélienne




          Cette guerre est donc une victoire, mais malgré son apparente simplicité, elle montre plusieurs points faibles dans ma capacité militaire, la première étant mon faible manpower, qui m'empêche de faire durer les guerres. Après la dernière bataille, je pense que j'aurai été dans l'incapacité de continuer à push mon adversaire, par manque de mp et mes canons avaient perdus leurs entraînements à cause de l'attrition. (faire un stack de 70k à ce stade du jeu, c'est bien pour créer un point de fixation fort, mais cela coûte cher en manpower, et cela malgré le fait que mon infanterie était composé de mercenaire).

          D'ailleurs, en regardant de plus près, j'observe que mes troupes en réserve n'ont perdu qu'a peine ¼ de leurs entraînements, ce qui montre que les combats n'ont pas été très violents, ce qui est confirmé par le tableaux des pertes.

          L'attrition...



          J’enchaîne sur le Sogn afin de sécuriser la Suède,et je récupère les dernières provinces restantes.


          II)On continue à faire du Gras

          Suite à ces guerres, la Carélia a mérité un petit repos et je me focalise sur mon développement.

          Je commence à développer mes provinces de fourrures. Ça tombe bien, je génère pas mal de points diplomatique donc j'investis massivement dans la prod, qui deviendra rentable lorsque le prix augmentera dans les prochaines années. En effet, le prix de la fourrure n'a pas encore augmenté comme la colonisation est retardé et il n'y a encore aucune province productrice de fourrure colonisé(
          epictou je compte sur toi). Ainsi, toute les provinces dans les contrées caréliennes passent à 10 de dev en prévision des futurs manufactures. Je développe aussi la mine de fer de Nericie que j'avais oublié la semaine dernière, cependant, je suis réticent à l'idée de développer mes 2 mines de fer frontalières de mes rivaux(Polotsk et Tikhvine) ainsi que Viazma, productrice d'étoffe.

          Je lance aussi la construction de manufactures agricoles en Suède et en Estonie, et je monte le Cot de Néva au niveau3. J'ai choisi de placer 2 cot de niveau 3 dans la région commerciale de Novgorod afin de tirer un maximum sur les nœuds voisins de Kiev et de Kazan.

          Enfin, je stocke mes points en fin de session, je ne sais pas encore si je vais développer la nouvelle institution.Durant toute la session, je tourne avec des conseillers +2 ou +3.

          second totem carélien



          De plus, le Dieu Paradox me fait don d'un nouvel event, la reforme radical, qui me permet de gagner 200 points adm et diplo.
          En milieu de session, mon dirigeant décède. De superbe funérailles sont organisées en son honneur (entendait par là qu'un dirigeant 6/6/6 sévère et exemplaire, ça court pas les rues). Je choisis successivement 2 dirigeants que je ne réélis pas afin de faire remonter ma tradition républicaine.(elle repasse de 50 à 75 durant cette période, notamment grâce à quelques évents).
          En fin de session, résultat d'un bon développement, mes revenus augmentent de 30% , Je titille ainsi les 115 de revenus,alors que mes 2 rivaux sont à 60 chacun.

          "C'est une IA qui joue la Carélia?" Ner constatant mon Blob...




          Dernière modification par louis-sama, 16-02-2020, 15h36.

          Commentaire

          Chargement...
          X