X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Récit] La renaissance de CAARthage - Amalfi GPO "Ave Cesar, rosae rosam, et spiritus rex !"

    AAR Amalfi - La renaissance de CAARthage




    Voilà, une nouvelle GPO commence et je me décide enfin à rédiger un AAR, c'est pas une décision facile à prendre, un tel récit réclame de l'attention pendant la partie et beaucoup de temps en semaine. Je me suis toujours dit que si je commençais un AAR, ce serait pour le finir. Combien de beaux récits ont été tués par la flemme de leurs auteurs ? La réponse est : bien trop !
    Petite note avant de commencer, je suis un très grand fan des AAR de MiniAAR, c'est donc que je m'inspirerai grandement de ses travaux pour la forme et pour la structure de mon histoire, cela jusqu'à ce que je prenne mes marques et que je trouve mon propre style. Si je peux apporter au forum CK2 des récits qui s'approcheraient ne serait-ce qu'un peu de la qualité des œuvres du Maître, alors j'en serai très heureux ! J'aimerai aussi motiver les autres joueurs à se lancer dans des récits similaires, et motiver les non-joueurs qui me liraient à se lancer dans des GPO, car après tout, plus on est de fous...

    Alors.. il commence comment MiniAAR ? Ah oui ! Un petit point d'histoire !



    Avec les incursions germaniques du Ve siècle, beaucoup de romains des villes de Campanie (une région du sud-ouest de l'Italie autour de Naples) soumises à l’ordre des barbares, se réfugièrent sur les Monts Lattari. Certains s’établirent dans le petit village portuaire d’Amalfi situé dans le golfe de Salerne, le transformant en ville. Malgré tout, de nombreux mythes entourent la fondation de la ville, et racontent une histoire différente, je vous en partage deux : le premier stipule qu'Hercule, dieu de la force, aimait une nymphe du nom d’Amalfi, mais elle eu la vie brève. Il voulu lui donner une sépulture au plus bel endroit du monde, il y bâti une ville, à laquelle il donna le nom de sa défunte aimée. L'autre raconte l’aventure épique d’un groupe de familles romaines qui, du temps de l’empereur Constantin, sont parties pour Constantinople. Navigant sur la mer ionienne, elles furent surprises par une violente tempête qui les forcèrent à se réfugier près de Raguse en Dalmatie. Après un bref séjour, ils reprirent la mer, et entre Palinuro et Pisciotta, fondèrent un village côtier du nom du fleuve qui y coulait, Melphes.
    De bien belles histoires donc.
    Les premières traces écrites sur Amalfi datent de 533, du temps de la guerre contre les Goths. Après le passage d'un général Byzantin nommé Narsès, la ville passa sous la domination de l’Empire Romain de Byzance. Aujourd'hui encore, le Doge d'Amalfi jure loyauté au Basileus, cela va-t-il durer ?

    Rapidement devenue une puissance maritime. La république échangeait notamment des céréales, du sel, du bois, des esclaves et importait vers nos contrées les soieries de l'Empire Byzantin. Grâce à l'utilisation innovante de la boussole par des Occidentaux, les marins Amalfitains firent rapidement fortune. En 769, Matthaios Di la Soga est élu Doge, il meurt d'un cancer à 49 ans, après 15 calmes années de règne. Son fils Pasquale étant trop jeune, une autre maison prend le pouvoir. Devenu majeur, Pasquale Di la Soga porte déjà son regard avide sur toute la botte Italienne et la mer Tyrrhénienne, qui sait ce qu'il arrivera à accomplir une fois à la tête de la République ?

    Pour le savoir, rendez-vous au prochain épisode, après la session de Dimanche prochain : la seconde de la GPO, et la première de mon récit !
    Dernière modification par Soga, 16-01-2019, 19h01.

  • #2
    Tu as eu raison de passer sous silence les 300 pièces d'or envoyées vers le duché de Spolète sans jamais ne revenir.

    Commentaire


    • #3
      Envoyé par Breval Voir le message
      Tu as eu raison de passer sous silence les 300 pièces d'or envoyées vers le duché de Spolète sans jamais ne revenir.
      Cet argent et celui envoyé en Croatie ne l'ont pas été en vain, je ne doute pas qu'ils trouveront bientôt leur utilité

      Spoiler:
      Dernière modification par Soga, 16-01-2019, 21h51.

      Commentaire


      • #4
        MiniaAr Tu fais des émules

        Commentaire


        • #5
          Envoyé par Halzum Voir le message
          MiniaAr Tu fais des émules
          Sans vouloir faire enfler tes chevilles, tu écris aussi de très bons AAR

          Commentaire


          • #6
            Il y a de quoi dire sur les changements régionaux!

            Commentaire


            • #7
              Celui envoyé en Croatie sera remboursé le jour où le peuple de Croatie sera converti au christianisme. A ce moment là le peuple croate et son roi n'auront de compte à rendre qu'au Pape, à l'Empereur et à dieu.

              Commentaire


              • #8
                Chapitre I - Les Tuniques Pourpres
                Ou comment les choses auraient pu mieux se passer



                Situation initiale




                En effet, avant de détailler les événement qui se déroulèrent cette session, soit entre 786 et 806, il convient de rendre compte des années de règne de Matthaios Di La Soga, et de la situation dans laquelle se trouve la maison à sa mort.
                La famille Di la Soga est une toute jeune maison, elle a été fondée par un navigateur-marchand impétueux : Matthaios, qui grâce à sa vivacité et son tempérament, a rapidement fait fortune et a fait jouer ses relations avec les marchands locaux pour être élu Doge à seulement 35 ans, en 769. Malheureusement, sa vie de débauche lui coûtera la vie... il sera foudroyé par la maladie et mourra en 784, après 15 années de règne, et laissant derrière lui 7 enfants et une veuve effondrée. Son règne très calme n'est pas très intéressant, mais il aura fait deux actions notables :
                La première aura été de révoquer une baronnie locale, Sorrente, celle-ci appartiendra désormais à la maison Di la Soga.
                La seconde fut de se voir transférer le comté de Naples en vassal par le Basileus (comment ça c'est pas une action ?)

                A sa mort, c'est son fils aîné Pasquale, âgé de 15 ans seulement, qui prit la tête de la famille et hérita de Sorrente. La république quant à elle tomba aux mains sales de la maison Ravelli.
                Le jeune garçon ayant grandi dans le palais d'Amalfi, il ne pensait qu'à povoir de nouveau s'y installer.
                Un jeune homme prometteur...
                Spoiler:


                Les Guerres de comptoirs



                (A ce stade du récit, vous devez vous dire : "Pff, il joue trop mal ce mec, non seulement il fait rien de sa session mais en plus il perd sa république ?"
                Ce à quoi je vous répondrais d'abord de baisser d'un ton, et ensuite que vous avez tout faux ! En fait, la perte de la république pendant la première élection est prévue, et peut s'avérer extrêmement profitable si certaines conditions sont remplies. Pourquoi ça ? Tout simplement parce que les Républiques jouissent d'un casus belli qui leur est propre : "Saisir un comptoir". Si on peut l'utiliser sans restriction contre les républiques rivales, on ne peut pas s'en servir n'importe comment contre ses camarades Patriciens. Premièrement, on ne peut pas l'utiliser contre ses Patriciens si l'on est Doge, ce serait trop facile ! Deuxièmement, on ne peut pas l'utiliser contre un camarade si l'on possède 2 comptoirs ou plus que lui. Autre facteur dont vous devez avoir connaissance, en 769, la limite de comptoir est de 1, on ne peut en bâtir plus. En revanche on peut dépasser cette limite par la guerre.
                Conclusion : il est très intéressant d'utiliser ce casus belli tôt dans la partie et s'emparer des comptoirs de ses rivaux, ce qui permet d'une part de ne pas devoir payer le prix fort pour les bâtir soit même, et d'autre part de dépasser la limite de comptoir imposée. Il faut donc perdre la république pour casser la tête aux patriciens.
                "Mais alors..." me direz-vous, "pourquoi tu commences pas directement patricien ? Et est-ce que les patriciens sont pas censés être aussi forts que toi ? Tu peux pas tous te les farcir en principe !"
                Ahaha je m'attendais à ces question ! En fait elles sont liées, vous avez pas du faire exprès. J'ai mentionné tout à l'heure certaines conditions qui devaient être remplies si l'on veut mettre au point cette stratégie : la première est de posséder une baronnie, ce qui permet d'être bien plus puissant que les autres patriciens. Et quel est le moyen le plus simple pour en obtenir une ? Il suffit simplement d'être doge, de contrôler un comté, d'assassiner un baron vassal, et hop le tour est joué, en principe les barons n'ont pas de grande famille. La seconde condition est que les autres patriciens n'aient pas de titres, ce qui les rendrait aussi fort que vous.)

                Etat des familles patriciennes avant les guerres
                Spoiler:


                Revenus de la maison Di la Soga avant les guerres
                Spoiler:


                Les guerres s'avéreront d'une grande facilité, Pasquale possédant 400 hommes, alors que tous les autres patriciens réunis se traînent à 50 chacun. De plus, Gherardo , fidèle commandant de la Maison, sera à la tête des forces défendant les intérêts familiaux.
                Les trois comptoirs réclamés par Pasquale
                Spoiler:




                Finalement, Pasquale s'empare de trois comptoirs de ses rivaux, et s'impose désormais comme l'homme fort de la République, ce qui lui permet d'être élu Doge après que son prédécesseur ne tombe malheureusement tout seul dans les escaliers, un accident tragique mais très commun au sein d'Amalfi.
                Etat des familles patriciennes après les guerres
                Spoiler:


                Revenus de la maison Di la Soga après les guerres
                Spoiler:



                Revenus de la maison Di la Soga après l’élection de Pasquale
                Spoiler:


                Pasquale alors devenu adulte, il ne fait aucun doute qu'il est un homme aussi brillant que son père. Bien qu'on puisse penser que son bec de lièvre puisse être un handicap, il sera très vite évident qu'il aura hérité de l'aura séductrice de son paternel, ainsi que de sa volonté de courtiser toutes les femmes de Rome à Palerme.
                Spoiler:



                "Pourquoi le trait Séduction ?" me direz-vous. En fait c'est encore une fois en raison du fait que je joue une République, encore une fois en rapport avec les comptoirs. Voyez-vous il y a trois manières d'augmenter sa limite de comptoir : la technologie "Pratiques Commerciales", le Manoir de la Maison et le nombre de mâles sans terre de la dynastie dans la cour. Le stratagème est très simple, il s'agira de faire un maximum d'enfants, que ce soit moi ou les autres membres de ma famille. Donc il faut faire beaucoup de mariages et draguer toutes les femmes d'Italie, pour faire un maximum de bambins qui deviendront de beaux mâles sans terres. Attention il faut légitimer les bâtards, pour la bonne et simple raison qu'en République, on choisit son héritier parmi les mâles de la dynastie, ce qui se combine très bien avec ma stratégie : plus de bambins légitimes = plus de choix pour l'héritier !

                Le verrou du Bénévent
                Ou le début de la malchance




                Comme chacun l'aura remarqué, le sud de l'Italie est en grande partie possédé par le Duc de Bénévent, mettre la main sur ce duché signifierait mettre la main sur le Royaume de Sicile tout entier. Cela, Pasquale l'avait bien compris, son objectif premier devrait être le Bénévent, et aussitôt arrivé au pouvoir, il décida d'envoyer son chancelier, expert dans l'art de la diplomatie, fabriquer des revendications sur ce grand duché. C'est du moins ce qu'il espérait, nous sommes alors en 790, et les revendications ne sont pas prêtes d'être fabriquées.
                Un bon chancelier hein ? Pedur qu'il s'appelle... Pedur...
                Spoiler:
                Révolte des Tuniques Pourpre - Acte I



                Il est temps d'aborder le point crucial du règne de Pasquale, les lois de l'Empire Byzantin. La République d'Amalfi appartenant au Basileus, ses lois y sont appliquées. Parmi elles, la loi sur les Guerres des Vassaux. Lorsque Pasquale envoie son chancelier au Bénévent, cette loi autorise les vassaux Byzantins à déclarer des guerres en dehors de l'Empire.Seulement, la situation change très vite et Anthousa, la Basilissa de l'Empire, décide d'interdire à ses vassaux de déclarer la moindre guerre. Lorsque cette nouvelle scandaleuse arrive aux oreilles du Doge, il n'hésite pas une seule seconde, il prend la mer pour la Thessalonique pour d'entretenir avec le Doux Alexandre (Pyrus), alors le plus puissant vassal de l'Empire. Il verra d'autres vassaux, notamment le Doux Maximos (Mandor) d'Opsikion et le Doux Vojislav (Dacen) de Serbie, un slave ayant récemment juré allégeance à la Basilissa. Le but de ces entretiens est évident, les vassaux Byzantins en ont assez des lois tyranniques de l'Empire, qui les empêchent de lancer leurs populations dans des guerres sanglantes pour leurs intérêts personnels.

                Rapidement, une faction de vassaux dissidents est formée, ils seront plus tard connus sous le nom des Tuniques Pourpres.


                Doux de Thessalonique, principal leader des Tuniques Pourpres




                Quelques temps après que les différents vassaux Byzantins n'aient commencé à s'entendre pour imposer leurs lois dans l'Empire, une occasion se présente :
                En effet le Tyran Byzantin, ivre de pouvoir, décide de révoquer le titre de Vojislav (Dacen) de Serbie, ce dernier ayant préalablement reçu des garanties de la part de ses camarades vêtus de tunique, refuse l'ultimatum de la Basilissa et appelle tous les vassaux Byzantins à le rejoindre.
                C'est le début de la "Première Guerre Pourpre", aussi connue sous le nom de "Révolte des Tuniques Pourpre - Acte I".

                La guerre oppose 7000 hommes des Forces de l'Ordre Byzantines à 11000 Tuniques Pourpres. La guerre se déroule en trois phases, la première voyant les différentes armées se regrouper et s'organiser. La seconde verra les batailles majeures entre les deux camps, notamment la bataille décisive qui, dans les collines de Cyzique, vit la guerre pencher du côté de la Justice.

                Bien que supérieures en nombre par leur infériorité numérique, les Forces de l'Ordre sont défaites par les Tuniques Pourpres à la Bataille de Cyzique.




                La troisième et dernière phase de la guerre verra les Tuniques Pourpres, Pasquale en tête, occuper Constantinople et les principales cités de l'Empire, forçant finalement la perfide Anthousa à abdiquer.

                Et là... c'est le drame..
                Car en effet, je ne vous ai pas tout mentionné : juste avant que la guerre ne s'achève, je décidai d'envoyer mes hommes à Naples. La raison est la suivante : la guerre est quasiment gagnée, la
                Basilissa n'a plus d'armée, il ne reste qu'à l'occuper. Mes 800 hommes n'étant plus utiles, je décide de les envoyer bouter ma vassale la comtesse de Naples. Car peu avant, j'avais soudo.. envoyé un cadeau au Pape pour qu'il m'accorde une revendication sur le Bénévent, j'espérais que l'augmentation de nos relations suffise à faire basculer le seuil d'acceptation de la revendication sur le duché en ma faveur, car mon chancelier était toujours broucouille. Malheureusement cela ne suffi pas, et je décidai alors d'utiliser ma piété et mes relations avec le Pape pour qu'il me donne plutôt une revendication sur Naples, afin que je révoque ma vassale et que je gagne un comté entier pour ma famille, ce qui fut accepté, je m'empressai alors de déclarer la guerre, en pleine révolte.
                Je débarque mon armée, je révoque ma comtesse, elle refuse, je détruis son armée et commence à l'occuper.
                Et c'est à ce moment que la guerre de la Révolte s'achève.
                Ma comtesse étant considérée indépendante à ce moment là, car en guerre avec moi, est donc considérée par le jeu comme vassale du chef de la révolte, donc lorsque la guerre se finit, ma guerre s'achève car les lois de la couronne ne permettent pas de déclarer la guerre à un autre vassal. Conclusion, la guerre se termine, je perd ma vassale de Naples et je ne peux pas utiliser ma revendication sur elle car c'est interdit par les lois de la couronne.

                Mon visage à ce moment-là
                Spoiler:




                Le Doge Pasquale ayant décidé de donner le comté de Naples au nouveau Basileus Nikephoros, il espérait que ce dernier serait un bon et juste souverain.
                Révolte des Tuniques Pourpes - Acte II



                Faisons donc un petit point sur la situation du Doge, nous sommes en l'an 800, voilà 10 ans que le chancelier Pedur a été envoyé au Bénévent pour fabriquer une revendication, 10 ans qu'il n'a pas avancé d'un pouce. Le Doge perd le comté de Naples et ne peux pas utiliser sa revendication dessus.
                Heureusement, Nikephoros, le nouveau maître de Constantinople, s'avère être un souverain plus compréhensif et moderne que les autres, jeune et dynamique, il réforma la loi portant sur les Guerres de Vassaux aussitôt arrivé au pouvoir, les autorisant à déclarer la guerre à l'extérieur de l'Empire.

                Super ! Mais est-ce suffisant....




                Bien que le Doge Pasquale se réjouisse de cette réforme salutaire, il ne peut s'empêcher de penser "On peut aller plus loin"..
                Il décida de reprendre la mer et de motiver de nouveau les vassaux Byzantins pour cette fois eux-mêmes changer les lois de l'Empire, ne pas laisser le Basileus, aussi moderne soit-il, décider seul des lois. Qui sait s'il n'allait pas changer d'avis et de nouveau proclamer l'interdiction de toute guerre ? Non, il fallait agir maintenant !
                Les autres vassaux étaient aussi d'accord, et la faction des Tuniques Pourpres fut de nouveau formée.
                Pour la République, pour la Liberté !
                Spoiler:




                Mais tout n'allait pas se passer comme prévu, ou plutôt, tout allait se passer comme Pasquale le craignait....
                En 803, le Basileus décide de révoquer le titre d'un Doux de l'Empire faisant partie des Tuniques Pourpres, naturellement, tous les vassaux fidèles à la cause rejoignirent le conflit en faveur de leur camarade contre le Tyran.
                Cette guerre s'est avérée plus compliquée que la première, les forces étant plus équilibrées : 11000 hommes pour le Tyran, 14000 hommes pour les Pourpres. L'armée du Doge (800 hommes) ayant notamment été interceptée par 10000 soldats du Basileus, Pasquale se retrouva sans armée et fut sorti de la guerre.
                Néanmoins les révoltés réussirent tout de même à remporter une victoire décisive dans les montagnes de l'Anatolie, elles finirent par occuper Constantinople et remporter la guerre dans l'année qui suivi.
                C'est alors qu'un miracle arriva, la revendication tant attendue



                Mais malheureusement, l'armées du Doge ayant été décimée lors de la dernière Guerre Pourpre, il ne pouvait se permettre d'attaquer le Duc de Bénévent pour appuyer sa légitime revendication qu'il avait attendue 15 ans...

                Et c'est alors qu'un dernier malheur devait arriver : la prédiction de Pasquale allait s'avérer exacte et le Basileus, courroucé par ses vassaux, décida d'annuler sa réforme, et déclara de nouveau que les vassaux n'auraient plus le droit de partir en guerre, que ce soit contre d'autres vassaux ou à l'extérieur de l'Empire. Cela alors que le Doge pouvait enfin revendiquer le Bénévent....
                Spoiler:





                Vous devinez de suite ce qui allait se passer : le Doge prit la mer et hissa de nouveau les couleurs de la révolte..
                ça va chier....


                Acte III à suivre dans le prochain chapitre

                Merci d'avoir lu !
                Dernière modification par Soga, 22-01-2019, 01h21.

                Commentaire


                • #9
                  J'ai lu, merci pour cette lecture sympathique

                  La revendication faite juste après l'interdiction des guerres externes

                  Commentaire


                  • #10
                    Magnifique rôle-play sur votre partie, tout en finesse et dérision avec une belle pointe d'humour et des illustrations forts sympathiques pour appuyer le propos. En espérant que les prochains AAR(S) soient de cette qualité, je les lirai avec impatience, chapeau bas !

                    Commentaire


                    • #11
                      Soga pourquoi mon héritier est-il à ta cour???

                      Commentaire


                      • #12
                        Merci Mandalore_ultime ça fait plaisir !

                        Alexei1492 Je pense savoir pourquoi : pour avoir un bon chancelier qui me permettrait d'avoir une revendication sur le duché de Bénévent le plus vite possible, j'ai passé la moitié de la session à utiliser la recherche de personnage pour inviter à ma cour les meilleurs diplomates d'Europe. Si ton héritier est fortiche en diplomatie, alors c'est que je l'ai invité !

                        Commentaire


                        • #13
                          Alexei qui va jouer des personnages italiens au Pays de Galles

                          Commentaire


                          • #14
                            Envoyé par Soga Voir le message
                            Merci Mandalore_ultime ça fait plaisir !

                            Alexei1492 Je pense savoir pourquoi : pour avoir un bon chancelier qui me permettrait d'avoir une revendication sur le duché de Bénévent le plus vite possible, j'ai passé la moitié de la session à utiliser la recherche de personnage pour inviter à ma cour les meilleurs diplomates d'Europe. Si ton héritier est fortiche en diplomatie, alors c'est que je l'ai invité !
                            Son héritier n'est pas le meilleur en diplomatie, c'est juste un troll comparable à R2sus, la seule fois qu'il fait son boulot, c'est quelques minutes après l'interdiction des guerres externes

                            Commentaire


                            • #15
                              Soga lors de la prochaine session, retires le tout de suite des tes commandants. Ou je pourrais changer de cible prioritaire à assassiner.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X