X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Récit] Devisement du monde ou récit du Benin





    Il était une fois un royaume lointain très lointain nommé le Bénin. Son roi, juste et bon se nommait Eware ABOMEY. Le royaume prospérait, ses terres avaient récemment doublées, L'ancienne religion impie avait était éradiqué (plus ou moins...) lorsque le bon roi était devenue le bon sultan, et nul a ses frontières n'ignorait le nom de BENIN.

    Malheureusement le roi avait un fils fort décevant. Il l'avait certes eu jeune (0 ans) et la proximité de leurs ages n'aidait pas à créer une figure paternel respectée. Un jour d'étrange rumeurs atteignirent le bon Sultan Eware : Un puissant roi d'un pays voisin était devenu fou. Il avait égorgé son fils dans son sommeil, planté sa tête sur une pique dans la capitale, assassinait systématiquement la noblesse de son pays, et violait sa femme et ses 25 concubines chaque soir pour refaire un héritier satisfaisant.

    Horrifié par ces pratiques barbares, le sultan s'exclama. "Quelle horreur! Même si mon fils n'a aucun talent, même si mes nobles sont indisciplinés, jamais nous ne nous abaisserons à ces pratiques bestiales. Nous créerons une société de tolérance ou tous le monde sera heureux !". Sur ces mots il fit de son fils le général de ses armée, étant sûr que partir au combat lui forgerait son caractère.

    Son fils émut au larme par ce geste et conscient de sa faiblesse, décida de se sacrifier pour le bien de la patrie. Quelque mois plus tard il se suicida donc. Le sultan pétrie de chagrin pleura durant de longues microsecondes. Voyant cela son peuple fit un appel au don et lui offrit une mosquée pour enterrer son fils.

    L'enterrement rondement menée, le Sultan décida de noyer sa penne dans l'édification d'une grande nation. Il réunit donc ses conseillers pour s'enquérir de la meilleur marche à suivre.
    - "mon Sultan" dire -t-il". Notre voisin du sud est en guerre contre les peuples de l'Oyos depuis de long mois. Affaiblit, ils seraient des proies faciles pour récupérer leurs richesses".
    - "En effet" répondit il. " Ils feraient de magnifique esclaves pour la capitale".
    - " Mais mon Sultan, qu'en est il de votre société de tolér..."
    -"les païens sa compte pas" le coupa-t-il.

    Et sur ces mots Oyos fut promptement asservie sous la banière Bénin.

    Après cette conquête quelques années s'écoulèrent paisiblement lorsqu'un jour le trésorier demanda une audience.
    -" Mon Sultan, vos coffres sont vides et nous peinons à entretenir vos armées"
    -"Comment? Avec nos récent esclaves et nouveaux territoires? C’EST IMPOSSIBLE" s’exclama-t-il
    -"C'est que notre terre est pauvre en caillasse, et en importer pour lapider les nouveaux païens coûte cher" expliqua le conseiller.
    - "mmmmh c'est en effet logique, médita le sultan pensif. Qu'a cela ne tienne, ces opportunistes de Dagbon et leurs alliés Zazzau ont osé envoyer des colons sur mes futurs terres, il est temps de trouver de nouveaux esclaves."
    Et sur ces mots un nouveaux pays rejoignit le giron Bénien.
    Dernière modification par 29akira, 05-10-2019, 14h43.

  • #2
    Vers cette période un représentant d'un pays nommé Portugal arriva en vu de nos côtes. Le sultan et son confrère Malien attentèrent une session extraordinaire afin de rencontrer un de ses représentant. Dès leur première rencontre le diplomate demanda à ce que les puissants pays Malien et Benin cèdent des territoires pour leur servir de base avancé.
    - "Pourquoi ferions nous ça?" s'étonnèrent les deux sultans.
    - "Deus vult" répondit l'autre.
    - "Nous ne reconnaissons qu'Allah chien d'infidèle. retourne dans ton pays et ne reviens jamais."


    (ptin fait chier se dit le Sultan, qu'est ce que ce foutu infidèle fait déjà là, on m'avait pourtant dis que c'était un royaume lointain très lointain...)

    Mais dans le même temps ces salauds de Kano osèrent regarder de travers le sultan en visite à ses frontières. Ivres de fureur il leur déclara la guerre avec un seul but les humilier. Le pays fut rapidement occuper, mais un de leurs allier, le yao, se terrait chez eux et refusait obstinément l'affrontement, prolongeant inutilement le conflit et le sultan en était réduit à leur faire les gros yeux en attendant qu'ils acceptent enfin de signer une paix. En plein milieu de cette guerre certes facile mais sans saveur le trésorier revint pour une audience.
    -" Mon Sultan, vos coffres sont vides et nous peinons à entretenir vos armée"
    -"ENCORE !!!?? s'exclama le sultan. Aaaaarf Allah sait que je suis juste et bon mais je n'ai pas le choix, je dois protéger son peuple élu. Laissez une garnison dans ce pays de barbare arriéré et allons esclavager (oui oui) les Nupiens.

    En traversant son pays pour atteindre Nupe, un Mossien le regarda à son tour de travers. Le sultan viola donc leurs femmes au passage tout en déféquant sur le trône royale car il est juste est bon d’humilier des païens proclama-t-il.

    C’est au milieu de ces multiples réjouissances qu’un émissaire d’un autre pays lointain nommé Maroc se présenta à sa porte. Il venait renégocier l’alliance entre le Bénin et le grand royaume commercial de tombouctou. Il déclara alors en ces termes très élogieux :
    -"Y a mon nom sur Tombouctou, elle doit donc me revenir. Bougez de mon chemin ou mourrez par le feu et l'épée".

    Le Sultan arrêta de décapiter l'infidèle le plus proche, et renvoya un imposant regard noir chargé de colère et de puissance régalienne
    -"Comment? Ces terres sont de jure africaine de l'ouest. Nous, ainsi que notre amis Malien ne nous plierons jamais face à l'envahisseur et le Tyran. Nous nous battrons jusqu'au dernière homme, femme et enf...". Mais le Sultan fut soudain interrompu par un soldat proche, qui le pressa de se retourner. Le sultan obtempéra et pu alors inspecter l'état de son armée, et il vit. De son côté le trésorier vint lui présenter son livre de compte fraichement mis à jour, et il vit.

    -"..."
    -"..."



    Il afficha alors son plus charmant sourire au diplomate en se raclant la gorge.
    -"Erm Erm. Tombouctou? J'ai toujours su que c'était des païens cachés".


    S’ensuivit alors une longue période de guerre terrible. Des mines d’ors furent prise puis reprise, des propos noir et amères furent échanger. Des fortune se firent et se défirent, et des généraux se couvrirent de gloire ou moururent ignominieusement .

    Mais tous cela le Benin n’en prit pas part. Évincer de la scène local, le pauvre Sultan en était réduit à fouetter ses esclaves pour qu’ils travaillent plus vite tout en évitant les attaques sournoises de son trésorier tentant de l’assommer avec son livre de compte. Il se consolait en se disant que son peuple au moins ne mourrait pas en vain dans une guerre lointaine.
    -"TOUT CA C'EST LA FAUTE AUX PAIENS" pesta -t-il .
    Le Sultan perdit alors la tête. Il consacra les année suivante de sa vie à esclavager joyeusement la moitié du monde connu et ne se réveilla de sa folie que bien plus tard.

    Au crépuscule de sa vie vient le bilan. Même si son règne connu une avancé des arts et des sciences sans précédent, il a bien fallut que le Sultan reconnaisse que son rêve de domination mondiale fut quelque peut émousser. M'enfin pensa-t-il, la situation économique est plus ou moins rétablie. Notre stratégie esclavagiste a fini par payer.

    -"Mon Sultan concernant les finances des fous se sont soudain lancés dans la colonie d'une petite île au large et il faud...."
    - Le Sultan:
    Dernière modification par 29akira, 05-10-2019, 15h06.

    Commentaire


    • #3
      en revanche c'est quoi le type d'image que le forum accepte? me dit qu'il refuse les png...

      Commentaire


      • #4
        Quand tu utilise l'outil d'image, décoche simplement la case "Rapatrier le fichier distant et le référencer localement" juste en dessous de l'URL.

        Commentaire

        Chargement...
        X