X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Simulation] European Ship Simulator

    European Ship Simulator - 2015





    European Ship Simulator sera surement bien accueilli sur ce forum, sait-on ? Il semble pourtant discret, très discret, si silencieux, que nombreux n'ont peut-être pas encore songé à prendre les commandes d'un navire, du moins, en simulation. Jeu concocté avec soin, les développeurs Excalibur décident d'immerger le joueur dans l'univers marin. On ne se trouvera pas sous l'eau, comme les plongeurs le désirent tant, mais sur l'eau, direction-utilisation compas-soleil. Épaulés par Merge Games, les créateurs souhaitent assurer le pilotage d'un immense cargo ou d'un petit bateau à moteur, au choix, selon l'ordre des missions, avec à la tête, pour confirmation d'un permis, le joueur. En outre, cela change des jeux ordinaires, European Ship réanime les passions aquatiques et marines, c'est indubitable. Pourtant, je ne chercherai pas à écrire pour écrire, mais plutôt délivrer un avis simple. De peur d'en perdre certains dès le début, car c'est inévitable, je vais immédiatement rédiger une infime conclusion sur ce qu'on appelle une réussite délicate.

    Parce qu'on tourne en rond, parce que les développeurs pouvaient ajouter davantage, parce qu'ils pouvaient peaufiner, fignoler des détails qui, à mes yeux, semblent particulièrement distinctifs et énormes. Ainsi, on note l'absence dérisoire d'un quelconque équipage, on sent rapidement la solitude nous envahir, type traditionnel du vaisseau fantôme imaginé et réalisé par Steve Beck en 2003 (pour titre informatif, le vaisseau de l'angoisse). On peut hésiter à prendre les commandes tellement la délicatesse ne manque pas à décrire la scène. Je réclame une présence humaine pour étendre le réalisme dans notre navire. On joue avec la caméra, et on voit avec stupéfaction un pilotage "incontrôlé" par l'homme. Par ailleurs, j'estime également que les mouvements marins laissent perplexes. Il est dommage de ne pas subir des grosses tornades, voir plus de scénarios chaotiques montrant les forces destructrices naturelles, les courants agités et frappant la coque, l'appui du temps (le soleil est magnifique mais pas que), les températures etc. On apaisera nos termes en rappelant la symbolique visibilité qui a été respectée (brouillard). Comme on le remarque, ces quelques critiques nuisent à la réputation du jeu, mais je devais accomplir cette dure labeur pour espérer un meilleur opus dans un avenir proche. On note les divers navires qu'on rencontre pendant notre traversée, mais qui ne donnent pas signes de vie, aucunes manifestations concrètes, seulement un algorithme qu'ils suivent. Pis encore, il apparaît improbable d'imaginer un navire avec un radar mais sans contact ou radiodiffuseur.

    J'ajouterai un dernier point qui vient déraisonnablement me faire trembler d'incompréhension et d'hésitation. Le navire que le joueur tient comme un grand bébé ne semble jamais couler (sauf confirmation contraire, quelle résistance des structures !). Fin tragique, fin énergique, elle ne peut être mentionnée ici. Quel dommage, j'aurais passé mes journées à achever les missions par des naufrages incompréhensibles, extraordinaires, avec pour suite le feuilleton d'une grande investigation menée par le NTSB. Bon, j'arrête le délire. Retenons seulement davantage de réalisme, des détails.

    Cependant, European Ship Simulator est aussi un très beau jeu qui mérite qu'on s'y attarde pour ressentir toute la complexité d'être au commande d'un navire. Malgré une certaine négligence des grands termes marins, omis par les développeurs, on s'émerveillera de la qualité globale, des graphismes, des nombreuses éventualités une fois à la direction (l'exemple typique est la vibration assourdissante de notre navire à son départ, quel son immense et réaliste ! Toutes les touches de pilotage sont à rendre complètement fous), le mode caméra qui sensibilise toute notre progression dans l'univers (nos yeux se trimbalent à l'intérieur comme à l'extérieur, regard nostalgique ou curieux, c'est très poussé), les nombreuses missions que j'apposerai ci-dessous (si vous êtes courageux pour les observer ). En fait, European Ship Simulator demeure sympathique, épatant, émouvant, ce qu'on voudra, mais en tant que chieur première catégorie (), j'ai encore soif, et cet opus ne m'a pas entièrement rassasié.

    J'aimerais toutefois continuer mes développements si vous me le permettez. Les lecteurs qui souhaitent en apprendre plus peuvent continuer, j'insiste, pour ceux qui en ont appris suffisamment, je vous invite à porter un regard attentif sur les quelques screens (les images résumeront mes écrits postérieurs). Je vais expliquer concrètement le fonctionnement d'European Ship Simulator, détailler les éventualités, les options en introduisant ces fameux screens pour appuyer mes mots.




    Immédiatement, concernant les graphismes, qui sont mauvais, s'expliquent par l'utilisation explosive de mon ordinateur portable. En effet, on l'excusera car il n'est pas d'une génération moderne. Il a tenu avec une atmosphère réduite mais tenante, j'ai apprécié l'opus sans effort graphique pour le coup. European Ship Simulator est un jeu vidéo pas très gourmand, mais qui demande une bonne carte graphique. D’où, une sensation de vide s'impose ici alors qu'en réalité il devrait y avoir quelques animations avec l'eau et le navire au centre. Les développeurs offrent deux grandes directions. Soit on lance une nouvelle partie, c'est à dire une série de missions (on doit accomplir des objectifs, ce qui ouvre/débloque des voyages inédits sur d'autres destinations !). Soit on s'improvise dans notre nouvel uniforme en se plongeant directement dans l'éditeur de mission. La première chose qui m'a accroché à mon PC est le fond sonore. La musique nous projette facilement dans l'ambiance maritime (si certains connaissent RollerCoaster Tycoon III, eh bien, le style n'est pas si différent).




    Le menu s'identifie par un certain nombre de missions. Bien entendu, plus on descend et plus la difficulté s'intensifie. Les premières missions seront qualifiées de "bac à sable", permettant de découvrir les grandes fonctionnalités du jeu. On observe succinctement que les missions s'apparentent en des voyages entre deux ports/villes/lieux. Ainsi, en début de liste, les périples se manifesteront aisément mais on ne peut éloigner la complexité du processus. En effet, en tant que novice maritime, je ne peux cacher mon incompréhension face aux centaines de boutons, aux nombreuses alarmes et à l'orientation/navigation du bateau. On doit être soigneux, doux, consciencieux même, pour éviter la catastrophe du siècle. Mais avant d'entrer dans le vif du sujet, je vais rapidement expliquer les quelques fenêtres visibles.




    C'est très facile, la grande fenêtre indiquera l'image de notre navire, ou le port sur lequel on part/ou on arrivera. On doit être attentif car on connait alors des informations sur la visibilité, le temps, le courant, le vent, l'attache ou non au port/son immersion de départ, l'état des alentours, le trafic maritime etc. Je critiquais les conditions météorologiques qui sont, à mon avis, insuffisamment poussées/claires. De même, le réalisme manque à l'appel. Notre navire possède un nom, il y a un temps à respecter entre chaque parcours.

    Les voyages de nuit subsistent heureusement ! Il y a plusieurs avantages à entamer une partie de nuit. D'abord, l'intensité sera telle qu'on devra être plus sage sur le positionnement de notre embarcation. Intérieurement, on vibre, la curiosité et l'esprit d'aventure intensifient démesurément la qualité d'une partie. Enfin, il est difficile d'en sortir indemne. Non, je rigole mais retenez qu'une mission de nuit apporte une vision plus juste de la complexe navigation en pleine mer. Le plus important est de ne pas dévier de sa trajectoire (si la destination est Calais et qu'on se retrouve à 200km à l'est, je vous laisse deviner le joli message qui apparaîtra ==) vous êtes viré, brèle, bachibouzouk vociférait le Capitaine Haddock !). On utilisera un compas, le soleil la journée, la lune, les étoiles (comme dans l'ancien temps ), les ordinateurs. Bref, de nuit, on joue avec férocité/fluidité et notre rigueur est mise à l'épreuve tout particulièrement.

    Les missions ne concernent pas uniquement des trajets entre deux destinations. Outre les livraisons, on peut devoir effectuer des manœuvres directement au port pour montrer tout notre génie . Alors, me connaissant, je savais déjà que la proue de mon navire outrepasserait l'objectif pourtant défini. Le trafic est parfois intense, les collisions ne sont pas rares dans cet opus. Une critique qui intervient ici, comment admettre qu'une gros paquebot ne coule pas ?




    Et alors, ça donne quoi l'éditeur de mission ? En fait, on choisit un port, un navire parmi la liste proposée et hop c'est parti. A l'identique, on peut critiquer le processus. On remarque tout d'abord un choix restreint des deux côtés, et puis, le menu semble délaissé par rapport à ce que le joueur chercherait dans son fort intérieur. Les possibilités étant réduites, on se contentera de la première option, les missions suffisent à s'enivrer pendant un temps suffisamment bon. Cet opus offre plusieurs heures de jeu. Son immersion s'apprécie gentiment. On notera plusieurs choses. European Ship Simulator est un très bon jeu, sans aucun doute, mais qui méritait plus de travail et de douleurs de la part des développeurs. Ça donne l'impression d'inachevé, ou d'un objectif partiellement acquis. Par ailleurs, les nombreuses critiques que j'ai formulé précédemment n'ont rien de brutales, car ça reste très sympathique pour l'ambiance, la manipulation des navires, l'atmosphère générale fortement agréable, surprise, surprise, surprise, mais je désirais ++++ ! Voir même pêcher des baleines (), si l'avenir le permet en simulation (observer au plus près l'univers marin, comme recherchent les développeurs, mais inaccessible à ce jour), ++++ de détails rendant le réalisme époustouflant car il se situe sur une échelle de 1 à 10 au niveau 6+ (on ne perd pas espoir car c'est un jeu tout neuf, encore récent) ! On peut mentionner la venue des mini-mods qui amplifient le gameplay en ajoutant des navires, des ports, et des missions.

    Je terminerai ce sujet par son enrichissement ! J'ai décidé d'apposer les divers modes caméra proposés par les développeurs. Ce n'est pas un opus sans intérêt à mon avis, il renferme de nombreuses possibilités. Mais le détail manquera, toujours le détail (des événements irrésistibles, imprévisibles pouvant mener l'embarcation dans les abysses), le remord...


    Spoiler:




    Intérieur.



    Mode Cinématique.



    Mode Orbite.

    Dernière modification par Strabon, 23 July 2015, 14h30.

  • #2
    Grosse différence entre mes screens et la vidéo du gars :

    Commentaire


    • #3
      Bonjour,
      J’ai eu la chance de jouer à European Ship Simulator et franchement, j’ai été impressionnée. Le tableau de bord avait l’air tellement réel et je dois avouer que j’ai pris beaucoup de plaisir à conduire ce bateau. C’était vraiment simple et du coup, j’ai même eu envie de vivre cette expérience pour de vrai. LOL

      Commentaire

      Chargement...
      X