X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #76
    1 Avril 1940
    Allemagne
    Hitler approuve le plan pour l'invasion de la Norvège.

    2 Avril 1940
    Allemagne
    Hitler fixe la date de l'opération Weserübung, concernant l'invasion du Danemark et de la Norvège, au 9 avril.

    Grande-Bretagne
    La Luftwaffe fait des raids sur la base navale de Scapa Flow. Sur le vol de retour, les avions attaquent les phares de Duncansby Head et de Stroma Island.

    3 Avril 1940
    France
    A Paris, fin du procès à huit clos des 44 députés communistes jugés par le Tribunal militaire de Paris, commencé le 20 mars. 36 sont condamnés à 5 ans de prison, les 8 autres à 4 ans avec sursis.

    Grande-Bretagne
    A Londres, le Premier ministre britannique, Neville Chamberlain, remanie son ministère. Winston Churchill se voit confier la présidence du Comité des ministres de la Défense et obtient l'accord du gouvernement pour miner les eaux territoriales norvégiennes, mesure déjà décidée à la réunion du Conseil suprême interallié du 28 mars.

    4 Avril 1940
    Allemagne
    Des bombardiers de la RAF bombardent des destroyers allemands au large de Wilhelmshaven.

    Grande-Bretagne
    Le ministère des Finances britanniques forme une compagnie pour commercer avec les Balkans afin de contrer la pénétration économique allemande dans la région.

    Norvège
    Le navire de passager, Mira, atteint son port d'affectation après avoir subi de nombreuses attaques aériennes durant 6 jours dans la Mer du Nord. Aucun des 107 passagers et équipages n'est sérieusement blessé.

    5 Avril 1940
    France/Grande-Bretagne
    Pour des raisons techniques, le départ des premiers contingents du corps expéditionnaire allié en Norvège est retardé jusqu'au 8 avril.

    Grande-Bretagne
    Dans un important discours public, le premier ministre Chamberlain déclare qu'Hitler a "manqué le bus".

    Norvège
    Le gouvernement reçoit une note des Alliés annonçant qu'ils se réservent le droit de saisir leurs fournitures destinées à l'Allemagne.

    6 Avril 1940
    Grande-Bretagne
    La RAF met fin aux largages de tracts au-dessus de l'Allemagne. Depuis le 3 septembre 1939, environ 65 millions de tracts et de "journaux" ont été lâchés.

    7 Avril 1940
    Mer du Nord
    Les navires de guerre allemands commencent à quitter leur port d'affectation pour se rendre en Norvège. Les Britanniques ont détecté la concentration de navire près de Kiel, mais ils n'ont aucun renseignement antécédent pour les comparer avec les leurs et n'en prennent donc pas compte. Certaines unités allemandes sont repérées et attaquées par l'aviation britannique. La totalité de la flotte de surface allemande est investie dans cette opération, naviguant à différentes heures dans six groupes différents. Ils projettent de débarquer à Narvik, Trondheim, Bergen, Kristiansand, Oslo et un petit détachement à Egersund. Les croiseurs de bataille Scharnhorst et Gneisenau naviguent avec le groupe qui se rend à Narvik, mais continue pour opérer contre les navires en Arctique. Une large partie de la flotte des U-Boot est aussi impliquée dans la campagne, mais ne sert que très peu, car ils emploient des torpilles avec des explosifs magnétiques qui ne fonctionnent pas correctement dans les hautes latitudes. Les navires transportent 3 divisions pour l'assaut. Trois autres seront acheminées également pour une deuxième vague d'assaut. Ils ont un appui aérien de 500 transporteurs, 300 bombardiers et 100 avions de chasse. Pour que ce soutien aérien soit efficace, il sera nécessaire que les aérodromes du nord du Danemark et de la Norvège elle-même soient pris très rapidement. Cette tâche difficile sera accomplie avec succès.

    8 Avril 1940
    France/Grande-Bretagne
    Les gouvernements alliés informent la Suède qu'ils ont posé des mines dans ses eaux territoriales.

    Grande-Bretagne
    Les troupes embarquant à Rosyth pour l'expédition anglo-française vers Narvik sont envoyées à l'arrière dans les terres alors que les navires-transporteurs naviguent. En fait, ces troupes pouvaient atteindre facilement leur objectif avant le débarquement allemand, ou au moins avaient la chance de pouvoir le faire plus tôt dans la campagne.

    Norvège
    Dans la soirée, au cours d'une réunion du Conseil des Ministres, le colonel Rasmus Hatledal, chef d'état-major de l'armée de terre norvégienne, affirme au ministre de la Défense que tous les officiers de l'état-major se mettent à sa disposition.

    Dans la nuit du 8 au 9 avril, le gouvernement norvégien se décide enfin, un peu tard, à mobiliser plusieurs unités au sud du pays.

    Mer du Nord
    Tôt dans la matinée, le destroyer britannique Glowworm rencontre une partie des forces allemandes qui se dirigent vers Narvik au large du fjord de Trondheim. Après le coulage du croiseur lourd Hipper, le Glowworm est torpillé. Aux environs de midi, le navire de transport allemand Rio de Janeiro est coulé par le sous-marin polonais Orzel dans le Skaggerak, beaucoup de soldats allemands seront secourus par des bateaux de pêche norvégiens. En dépit de ceci et d'autres indications, les autorités norvégiennes alerteront seulement les forces côtières que dans l'après-midi. Les forces navales britanniques en mer sont alertées, mais n'ont pas les informations mises à jour pour pouvoir intercepter les forces allemandes qui se préparent à débarquer. La Royal Navy mine les eaux norvégiennes pendant ce temps-là...
    Destroyer Britannique Glowworm

    Sous-marins Orzel


    9 Avril 1940
    Danemark
    Deux divisions allemandes sous le commandement du générale Kaupitsch envahissent le pays. Copenhague est pris en moins de 12 heures.

    France/Grande-bretagne
    A la nouvelle de l'offensive allemande au Danemark et en Norvège, Français et Britanniques demandent à la Belgique l'autorisation de pénétrer sur son territoire. Le gouvernement belge refuse.

    Norvège
    Le débarquement en Norvège, l'opération Weser commence.
    Le groupe de navires prévus pour Oslo rencontre une forte résistance alors qu'ils sont en train de naviguer vers le fjord d'Oslo. Les canons de la forteresse d'OSkarsborg tirent sur le croiseur Blucher et le coulent.
    Canons de la forteresse d'Oskarsborg


    Les troupes sont contraintes de débarquer avant, mais arrivent malgré tout à rejoindre la ville. Les unités aéroportées auront quelques accidents lors de l'atterrissage simultané à l'aéroport d'Oslo.
    Le brouillard perturbe le débarquement allemand à Kristiansand, mais les troupes arriveront finalement à terre.

    L'aérodrome vital de Stavanger est pris très rapidement par des troupes aéroportées, mais beaucoup d'équipement sera perdu lors du torpillage d'un navire par un destroyer norvégien.
    À Bergen, la surprise est également de la partie, mais malheureusement le croiseur Konigsberg est endommagé par une batterie côtière.
    Dans le nord, Trondheim est pris sans presque aucun coup de feu. La partie la plus incertaine du plan allemand est le mouvement sur Narvik.

    Avec la combinaison de la chance et du mauvais temps, il passe les patrouilles britanniques en cours de route et une fois atteint le haut du fjord, il coule deux vieux navires des défenses côtières.
    Au large, il y a un engagement entre le croiseur de bataille Renow, Scharnhorst et Gneisenau dans lequel, en dépit de la disparité des forces, le Gneisenau est endommagé avant que les Allemands ne se retirent.

    Une force de croiseurs britanniques se dirige vers Narvik. Au large de Kristiansand, le croiseur Karlsruhe est coulé par un sous-marin britannique.
    Globalement, les Allemands ont réussi à débarquer leurs forces à terre et à obtenir le contrôle de l'aérodrome de Stavanger qui sera crucial.
    La puissance aérienne allemande limite déjà les opérations britanniques en coulant un destroyer et en endommageant le navire de guerre Rodney.
    Croiseur Blucher

    Croiseur Konigsberg

    Navire de guerre Rodney

    Commentaire


    • #77
      C'était pas si évident que ça la prise de la Norvège en fin de compte.

      Commentaire


      • #78
        Non et ça continue jusqu'en juin 1940

        Commentaire


        • #79
          10 Avril 1940
          Danemark
          Le roi Christian X et le gouvernement danois se soumettent à l'ultimatum allemand.
          Roi Christian X


          France
          Paul Reynaud, président du Conseil Français, déclare au Sénat que "la route permanente du fer suédois vers l'Allemagne est désormais coupée".
          Paul Reynaud


          Norvège
          Avec leurs saisies dans les grandes villes du pays, les Allemands ont pris la plupart des stocks d'armes au centre de mobilisation norvégienne.

          Le gouvernement norvégien et la famille royale ont quitté Oslo et Quisling s'est installé à la tête d'un nouveau gouvernement.
          Quisling


          Mer de Norvège
          Première bataille de Narvik.
          La force navale britannique attaque dans le fjord 10 destroyers allemands. Deux navires allemands sont coulés ainsi que deux britanniques. Les Britanniques ont un navire sérieusement endommagé tandis que les Allemands en ont quatre de touchés dont deux très sérieusement. Le navire de poche allemand Lützow est très sérieusement endommagé par une attaque de sous-marin. D'autres navires marchands allemands provenant d'un convoi pour Oslo sont aussi coulés. Le croiseur allemand Königsberg est coulé devant Bergen par des bombardiers Skua britanniques. C'est le premier navire de guerre important coulé par cette méthode d'attaque.
          Bombardiers Skua


          11 Avril 1940
          Belgique
          L'armée belge annule toutes les permissions.

          Norvège
          Le roi et le gouvernement appellent tous les Norvégiens à se battre. Démission du général Laake, commandant en chef de l'armée norvégienne. Il est remplacé par le général Ruge.
          Général Laake


          12 Avril 1940
          Norvège
          Les forces allemandes progressent d'Oslo dans toutes les directions. Ils prennent Kongsberg au sud-ouest de la capitale.

          Mer de Norvège
          Le Gneisenau, le Scharnhorst et l'Admiral Hipper sont localisés par reconnaissance aérienne au sud-ouest de Stavanger en route vers l'Allemagne. Les attaques aériennes à partir des bases aériennes et des porte-avions échouent. En dépit de cette fuite, la marine allemande a perdu beaucoup dans cette campagne jusqu'ici.

          13 Avril 1940

          Allemagne
          Hitler est très inquiet par la situation en Norvège et est empêché par son état-major d'émettre une série d'ordres irréfléchis, particulièrement aux troupes dans Narvik.

          Grande-Bretagne
          Nouvelles directives du gouvernement britannique au maréchal sir Algernon Portal, commandant du RAF Bomber Command.
          Maréchal sir Algernon Portal


          En cas d'invasion de la Belgique et des Pays-Bas par les Allemands, les objectis prioritaires seront les concentrations de troupes, les installations du bassin industriel de la Ruhr, et surtout les voies de communication. Les bombardiers britanniques devront agir de préférence de nuit.

          Mer de Norvège
          Batailles navales de Narvik : une escadre britannique détruit dans le fjord huit destroyers allemands, un sous-marin et plusieurs cargos chargés de matériels. Le général allemand Dietl est isolé, mais le général anglais Mackesy refuse toute opération terrestre.
          Général Dietl


          Général Mackesy


          14 Avril 1940
          Norvège
          Les forces norvégiennes sont en train de combattre des actions différées dans la vallée de Glomma et dans les environs du lac Mjösa contre les forces allemandes progressant vers le nord d'Oslo. Il y a de petits débarquements de contingents à Namsos et Harstad. Les Britanniques et les Français sont en train de considérer un certain nombre de stratégies avec pour objectif de libérer Trondheim et Narvik. Durant les jours suivants, cependant, des assauts directs sur ces villes rendront cela impossible.

          Dans la nuit du 13 au 14 avril, le convoi allié assurant le transport d'un contingent franco-anglo-polonais s'approche des îles Lofoten.

          15 Avril 1940
          Norvège
          Le principal corps de la 24e brigade britannique arrive à Harstad.

          Quisling démissionne et est remplacé pour l'instant par Ingolf Christensen à la tête du gouvernement soutenu par les Allemands.
          Ingolf Christensen


          16 Avril 1940
          Norvège
          La 146e brigade britannique débarque à Namsos durant la nuit et est immédiatement déplacée à l'intérieur vers Steinkjer. Les troupes britanniques occupent aussi les îles Féroé.

          17 Avril 1940
          Norvège
          Le croiseur Suffolk bombarde l'aéroport de Sola occupé par les Allemands. Plus tard dans la journée des forces britanniques débarquent à Andalnses.
          Croiseur Suffolk


          18 Avril 1940
          Norvège
          La 148e brigade britannique débarque à Andalsnes. Le général Paget est au commandement. D'autres troupes britanniques débarquent également à Molde. Durant la nuit, une partie de la 5e brigade de chasseurs alpins français débarque à Namsos. Il y a eu pas mal d'erreurs pour ces troupes dont principalement du matériel de ski.
          Général Paget


          19 Avril 1940
          Norvège
          Des unités de la 146e brigade britannique qui ont progressé de Namsos vers Steinkjer sont forcées de se replier par les troupes allemandes qui ont le soutien de leur navire de guerre dans le fjord de Trondheim.

          Pologne
          Création, à Lodz, du premier ghetto juif.

          Commentaire


          • #80
            20 Avril 1940
            Danemark
            L'armée est démobilisée.

            Norvège
            Namsos est lourdement bombardé par les Allemands et leurs installations portuaires. Le port est totalement détruit ainsi que les emplacements pour le débarquement. Il n'y a aucune couverture aérienne, ce qui bien sûr donne la supériorité aérienne aux Allemands. Les forces allemandes progressant depuis Oslo atteignent les positions norvégiennes à Lillehammer et Rena.

            21 Avril 1940
            Norvège
            Les forces norvégiennes sont repoussées en dehors de Lillehammer par les Allemands qui attaquent des deux côtés du lac Mjösa. Il y a des combats près de Namsos, Trondheim et Narvik.

            22 Avril 1940
            Norvège
            La 148e brigade britannique est attaquée au nord de Lillehammer par des forces supérieures allemandes progressant sur Balbergkamp et les forçant à se replier.

            23 Avril 1940
            Norvège
            Durant la nuit, la 15e brigade britannique débarque à Molde et Andalsnes et fait mouvement bientôt en direction de la 148e brigade afin de les soulager.

            24 Avril 1940
            France
            Le président du Conseil Paul Reynaud invite Benito Mussolini à ne pas entrer en guerre.

            Norvège
            Les forces allemandes dans l'Osterdal atteignent Rendal. Dans le nord, Narvik est bombardé afin de tenter de provoquer la reddition de la garnison allemande. Un débarquement est en vue. Le cuirassé britannique Warspite, un croiseur lourd et trois croiseurs légers sont utilisés, mais en dépit de la concentration de force le commandement décide que les canons ne bouleverseront jamais assez les positions allemandes à cause de leurs trajectoires inappropriées. Le commandant est l'amiral Lord Cork William Boyle. Cet officier est revenu au service actif en réponse à la demande de Churchill. Son ancienneté pose des problèmes dans ses relations avec les commandants militaires qui sont parfois peu disposés à insister sur les mesures que leur connaissance militaire leur fait croire essentielles.
            Le cuirassé britannique Warspite

            L'amiral Lord Cork William Boyle


            25 Avril 1940
            Norvège
            Les combats dans la vallée de Gudbrandsdal continuent. La 15e brigade britannique et les unités norvégiennes opposent une résistance farouche, mais sont à plusieurs reprises forcées de reculer. Les Allemands progressent rapidement dans l'Osterdal. Dans le nord, les Norvégiens commencent à attaquer en direction de Narvik.

            26 Avril 1940
            Norvège
            Les combats dans le nord de Lillehammer continuent ; les Alliés battent en retraitent.

            Suisse
            La Grande-Bretagne reconnaît le droit à la Suisse d'exporter vers les pays de l'Axe.

            27 Avril 1940
            Allemagne
            Himmler ordonne la construction du camp de concentration d'Auschwitz.

            L'Allemagne déclare la guerre à la Norvège.

            Hitler annonce Keitel, commandant en chef des forces armées, et à Jodl, chef du bureau opérations de la Wehrmacht, qu'il a l'intention de déclencher l'offensive contre la France la première semaine de mai.
            Jodl

            Kietel


            Norvège
            Les Britanniques décident d'évacuer leur force de Namsos et Andalsnes, abandonnant ainsi leur tentative d'atteindre Trondheim. Ils décident de concentrer leur force sur Narvik. Andalsnes est lourdement bombardé..

            28 Avril 1940
            Norvège
            Un détachement supplémentaire de brigade alpine française arrive à Harstad.

            La 15ème Brigade franco-britannique du général sir Bernard Paget, partie de Trondheim, ne réussit pas à progresser vers Gudbrandsdal.

            Paget fait savoir au commandant en chef de l'armée norvégienne, le général Otto Ruge, que le départ des Alliés du centre de la Norvège est inévitable.
            Le général Otto Ruge


            29 Avril 1940
            Norvège
            Le roi Hakkon et son gouvernement sont évacués de Model sur le croiseur britannique Glasgow et se dirigent vers Tromso. Les réserves d'or norvégien partent avec eux.
            Le Roi Hakkon

            Le croiseur britannique Glasgow


            30 Avril 1940
            Norvège
            Jonction à Dombas des deux colonnes allemandes, celle venant d'Oslo et celle venant de Trondheim. Évacuation d'une partie des troupes du corps expéditionnaire allié.

            Commentaire


            • #81
              1 Mai 1940
              Chine
              L'armée japonaise venant Xinjiang s'avance vers le fleuve Yang-tseu-kiang.

              Turquie
              Livraison à l'armée turque de 190 canons de 25 mm par les Français qui manquent pourtant d'armes antichars.

              France
              Les services de renseignement de l'Armée française signale que les Allemands renforcent leur dispositif le long de la ligne Siegfried, face aux frontières luxembourgeoise et belge, ainsi qu'au nord de la Moselle.

              Italie
              Comme réponse à la demande de paix de Roosevelt, Mussolini déclare que l'Allemagne ne peut pas perdre la guerre en Europe.

              Norvège
              L'évacuation d'Andalsnes est terminée. Plus 4400 hommes sont évacués, mais beaucoup d'équipement a été perdu. Les Norvégiens capitulent à Lillehammer.

              Suisse
              Paris est averti par l'attaché militaire français à Berne qu'une grande offensive sera déclenchée par les Allemands le 8 et 10 mai principalement sur Sedan.

              Yougoslavie
              A Belgrade, au cours d'une soirée trop arrosée, l'attaché militaire allemand en poste annonce l'imminence d'une offensive contre la France, la Belgique, les Pays-Bas et le Grand-Duché de Luxembourg.

              2 Mai 1940
              Norvège
              Les Allemands atteignent Andalsnes. Les Alliés commencent à quitter Namsos. Avant l'aube, 5400 soldats britanniques et français ont été évacués. De petites forces britanniques et françaises ont débarqué à Mosjoen pour essayer d'aider à bloquer la route du nord afin d'isoler Narvik.

              3 Mai 1940
              Norvège
              Presque toutes les troupes alliées sont évacuées du pays.

              4 Mai 1940
              Belgique
              Le Pape avertit le roi Léopold III qu'une attaque allemande est imminente.

              Norvège
              Les forces britanniques débarquent à Mo, au sud de Narvik.

              Pologne
              A Auschwitz, petite ville de 12000 habitants à 60km au sud-ouest de Cracovie, dans une ancienne caserne désafectée de l'armée polonaise, début des travaux de transformation, ordonés le 27 avril par Heinrich Himmler, d'un futur camp de concentration.

              Ce camp, baptisé Auschwitz-I, sera destiné aux prisonniers de guerre polonais, aux Allemands dits "associaux" et de professions "à risque": communistes, socialistes, prostituées, prêtres, médecins, homosexuels, retardés mentaux, étudiants, professeurs.

              5 Mai 1940
              Grande-Bretagne
              Un gouvernement norvégien en exil s'organise avec l'aide des Britanniques.

              Norvège
              Les forces allemandes provenant de Trondheim progressent vers le nord. Beaucoup de soldats alliés arrivent dans le nord, à Tromso et à Harstad. Ces contingents proviennent de la Légion étrangère française et des forces polonaises exilées.

              6 Mai 1940
              Grande-Bretagne
              La réserve d'or norvégien de 33 000 000 de livres arrive à Londres.

              Norvège
              Les forces norvégiennes lancent des attaques autour de Roeros-Stoeren.

              Vatican
              Le Pape déclare à la Princesse Marie-José, la femme du Prince de la Couronne d'Italie, que l'Allemagne est sur le point d'attaquer les pays faibles. Le Prince informe son frère, le roi Léopold III de Belgique.
              Princesse Marie-José


              7 Mai 1940
              Grande-Bretagne
              Il y a un débat important à la Chambre des Communes sur la conduite de la guerre et particulièrement de la campagne norvégienne. Les votes pour le gouvernement Chamberlain obtiennent une majorité de 281 contre 200, mais une fois comparée au premier soutien ce n'est pas suffisant pour permettre au gouvernement de continuer à prétendre être représentatif. Neville Chamberlain démissionne. Toutefois, dans un sens large, la responsabilité est à Chamberlain pour avoir échoué dans l'établissement d'une structure de décision réalisation cohérente pour voir que des plans ont été correctement coordonnés et que les subalternes ont travaillé raisonnablement et efficacement.
              Chamberlain


              8 Mai 1940
              Chine
              Les forces japonaises prennent Tsaoyang, dans la province de Hupeh.

              Allemagne
              Jacques Davignon, l'ambassadeur de Belgique à Berlin, signale au gouvernement de son pays que les Allemands rédigent un ultimatum à son encontre.

              En même temps, l'attaché militaire de l'ambassade belge câble à ses supérieurs pour signaler que l'OKW, le commandement suprême de l'Armée allemande, a diffusé à ses troupes l'ordre d'application du plan Jaune, c'est-à-dire l'offensive à l'Ouest contre la France, la Belgique, le Grand-Duché de Luxembourg et les Pays-Bas.

              URSS
              Timoshenko remplace Voroshilov comme Commissaire à la défense. Des programmes d'entraînements sont bientôt introduits pour corriger certains défauts qui sont apparus pendant la guerre d'hiver.
              Timoshenko

              Voroshilov


              9 Mai 1940
              Allemagne
              Le matin, le général Wilhelm Keitel, chef du commandement suprême de l'Armée allemande (OKH), transmet les ultimes instructions du Führer pour le plan Jaune (Fall Gelb), l'offensive à l'Ouest prévue pour la matinée du lendemain.
              Général Wilhem Keitel

              Plan Jaune


              Cet ordre d'attaque, diffusé aux plus hauts échelons de l'armée allemande, indique notamment: "Jour-J 10-V, heure H 5h35. Les noms de code Dantzig ou Augsbourg seront communiqués aux différentes formations de la Wehrmacht le 9-V à 21h30."

              Belgique
              L'armée belge est placée en alerte à cause des récentes tensions et signe de mouvements de troupes allemandes. Les gouvernements français et britannique en sont informés.

              France
              Le premier ministre, Paul Reynaud, menace de démissionner afin d'obtenir le renvoi de Maurice Gamelin, le commandant des forces suprêmes, qui est soutenu par Daladier.
              Maurice Gamelin


              10 Mai 1940
              Belgique/France/Luxembourg/Pays-Bas
              Les Allemands lancent l'opération " Gelb ", l'offensive à l'ouest. Le Groupe d'armées C de Leeb prend les frontières allemandes opposées à la ligne Maginot. Le Groupe d'armées A de Rundstedt lance une attaque principale à travers les Ardennes et le Groupe d'armées B de von Bock progresse à travers la Belgique et les Pays-Bas pour attirer les principales forces britanniques et françaises dans le nord.

              Durant le jour, le Groupe d'armées A frappe, avec trois corps blindés à sa tête, se dirigeant vers Sedan (France), Monthermé (France) et Dinant (Belgique). L'avance est rapide et la moindre opposition, surtout de la cavalerie française, est rejetée.

              Dans le nord, le Groupe d'armées B effectue un parachutage profond à l'intérieur des Pays-Bas qui fait beaucoup pour paralyser la résistance hollandaise, alors que les unités allemandes franchissent la Meuse près d'Arnhem et que le fort belge d'Eben Emael est mis hors d'état par les forces aéroportées allemandes qui posent ses planeurs littéralement sur celui-ci. Le fort est destiné à couvrir les passages à proximité du canal Albert, mais tout ceci n'est pas achevé.

              La Luftwaffe offre un soutien puissant. À la fin de la journée, les progrès allemands sont presque comme dans les prévisions.

              Le plan allié D prévoit le 1er Groupe d'armées françaises du général Billotte se composant des Forces expéditionnaires britanniques du général Lord Gort et de la 7e arme française du général Giraud pour progresser sur la ligne de la Dyle et de la Meuse au-dessus de Namur (Belgique) où ils sont rejoint par les forces belges et par les Néerlandais sur la gauche pour établir un lien.

              Le général Gamelin est le commandant suprême des forces alliées et le général George le commandant des armées françaises du front nord-est.

              Les Alliées réagissent rapidement aux attaques allemandes dès qu'ils entendront parler d'elles par les Belges.

              Dans la soirée, une grande partie de la ligne de la Dyle a été occupée, mais les troupes constatent qu'il n'y a aucune fortification comparée avec les positions qu'ils ont préparées le long de la frontière franco-belge durant la période de la Fausse Guerre. Une partie des réservistes sont donc engagé pour renforcer la ligne

              Certaines unités en avant de la 7e armée française établissent le contact avec les forces allemandes dans le sud des Pays-Bas et sont rapidement accueillis

              Le Groupe d'armées A de Rundstedt

              Le Groupe d'armées B de von Bock

              Le Groupe d'armées C de Leeb

              Général Lord Gort

              Général Giraud

              Général Georges (à Gauche)

              Général Billotte


              Grande-Bretagne
              Churchill rend visite au roi et devient officiellement premier ministre.

              Islande
              Des troupes britanniques débarquent sur l'île. Ce sont des éléments avancés d'une force qui doivent installer une base de destroyers et d'avions de surveillance afin d'aider la bataille des convois dans l'Atlantique. Ils éviteront également que les Allemands présents sur l'île apportent leur aide à la campagne des U-Boot.

              Norvège
              Des forces britanniques venant de Harstad et allant vers Mo-i-Rana sont envoyées dans le sud pour rejoindre de petites unités afin de retarder l'avance des troupes allemandes qui veulent soulager les forces à Narvik. Certaines de ces unités engagent maintenant le combat à Mosjoen.

              11 Mai 1940
              Antilles néerlandaises
              Des troupes britanniques et françaises débarquent sur l'île néerlandaise d'Aruba et de Curaçao afin de protéger les installations pétrolières et aussi l'accès aux champs vénézuéliens.

              États-Unis
              Le président Franklin D. Roosevelt exprime au Roi des Belges, Léoplold III, toute l'émotion et l'indignation des Etats-Unis devant l'invasion de son pays par les Allemands.

              Belgique
              Les Allemands approchent les positions britanniques et françaises qui sont maintenant fortement tenues. Eben Emael tombe aux mains des Allemands après avoir résisté en vain. Les forces de Rundstedt avancent tout près à la Meuse.

              Pays-Bas
              L'avance dans le pays est très rapide et en plus l'armée néerlandaise est mise hors d'état.

              12 Mai 1940
              France
              Grâce à leur principale poussée blindée, les Allemands entrent dans Sedan sans aucun combat. Les forces françaises dans la région se retirent sur la rive gauche de la Meuse où ils ont déployé un soutien important d'artillerie pour barrer le passage aux Allemands.

              Pays-Bas
              La 7e armée française avançant dans le pays engage le combat avec les forces avancées allemandes près de Tilburg et est rejetée.

              13 Mai 1940
              France/Belgique
              Les divisions panzer allemand traversent la Meuse à deux endroits, à Sedan et Dinant. Les troupes françaises s'opposant à elles n'ont pas préparé leurs positions correctement et sont rapidement démoralisées et terrorisées par des attaques lourdes de bombardiers en piqué. À Sedan, Guderian est en avance encourageant ses troupes et à Dinant, le jeune commandant de la 7e division panzer, le général Rommel, est aussi le meilleur. Dans le nord, plus loin, les Allemands prennent Liège.

              La 1ère Armée française du général Georges Blanchard et les divisions britanniques de Lord Gort s'installent sur la position KW-Namur et sur la Dyle. Les Britanniques entre Louvain et Wavre, les Français entre Wavre et Namur.

              C'est dans ce secteur que débutera le lendemain matin la bataille de Gembloux, entre le 4ème Corps d'armée français du général Pierre Boris, d'une part, et le 16ème Korps motorisé du général Erich Hoepner (3ème et 4ème Divisions panzers), d'autre part.

              La 1ère Armée française alligne, du nord au sud, le Corps de cavalerie Prioux et trois corps d'armées. Au total huit divisions.

              - Corps de cavalerie Prioux (René Prioux), de Tirlemont à Huy. 2ème Division légère mécanisée (Bougrain), 3ème Division légère mécanisée (Langlois).
              - 3ème Corps français (Fornel de La Laurencie), de Wavre à Chastre: 1ère Division d'infanterie marocaine (de Camas), 2ème Division d'infanterie nord-africaine (Dami).
              - 4ème Corps français (Pierre Boris), de Chastre à Beuzet: 15ème Division d'infanterie marocaine (Juin), 1ère Division Marocaine (Mellier).
              - 5ème Corps motorisé français (Darius Bloch), de Beuzet à Namur: 12ème Division d'infanterie marocaine (Janssen), 5ème Division d'infanterie nord-africaine (Vieillard).

              Au 4ème Corps français incombe la mission principale: barrer à la 6ème Armée allemande l'accès à la vallée de la Sambre.

              C'est la 1ère Division Marocaine, dans la région Gembloux-Ernage, en particulier le 7ème Régiment de Tirailleurs Marocains (RTM), qui va subir de plein fouet l'assaut des panzers de Hoepner.

              Ce sera la première bataille de chars de la Seconde Guerre mondiale, et l'un des rares succès français de cette campagne de mai 1940.

              Malheureusement, ce succès défensif est inutile, les Allemands débordant déjà le front de la 1ère Armée française sur ses flancs nord et sud.

              La Luftwaffe opère des bombardements systématiques sur les arrières des positions alliées. Sont particulièrement visées les centres de commandement et les positions d'artillerie.
              Général Georges Blanchard

              Général Rommel

              Général Guderian

              Général Hoepner

              Pays-Bas
              Les restes de l'armée néerlandaise sont en complète débandade, et son commandement donne l'ordre de repli sur une ligne de défense appelée "Forteresse hollandaise", une petite bande de terrain comprise entre Amsterdam, Rottardam et Uttrech.

              Dans la soirée, un communiqué du GQG français reconnaît honnêtement la situation catastrophique des Alliés:

              "De Namur à Mézières, l'ennemi a réussi à établir deux petites têtes de pont sur la rive gauche de la Meuse, l'une à Houx, au nord de Dinant [7ème Division panzer, Erwin Rommel], l'autre à Monthermé [41ème Korps motorisé, Georg-Hans Reinhardt]

              "Une troisième, bien plus importante, est en train de se réaliser dans le bois de la Marfée, près de Sedan [Heinz Guderian]."

              Commentaire


              • #82
                14 Mai 1940
                Belgique
                16h. Les blindés français, prêts à contre-attaquer les Allemands qui ont percé la veille sur la Meuse, entre Dinant et Sedan, reçoivent le contre-ordre de se disperser sur un front de 20km.

                La 9ème Armée française du général André Corap se replie en désordre sur Rocroi.
                Le Général André Corap


                Dans le secteur de la 6ème Armée allemande, le général Walter von Reichenau reçoit l'ordre d'attaquer les positions ennemies entre Louvain et Namur. L'offensive est prévue pour le lendemain à l'aube.
                Le général Walter von Reichenau


                Le secteur Gembloux-Ernage est défendu par le 4ème Corps français, avec la 1ère Division marocaine et la 15ème Division d'infanterie motorisée.

                La trouée de Gembloux ("The Gembloux Gap"), qui donne accès à la vallée de la Sambre, est verrouillée par un millier d'hommes du 1er Bataillon / 7ème Régiment de Tirailleurs Marocains (RTM) et du 3ème Bataillon / 2ème RTM.

                A l'aube, le 16ème Korps motorisé de Hoepner, composé des 3ème et 4ème Divisions panzers, déclenche son offensive prévue contre les deux bataillons marocains.

                Les deux divisions blindées allemandes totalisent 20000 hommes et 750 chars.

                Martelés par les Ju-87, contre des forces blindées très supérieures en nombre, les Marocains vont pourtant résister pendant deux jours aux coups de massues des Allemands.
                Les Ju-87


                Les pertes sont terribles des deux côtés.

                Dans la soirée du 15 mai, contre-attaqués par des blindés de la 15ème Division d'infanterie motorisée, venue en renfort, les Allemands devront arrêter les frais et se retirer.

                La Wehrmacht subira là son premier échec de la guerre.

                Mais malheureusement, le sacrifices des Tirailleurs Marocains se révèlera vain. En effet, débordée par ses flancs nord et sud, la 1ère Armée française reçoit l'ordre d'abandonner ses positions vers une nouvelle ligne de défense moins exposée.

                Sur les 1000 Tirailleurs marocains engagés, seule une centaine d'entre-eux s'en sortiront vivant.

                En France, cette victoire héroïque, bien qu'inutile, tombera dans l'oubli, elle ne figure même pas dans les manuels ou livres d'histoire sur la Seconde Guerre mondiale. Les Belges, eux, n'ont pas oublié ce sacrifice des Tirailleurs marocains.

                Entre Dinant et Sedan, les Allemands ont maintenant ouvert une brêche de 80km de large.

                France
                Pendant toute la journée, environ 200 bombardiers alliés vont s'acharner, sans résultat, sur les ponts du génie allemand que le général Heinz Guderian a fait construire sur la Meuse, de part et d'autre de Sedan, et vers lesquels afluent des dizaines de milliers de véhicules et des renforts allemands. Des 85 avions alliés abattus par la FlaK, 35 sont de la Royal Air Force.
                Le général Heinz Guderian


                A Sedan, la contre-attaque de la 3ème DCR échoue lamentablement. En moins d'une heure, la division cuirassée perd 80% de ses blindés du fait des bombardiers en piquée Ju-87 Stuka.

                Dans l'après-midi, Guderian concentre sur la rive gauche de la Meuse la quasi-totalité de son 19ème Panzerkorps.

                France/Belgique
                Les blindés allemands traversent la Meuse à Sedan et Dinant.

                Grande-Bretagne
                Le recrutement commence pour les volontaires locaux de la défense.

                Norvège
                Un transport transportant une grande partie de la 24e brigade britannique de gardes pour rejoindre les forces tenues au sud de Narvik est bombardé et coulé par les Allemands. Beaucoup d'équipement est perdu.

                Pays-Bas
                Rotterdam est victime d'une tragique méprise. Les Allemands remettent un ultimatum au gouvernement néerlandais, lui enjoignant de capituler sous peine de voir anéantir la ville par la Luftwaffe.

                Les Hollandais acceptent les conditions de leur capitulation, mais ils ne peuvent empêcher la Luftwaffe de décoller à l'heure dite.

                L'ordre d'annulation du raid parvient bien à la plupart des escadrilles de bombardement, mais certaines d'entre-elles ne le reçoivent pas et poursuivent leur mission, malgré les efforts des Allemands pour leur faire rebrousser chemin.

                Rotterdam est bombardée à 13h30. C'est le centre et les quartiers orientaux qui sont le plus touchés. Le nombre des victimes civiles reste à ce jour indéterminé, approchant sans doute le millier de morts. Plus de 3000 blessés et 75000 sans-abris.

                Le commandement suprême des forces néerlandaises acceptent les conditions allemandes et signera l'acte de capitulation sans condition des Pays-Bas le lendemain matin.

                La reine Willhelmine et son gouvernement se réfugient à Londres.
                La reine Willhelmine


                15 Mai 1940
                États-Unis
                Le président Franklin Roosevelt invite pour la seconde fois Benito Mussolini à ne pas entrer en guerre contre la France et la Grande-Bretagne.

                Allemagne
                Incursions aériennes de la Royal Air Force sur les régions industrielles de la Ruhr.

                Belgique
                Le général Billotte, commandant le 1er Groupe d'armées françaises, décide d'abandonner la ligne de la Dyle par rapport aux attaques de Reichenau. Son supérieur, le général Georges, est d'accord avec la décision et commence maintenant à perdre son sang-froid. À ce stade, Gamelin, le commandant suprême, reste inconscient et confiant. Les forces blindées allemandes poussent en avant, encouragées à tout moment par leurs commandants en ayant un contrôle parfait de la situation. Leur élan est maintenu par cette conduite.
                Le général Billotte

                Le général Georges

                Le Général Gamelin


                Les Allemands détruisent le 1er Bataillon du 7ème RTM et s'emparent d'Ernage, entre Gembloux et Perbais.

                Mais les 13ème et 35ème Bataillons de Chars de Combat du GBC 515, 45 Hotchkiss H35 et 45 Renault R35, arrivés en renforts, lancent une contre-attaque et chassent les Allemands de la localité.
                Hotchkiss H35

                Renault R35


                Plus au nord, dans le secteur du BEF de Lord Gort, Louvain tombe aux mains de la 6ème Armée allemande.
                Lord Gort


                France
                L'atmosphère optimiste au quartier général français est en partie dissipée par les nouvelles que les blindés de Guderian ont atteint Montcornet à moins de 24 km de Laon. Le général Maurice Gamelin en rend compte immédiatement à Edouard Daladier, ministre de la Défense nationale, qui ordonne de contre-attaquer aussitôt.

                Gamelin répond qu'il n'a plus aucune réserve. L'Armée française a en fait atteint son point de rupture. Guderian reçoit l'ordre de stopper ici, mais après de vigoureuses réclamations il est autorisé à continuer un jour de plus.

                Paris. A 7h30, le Président du Conseil Reynaud téléphone au Premier ministre britannique Winston Churchill pour lui dire:
                "We have been defeated! We have lost the battle!" (Nous sommes vaincus! Nous avons perdu la bataille!)
                Daladier


                Grande-Bretagne
                C'est un jour essentiel et symbolique pour plusieurs raisons. Lors des réunions cruciales des chefs du comité de l'état-major et du cabinet de guerre, le maréchal Dowding débat fortement contre l'envoi de plus d'équipages de la RAF en France. Malgré une forte opposition, Dowding réussi. La décision est prise également d'envoyer le premier raid stratégique de bombardement contre la Ruhr (Allemagne). Churchill envoie le premier d'une longue série de télégrammes à Roosevelt. Il demande à maintes reprises l'aide américaine, pour travailler à développer de bonnes relations avec Roosevelt et surtout de pousser les Américains à participer activement à l'effort de guerre. Lors d'un premier message, il remet une liste d'achats où se trouve de vieux destroyers et des avions, ainsi que d'autres armes.
                Le maréchal Dowding


                Pays-Bas
                L'armée hollandaise capitule à 11 heures ce qui place la 7ème Armée française dans une situation périlleuse, dans la région Breda-Anvers. .

                16 Mai 1940
                États-Unis
                Roosevelt demande au Congrès d'autoriser la production de 50 000 avions militaires par an ainsi qu'un crédit extraordinaire de 900 millions de dollars pour cette opération.

                Belgique
                Les forces britanniques et françaises qui se sont avancées dans le pays depuis seulement quelques jours commencent à battre en retraite sur la ligne de l'Escaut.

                France
                Des unités du 17e corps de panzer de Hoth, avec la 7e division panzer de Rommel bien à l'avant, on atteint juste à l'est de Cambrai. Encore, un ordre de stopper est donné aux chars allemands parce que certains des esprits les plus conservateurs au quartier général de l'armée n'acceptent pas que les panzers puissent avancer jusqu'ici sans exposer leurs flancs. En fait, la vitesse de progression s'est protégée elle-même et a semé la confusion parmi les Français.
                Général Hoth

                Rommel a capturé depuis le 12 mai 10000 prisonniers et 100 blindés français.

                À Paris, une des meilleures indications du succès allemand est la conversation entre Churchill et Gamelin dans laquelle Churchill demande où est la réserve stratégique et déclare qu'il n'y en a pas ou du moins pas à gauche. En dehors de la salle où cette réunion a lieu, des employés du gouvernement français commencent à brûler les dossiers secrets.

                Grande-Bretagne
                Winston Churchill écrit à Benito Mussolini pour l'inciter à ne pas entrer en guerre contre l'Angleterre. De toute manière, le danger croissant de voir l'Italie intervenir dans le conflit détermine le gouvernement britannique à faire abandonner à ses navires la route de la Méditerrannée au profil de l'itinéraire plus sûr du cap de Bonne-Espérance.

                Londres. En fin d'après-midi, Winston Churchill et sir John Dill, chef d'Etat-major impérial adjoint, prennent l'avion pour Paris.
                Sir John Dill


                17 Mai 1940
                Afrique du Sud
                Les troupes de la 6e armée allemande de Reichenau entrent dans Bruxelles. Anvers et les îles à l'embouchure de l'Escaut sont également abandonnés, mais n'ont pas encore été pris par les Allemands. Les forces britanniques et françaises se sont maintenant repliées sur la Dendre.

                Le gouvernement est évacué à Ostende.

                Belgique
                Des éléments de la 6ème Armée allemande du général Walter von Reichenau entrent dans Bruxelles sans combattre, la capitale belge ayant été déclarée "ville ouverte".

                France
                Le général Gort s'inquiète de la menace grandissante de son flanc droit et des secteurs arrières, et forme donc une force improvisée afin de défendre cette zone. Le général Mason-Macfarlane est placé au commandement.
                Le Général Mason-Macfarlane


                Après avoir pivoté sur son axe d'un quart de tour vers la droite, le 19ème Korps motorisé du général Heinz Guderian progresse maintenant à toute vitesse vers le nord-ouest, le Pas-de-Calais et les côtes de la Manche.

                A Midi, ses avant-gardes blindées atteignent l'Oise, au sud de Guise, près de Saint-Quentin.

                La nouvelle 4ème Division cuirassée de Réserve (DCR) est constituée par le colonel Charles de Gaulle, à partir d'unités des autres théatres d'opération aménées en renfort, à Bruyères, dans la région de Laon.
                Le colonel Charles de Gaulle


                Dans la nuit du 16 au 17 mai, à 4h15 du matin, bien qu'elle ne possède encore qu'une partie de ses unités et qu'elle soit toujours en cours de formation, la 4ème DCR de de Gaulle lance une contre-attaque vers Montcornet, sur les arrières de la 10ème Division panzer, dans la région de Laon.

                Après avoir marqué quelques petits succès initiaux contre des positions d'artillerie antichars, les blindés de de Gaulle prennent Montcornet, mais l'infanterie d'accompagnement, chargée de l'occupation de la localité, n'a pas suivi.

                Malmenée par l'intervention des bombardiers en piquée Ju-87, stoppée par le raidissement de la résistance allemande, la 4ème DCR doit finalement regagner ses positions de départ.

                A Paris, c'est un soupir de soulagement de la part des politiques: la ruée des blindés de Guderian contre la capitale française est écartée.

                Le président du Conseil, Paul Reynaud, rappelle le maréchal Philippe Pétain de son ambassade à Madrid, et le général Maxime Weygand de son commandement du Levant, en Syrie.
                Le général Maxime Weygand


                Norvège
                Le croiseur britannique Effingham disparaît échoué et est perdu bien qu'il transportait des hommes et des réserves pour rejoindre les forces au sud de Narvik.
                Le croiseur britannique Effingham


                18 Mai 1940
                Belgique
                La 6e armée allemande de Reichenau prend Anvers dans le nord.

                La 18ème Armée allemande du général Georg von Küchler fait son entrée dans Anvers.

                France
                Le 19ème Korps motorisé du général Heinz Guderian occupe Saint-Quentin et Peronne.

                Dans le secteur de la 1ère Armée française, la 7ème Division panzer d'Erwin Rommel atteint Cambrai.

                Les restes de la 9ème Armée du général André Corap entrent dans la petite ville du Cateau, dans la région de Cambrai.

                Corap et son état-major, isolés de leur troupes, sont faits prisonniers par les Allemands. Il est remplacé par le général Henri Giraud.

                Sur l'Oise, le commandement de sa 7ème Armée française est confié au général Aubert Frère.

                Cambrai tombe aux mains du 15ème Korps motorisé du général Hermann Hoth.

                Reynaud nomme un nouveau Cabinet afin d'essayer de renforcer la conduite française de la guerre. Il prend lui-même le ministère de la Défense, le maréchal Pétain devient vice-président du Conseil et Mandel devient ministre de l'Intérieur. Le Général Weygand, plus vieux que Gamelin, mais bien plus vigoureux encore, a été rappelé du Moyen-Orient pour prendre le commandement suprême. Bien que ces changements renforcent probablement l'équipe de Reynaud, particulièrement son propre cabinet, ils s'avéreront peu judicieux. Certains des nouveaux personnages, Pétain en particulier, deviendront profondément pessimistes au sujet des résultats de la guerre et réduiront à temps Reynaud quand lui-même aurait préféré continuer à combattre.

                Grande-Bretagne
                Tyler Kent, un employé de l'ambassade américaine à Londres et Anna Wolkoff, une émigrée soviétique, sont arrêtés pour espionnage. Kent a eu accès aux correspondances entre Churchill et Roosevelt, et Wolkoff l'a aidé à faire passer les informations en Allemagne par des diplomates italiens. L'immunité diplomatique de Kent est supprimée par l'ambassadeur des États-Unis. Wolkoff a eu des relations avec une organisation profasciste, le Right Club.
                Tyler Kent


                Italie
                Exalté par les succès foudrayants des Allemands, Benito Mussolini répond par la négative aux messages que le président Franklin Roosevelt et le Premier ministre Winston Churchill lui ont envoyés les jours précédents.

                Pays-Bas
                Seyss-Inquart est nommé commissaire du Reich du pays.
                Seyss-Inquart


                19 Mai 1940
                Belgique
                Les principales forces britanniques sont maintenant le long de l'Escaut.

                France
                La plupart des forces blindées allemandes s'arrêtent entre Péronne et Saint-Quentin afin de se regrouper, mais certaines troupes de Guderian progressent toujours. La 7e division panzer de Rommel progresse aussi en direction d'Arras. La 4e division blindée de De Gaulle attaque encore dans le nord autour de Laon. Il progresse très bien contre la résistance qui se renforce progressivement, mais on lui commande de se retirer. La possibilité qu'il soit nécessaire d'évacuer le BEF est soulevée pour la première fois lors d'une conversation téléphonique entre Londres et les commandants sur le front. Le gouvernement est encore optimiste à ce stade.

                Vingt-quatre heures après André Corap, c'est au tour du général Henri Giraud, qui vient juste de lui succéder à la tête de la 9ème Armée française, et de tout son état-major, d'être fait prisonniers par les Allemands.

                Les débris de la 9ème Armée française sont intégrés dans la 7ème Armée française du général Aubert Frère.

                20 Mai 1940
                France
                Les blindés allemands accomplissent encore des progrès considérables. Les gains les plus spectaculaires sont faits par le 19e corps allemand de Guderian. Amiens est pris en matinée et en soirée Abbeville est pris. Des unités avancées atteignent même la côte à Noyelles. Les Allemands ont créé un corridor d'au moins 32 km de large des Ardennes à la Manche. Il est évident pour les Français et les Britanniques qu'il faut couper à travers ce corridor avant que les flancs soient renforcés pour isoler les forces du nord.

                Ils isolent quarante-cinq divisions alliées et plus d'un demi-million d'hommes dans une énorme poche, appellée la "Nasse belge". 287000 soldats britanniques de Lord Gort, 172000 Français de la 1ère Armée et des restes des 7ème et 9ème Armées, ainsi que ce qui reste de l'Armée belge.

                Adolf Hitler exulte et déclare que l'armistice sera signé à Rethondes, en forêt de Compiègne, à l'endroit même où fut signé la capitulation allemande le 11 novembre 1918, et que la France devra restituer "tous les territoires dont elle s'est emparée dans cette région depuis quatre-cent ans".

                Avant son renvoi, Gamelin avait planifié une attaque de ce type, mais elle avait été annulée à cause de son licenciement pour être relancée seulement maintenant par Weygand. Le délai imposé par ces changements d'esprit l'empêche même de maintenir de minces chances de succès.

                Pologne
                A Auschwitz, petite ville de 12000 habitants, 60km au sud-ouest de Cracovie, ouverture, à partir d'une ancienne caserne de l'armée polonaise, d'Auschwitz-I, un gigantesque complexe de concentration destiné aux prisonniers de guerre et membres de la Résistance polonaise, aux intellectuels et "associaux" allemands: homosexuels, retardés mentaux, communistes, socialistes, étudiants, prostitués, ...

                21 Mai 1940
                Allemagne
                Dans une réunion l'amiral Raeder mentionne à Hitler pour la première fois qu'il peut-être nécessaire d'envahir la Grande-Bretagne. La marine allemande a effectué quelques études préliminaires avant ceci, mais elles n'ont pas été basées sur la présence des bases françaises.
                Amiral Raeder


                La division de Rommel est brutalement attaquée autour d'Arras par les chars britanniques. L'attaque est très réussie en raison de l'invulnérabilité des chars Matilda par rapport aux armes antichars allemandes. Après la panique du côté allemand, l'attaque est stoppée, principalement à cause du feu des canons de 88 mm. Les forces britanniques sont trop petites pour répéter l'attaque ou pour ébranler librement ce revers. Weygand visite les commandants des armées du nord pour essayer de coordonner les attaques du nord et du sud du corridor allemand vers la côte. Par une série d'accidents, il manque Gort et Billotte. Ce dernier a reçu une explication complète de ses plans, mais il est tué dans un accident de voiture avant qu'il ne puisse les transmettre. L'attaque n'aura jamais lieu. Le petit effort britannique a déjà été fait. Les Belges essaieront de libérer encore plus d'unités britanniques pour un effort postérieur, mais ceci ne sera pas possible. Les Français eux-mêmes, au nord et au sud, sont déjà trop faibles.
                Char Matilda

                Canon de 88mm


                Belgique
                La 9ème Armée française est maintenant virtuellement détruite.

                Au nord de la poche alliée, sur le canal Gand-Terneuzen et l'Escaut, entre Audenarde et Terneuzen, ce qui reste de l'Armée belge organise une ligne de défense.

                France
                A partir d'Arras, sur la Scarpe, des unités de la British Expeditionary Force (BEF), regroupés au sein de la "Frankforce", lancent vainement une attaque vers Bapaume, dans l'espoir de briser leur encerclement dans les Flandres.

                Après un bon départ, ils sont stoppés et refoulés, puis forcés de regagner leurs positions de départ.

                Dans la région au sud-est de Lille, la 1ère Armée française du général George Blanchard tente également une manoeuvre de dégagement en direction de Cambrai, sans plus de succès que les Britanniques.
                Le général George Blanchard


                Dans la région d'Abbeville, les sept divisions panzers du général Ewald von Kleist élargissent le couloir allemand créé la veille.
                Le Général Ewald von Kleist


                Norvège
                Les forces françaises, polonaises et norvégiennes se déplaçant dans Narvik progressent vers une autre étape et augmentent leur position du côté nord de Rombaksfiord.

                22 Mai 1940
                France
                Front occidental. France. Les blindés du 19ème Korps motorisé du général Heinz Guderian, après avoir atteint les côtes de la Manche à Noyelles-sur-Mer le 20 mai, se dirigent maintenant vers le nord. La 2ème Division panzer progresse sur Boulogne, la 1ère Division panzer sur Calais.

                Le British Expeditionnary Force (BEF), craignant d'être isolé, décide d'abandonner Arras et de se regrouper ses unités au nord de la ville.

                Le commandant de la 1ère Armée française, George Blanchard, qui ignore la décision de Lord Gort, lance une contre-attaque vers Cambrai.

                Paris. Au chateau de Vincennes, le nouveau commandant en chef des forces armées françaises, le général Maxime Weygand, expose au président du Conseil Paul Reynaud et au Premier ministre britannique Winston Churchill un plan destiné uniquement à éviter l'anéantissement des forces franco-britanniques prises au piège en Flandre. Les Britanniques du BEF et les restes de la 1ère Armée française doivent se replier des positions de l'Escaut sur la côte, à la frontière franco-belge.

                D'après ce plan, les restes de l'Armée belge se replieraient sur l'Yser, tandis que les Franco-Britanniques attaqueraient en force en direction du sud-ouest, pour percer le couloir allemand et briser leur isolement.

                Simultanément, les troupes la 10ème Armée française du général Robert Altmayer, au sud du couloir, franchirait la Somme, puis, par une attaque vers le nord, feraient leur jonction avec les forces alliées encerclées dans les Flandres.

                Weygand pense que cette triple manoeuvre devrait permettre de briser le couloir formé par les divisions blindées allemandes et sauver ce qui peut l'être.

                De son côté, la Royal Air Force fournirait tout l'appui aérien nécessaire.

                Grande-Bretagne
                Le Parlement britannique vote l'Emergency Powers Act, qui donne de fait les pleins pouvoir à Winston Churchill et à l'Executif.

                A Paris et à Londres, le plan Weygand obtient l'agrément des hommes politiques français et britannique.

                Malheureusement, malgré l'arrêt imprévu de la progression allemande entre le 23 et le 25 mai, aucune des manoeuvres prévues ne pourra se réaliser.

                En tout premier lieu, les Belges ne sont absolument pas disposés à se replier plus à l'ouest de la Lys.

                En second lieu, bien loin de pouvoir attaquer à partir d'Arras en direction du sud, les divisions britanniques de Gort éviteront de justesse l'encerclement en évacuant la ville dans la nuit du 23 au 24 mai.

                L'attaque franco-britannique à partir du nord sera donc reporté au 26 mai.

                Mais, dans la nuit du 25 au 26 mai, Gort devra détourner sur Ypres plusieurs de ses divisions destinées à l'offensive afin de colmater une brêche dans le dispositif allié, à l'endroit précis où les lignes de défense britanniques et belges auraient dû se souder.

                Enfin, et c'est le plus grave, sur le terrain il n'y a plus aucune coordination entre troupes françaises, belges et britanniques.

                23 Mai 1940
                États-Unis
                Le président Roosevelt gagne les préliminaires démocratiques dans le Vermont et est maintenant certain de recevoir la nomination de son parti pour les élections de novembre.

                Allemagne
                Adolf Hitler et le maréchal Gerd von Rundstedt, commandant du Heeresgruppe (Groupe d'armées) A, sans doute par crainte de voir se développer des attaques sur leurs arrières et leurs lignes de communication étirées au maximum, et contre l'avis des généraux Erich von Manstein et Heinz Guderian, ordonnent aux divisions panzers d'Ewald von Kleist de ralentir leur progression.
                Maréchal Gerd von Rundstedt


                En une semaine, certaines de ces unités panzers ont parcouru plus de 400km, sans se préoccuper de ce qu'elles laissaient à droite ou à gauche, ou de l'accompagnement de l'infanterie, qui éprouve de la peine à suivre le rythme.

                C'est cette hésitation qui va permettre le réembarquement du corps expéditionnaire britannique et le sauver de l'anéantissement total. Une hésitation qui privera Hitler d'une victoire totale en Europe.

                Belgique
                La 6ème Armée allemande du général Walter von Reichenau perce le front belge, franchit l'Escaut et s'empare de Courtrai.

                Au nord, la 18ème Armée allemande du général Georg von Küchler perce le front belge sur le canal Gand-Terneuzen, qu'elle franchit en force.
                Le Général Georg von Küchler


                France
                Le général Rundstedt, commandant le Groupe d'armées A, ordonne à ses blindés de stopper leur progression. Malgré ces ordres les forces de la 2e division panzer attaquent Boulogne alors que les Britanniques évacuent Arras. En raison de ce retrait, la planification de la contre-offensive alliée est reportée. Il devient clair pour les généraux britanniques en France qu'une évacuation par mer va probablement être nécessaire.

                L'offensive de la 10ème Armée française du général Robert Altmayer sur la Somme, entre Peronne et Amiens, désormais sans espoir, est arrêtée.

                Grande-Bretagne
                Le leader de l'Union britannique des fascistes, Sir Oswald Mosley, est arrêté. Un membre du Parlement est aussi détenu, le capitaine Ramsay parce qu'il a été lié avec le Club de Droite.
                Sir Oswald Mosley


                24 Mai 1940
                Belgique
                Il y a aussi des attaques allemandes sur la ligne de la Lys et autour de Tournai. Les plans pour la contre-offensive alliée dépendent de la capacité des Belges à prendre une importante section du front, mais avec cette pression ils ne pourront pas le faire.

                France
                Les attaques allemandes sur Boulogne continuent. Plus loin le long de la côte ils attaquent aussi Calais. La Royal Navy est en activité afin de soutenir les forces britanniques présentes dans les deux villes. Durant la journée et plus tard dans la nuit, des destroyers sont employés pour évacuer 5000 hommes de Boulogne et au cours des trois jours suivants 2 croiseurs légers et 7 destroyers sont en soutien près de Calais.

                L'arrêt partiel des principales forces blindées allemandes faites par Rundstedt est confirmé par Hitler. Ils ont atteint la ligne Gravelines - Saint-Omer - Béthune. Bien que les terres au nord d'ici ne conviennent pas pour une action armée, les défenses alliées sont faibles. La pause, qui sera la dernière jusqu'au matin du 27 mai, donne le temps aux Britanniques et aux Français de renforcer cette position et est généralement vue comme étant le déplacement qui rend l'évacuation du BEF possible.

                À Paris, Le Conseil Suprême de guerre décide de mettre fin à sa participation en Norvège. Ils acceptent de prendre Narvik et de détruire les installations du port avant d'évacuer. Ironiquement, l'aérodrome de Bardufoss vient seulement de recevoir son premier complément d'avions britanniques et déjà la campagne est apparemment peu concluante, montrant ce qui pourrait être fait. Les Norvégiens n'ont pas encore pris la décision de partir.

                25 Mai 1940
                Belgique
                Les forces belges sont repoussées en dehors de la ville de Menin par les attaques des unités du Groupe d'armées B.

                France
                Les dernières poches de résistances dans Boulogne sont éliminées. À 17 h, Gort annule les préparations en cours pour rejoindre l'offensive de Weygand. Plus tard dans la journée, Weygand à son tour annule le plan, accusant Gort pour cette décision. En fait, les forces françaises sur la Somme n'ont fait aucune attaque, comme il a été prétendu, et les forces françaises avec les armées du nord ne sont pas en condition pour le faire.
                Dernière modification par Argeleb, 05-06-2014, 19h59.

                Commentaire


                • #83
                  Toujours aussi bien

                  Commentaire


                  • #84
                    Merci

                    Commentaire


                    • #85
                      26 Mai 1940
                      Belgique
                      La position de l'armée belge devient de plus en plus grave. Il est clair qu'ils ne peuvent pas rester dans le combat beaucoup plus longtemps. Leopold III informe ses alliés franco-britanniques que sa situation est devenue critique et que sa fin est proche.
                      Leopold III


                      De son côté, le gouvernement belge prie le roi de quitter son pays, comme l'ont déjà fait la reine des Pays-Bas et la Grande-Duchesse de Luxembourg. Léopold III refuse.

                      France
                      Les forces britanniques sont en train de se retirer de Dunkerque et dans la soirée l'ordre est donné de commencer l'opération Dynamo, l'évacuation de Dunkerque. L'amiral Ramsay, qui commande les forces navales britanniques à Dover, est nommé pour commander l'opération. L'envergure de l'opération n'est pas établie correctement aux commandants français locaux au début et ils éprouvent, avec une certaine justice, qu'ils ont été abandonnés.
                      Amiral Ramsay


                      Grande-Bretagne
                      Le général Dill devient le chef de l'état-major général britannique. Son prédécesseur le général Ironside lui succède comme commandant en chef des forces.
                      Générak Dill


                      Le commandant de la Home Fleet, l'amiral sir Bertram Ramsey, donne son autorisation pour l'exécution de l'opération Dynamo, le réembarquement des 300000 Franco-Britanniques enfermés dans la poche des Flandres, dans le secteur Dunkerque-Malo les Bains- Zuidcoote-Bray Dunes.

                      Norvège
                      Le croiseur britannique Curlew est coulé par une attaque aérienne au large de Harstad.
                      Le croiseur britannique Curlew


                      27 Mai 1940
                      États-Unis
                      Le président Franklin D. Roosevelt offre sa médiation à l'Italie, à la France et à la Grande-Bretagne, et leur propose d'engager des pourparlers afin d'éviter à l'Italie d'entrer en guerre aux côtés de l'Allemagne.

                      Belgique
                      17h. Après en avoir informé les gouvernements français et britannique, le roi Léopold III envoie un parlementaire au QG allemand pour discuter les termes de sa capitulation.

                      22h. Les Allemands font savoir à l'envoyé du roi de Belgique que le Führer exige une reddition inconditionnelle des Belges.

                      France
                      Les blindés allemands reprennent leurs attaques, essayant de couper les forces britanniques et françaises autour de Lille. Une défense désespérée permet à la plupart de ceux-ci de s'échapper vers des positions plus proches de la côte. Il y a des problèmes plus près de la côte où la résistance belge devient de plus en plus faible.

                      Début de l'opération Dynamo. Au matin, sur la côte, dans les régions de Dunkerque, Zuidcoote et Malo-les-Bains, commence l'évacuation de la British Expeditionary Force de Lord Gort et de la 1ère Armée française du général Georges Blanchard, par une flotte hétéroclite d'un millier de bâtiments, civils ou militaires, de toute sorte et de toute taille.
                      Les bombardiers de la Luftwaffe bombarde la ville et le port de Dunkerque sans interruption durant toute la journée.
                      Intervention massive de la Royal Air Force en soutien du réembarquement.
                      Lord Gort


                      Le soir, environ 7800 soldats britanniques et français auront réussi à réembarquer et à regagner l'Angleterre.

                      Dans le village de Lestrem, à 10km au nord de Bethune, des hommes de la 4ème Compagnie, 1er Bataillon, 3ème Régiment panzer-SS de la 3ème Division panzer-SS "Totenkopf", engagés en France depuis le 16 mai et commandés par le Hauptsturmfuhrer Fritz Knochlein, massacrent 97 prisonniers de guerre britanniques appartenant au 2ème Bataillon du Royal Norfolk Regiment.
                      Hauptsturmfuhrer Fritz Knochlein


                      L'Etat-major de la Wehrmacht proteste auprès d'Adolf Hitler.

                      Norvège
                      L'assaut allié sur Narvik débute. Les troupes attaquantes sont menées par le général français Bethouart. La ville est prise après un rapide combat. Quand le mauvais temps apparaît au terrain d'aviation de Bardufoss, l'attaque est brièvement retardée parce que les navires soutenant le bombardement doivent repousser seuls des Stukas.

                      28 Mai 1940
                      Belgique
                      Le roi Léopold accepte la reddition de l'armée belge sans consulter les autres alliés ou son gouvernement (qui est maintenant à Paris). Le gouvernement belge en exil à Limoges le désapprouve.

                      Le cessez-le-feu doit entrer en vigueur à 4h30 heure de Bruxelles (3h30 GMT).

                      Contrairement à la future capitulation française, le roi des Belges ne s'en tient qu'à la reddition militaire et refuse l'armistice.

                      Etant commandant suprême de l'Armée belge, il refuse de partir en exil avec son gouvernement, préférant partager le sort de ses troupes. Cela lui vaudra d'être interné par les Allemands.

                      Cette décision, lourde de conséquences sur la politique du pays, sera à l'origine des controverses sur la "Question Royale", qui divisera les Belges de 1945 à 1950.

                      Avant que la capitulation belge ne devienne effective, les forces britanniques et françaises s'empressent de se redéployer désespérément afin d'éviter les Allemands venant de Nieuport, et venant près des plages de Dunkerque.

                      France
                      Un corps de la 1ère armée française tient le coup à Lille, mais il est maintenant coupé des principales forces britanniques et françaises dans la zone d'évacuation. L'évacuation continue, avec 17 800 hommes réussissant à embarquer au prix de 1 destroyer et de plusieurs autres embarcations.

                      La situation des Alliés est catastrophique. La ville et les quais de Dunkerque sont pilonnées jour et nuit par la Luftwaffe, malgré la présence constante de la Royal Air Force.

                      Les navires britanniques qui réussissent à quitter le port de Dunkerque doivent alors éviter le feu des batteries côtières allemandes installées à Calais, et le harcèlement des U-Boote qui viennent de la mer du Nord.

                      Il y a de violents combats autour de Cassel et Poperinghe où les hommes de Rundstedt font encore pression vers l'avant.

                      Italie
                      La reddition belge convainc Benito Mussolini qu'il est temps pour lui d'entrer en guerre aux côtés de l'Allemagne.

                      Norvège
                      Deux bataillons français du corps expéditionnaire allié prennent le port de Narvik, principal débouché du minerai de fer suédois. Les Alliés coupent ainsi "la Route du Fer".

                      Mais cette victoire française sur la Wehrmacht, tardive, restera sans suite, car les Français devront évacuer la ville le lendemain et réembarquer (opération Alphabet), vu la situation militaire en France qui tourne à la catastrophe.

                      29 Mai 1940
                      France
                      Les forces allemandes continuent de faire pression tout autour du périmètre de Dunkerque. À la fin de la journée, la plupart des troupes britanniques restantes et une large proportion de Français sont à l'intérieur des positions finales du canal. L'évacuation de Dunkerque et de ses plages se poursuit. La Luftwaffe augmente la force de ses attaques en dépit des efforts de la RAF pour apporter une protection. 47 310 hommes de plus sont évacués, mais 3 destroyers sont coulés et 7 autres endommagés. Au moins 15 autres navires sont coulés. Les Français commencent maintenant à permettre à leurs troupes d'être évacuées et d'envoyer quelques bateaux pour les soutenir. En raison des pertes de destroyers et du besoin de ceux-ci dans d'autres opérations l'amirauté décide que les types de navires les plus modernes soient retirés.

                      Fall Rot (Plan Rouge). Adolf Hitler informe ses subordonnés réunis à Cambrai, qu'il a décidé de "rassembler immédiatement les forces blindées et les préparer à une action décisive vers le sud, Paris et la Loire, afin de régler définitivement ses comptes avec l'Armée française".
                      Fall Rot


                      Von Bock déplace sur la Somme ses 4ème, 6ème et 18ème Armées allemandes, pour leur faire prendre position au côté des 2ème, 9ème, 12ème et 16ème Armées de von Rundstedt, déjà positionnées sur l'Aisne et la Meuse.
                      Von Bock


                      Les dix divisions panzers sont réorganisées en cinq Korps motorisés. Trois Korps sont affectés au Heeresgruppe B de Fedor von Bock, les deux derniers au Heeresgruppe A de Gerd von Rundstedt.

                      De son côté, le général Maxime Weygand, commandant en chef des armées françaises, a l'intention de contre-attaquer précisément à partir du sud du couloir dans lequel s'étaient engouffrés les divisions panzers de Gerd von Rundstedt, région où se trouve concentré le gros des forces françaises.

                      Italie
                      A Rome, dans la matinée, le Commandement suprême italien est constitué. Benito Mussolini en prend la tête.

                      30 Mai 1940
                      France
                      Il y a des ralentissements dans la bataille autour de Dunkerque à cause de la confusion et du désaccord dans le commandement allemand. Les forces de panzer commencent à se retirer de la ligne de front pour prendre des positions dans le sud pour la prochaine phase de la bataille de France. L'évacuation, bien sûr, continue avec 53 823 hommes d'évacués. Les petits navires sur la plage font la majeure partie des transports, mais transfèrent leurs chargements vers de plus grands navires pour le voyage en Angleterre. Un destroyer est coulé durant la journée, le français Bourrasque, trois autres sont touchés et au moins neuf des navires plus petits sont également coulés. Ce total n'inclut pas les plus petits navires dont les pertes sont également considérables. Le général Brooke, qui commande le 2e corps britannique avec distinction, est un des évacués.
                      Le Bourrasque

                      Le Général Brooke


                      31 Mai 1940
                      États-Unis
                      Le président Roosevelt présente un programme de défense d'un billion de dollars qui est conçu pour relancer la force militaire des États-Unis de manière significative.

                      Nouvelle intervention de Franklin Roosevelt auprès du gouvernement italien. Le président américain fait savoir à Benito Mussolini que l'entrée en guerre de l'Italie contre la France et la Grande-Bretagne amènera le gouvernement des Etats-Unis à aider davantage les Alliés occidentaux.

                      France
                      C'est le jour le plus réussi de l'évacuation de Dunkerque, avec 68 014 hommes qui ont été évacués vers la Grande-Bretagne. Les navires perdus incluent 1 destroyer et 6 autres endommagés. Le général Gort revient en Grande-Bretagne après avoir remis le commandement au reste du BEF commandé par le général Alexander. Il y a de considérables batailles aériennes au-dessus des plages à de diverses phases de la journée dans lesquelles la RAF prétend avoir descendu 38 avions allemands contre 28 de leur côté. En fait, les chiffres s'approchent davantage de l'égalité.

                      Le Premier ministre Winston Churchill arrive à Paris avec trois de ses collaborateurs les plus proches: Clement Attlee, Lord du Sceau privé, sir John Dill, adjoint au chef d'état-major général impérial, et Hastings Ismay, chef d'état-major.
                      Clement Attlee

                      Hastings Ismay


                      Norvège
                      Les forces britanniques faisant blocus sont évacuées de Bodo.

                      1 Juin 1940
                      France
                      En dépit des attaques accrues de la Luftwaffe, un total de 64 429 hommes sont évacués de Dunkerque. Cependant, les avions allemands coulent 4 destroyers et en endommagent 5 de plus ainsi que plusieurs ferry-boats et autres navires, qui forment l'épine dorsale de la flotte d'évacuation. La RAF envoie 8 grandes patrouilles en couverture, mais plus de dommages sont faits. Sur terre les Allemands augmentent leurs efforts, brisant le périmètre de défense le long des canaux à Bergues et forçant à battre en retraite dans d'autres secteurs. Durant la nuit, les autorités britanniques décident que les attaques aériennes ont rendu l'évacuation trop dangereuse pour continuer dans la journée.

                      Norvège
                      Les Britanniques et les Français annoncent aux Norvégiens qu'ils sont sur le point de commencer leur évacuation. Ils ont tardé à donner cette information en raison de la sécurité, mais en faisant ainsi ils ont encouragé les Norvégiens à résister ouvertement aux Allemands, ce qui peut-être coûteux quand les Alliés partiront.

                      2 Juin 1940
                      France
                      Durant la journée, le périmètre de Dunkerque, maintenant occupé entièrement par les forces françaises est largement enfoncé, mais les Allemands ne peuvent pas encore pénétrer dans la ville. Le secteur de la plage est seulement à 3,2 km de distance après cette progression. Avant l'aube comme après l'obscurité l'évacuation continue, avec 26 256 hommes a quitté la plage incluant la dernière unité britannique. Il y a toujours beaucoup de navires, mais les troupes françaises n'ont pas donné d'ordre approprié à propos des zones et des digues à utiliser. Beaucoup d'hommes reviennent à l'intérieur des terres et autour de la ville et ne prendront pas part dans d'autres opérations militaires.

                      Italie
                      Benito Mussolini répond à Adolf Hitler qu'il accepte de retarder jusqu'au 10 juin 1940 à minuit l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de l'Allemagne.

                      3 Juin 1940
                      France
                      Durant la journée, les attaques allemandes autour de Dunkerque continuent. Le périmètre diminue, malgré une contre-attaque courageuse, et les forces allemandes atteignent l'intérieur à 3,2 km du port. Les autorités navales britanniques et françaises sont menées à croire qu'il n'y a qu'environ 30 000 soldats à gauche sur la tête de pont et en conséquence le plan pour les opérations de nuit est accepté. Au cours de la nuit, 26 175 hommes sont évacués, mais alors que l'arrière-garde marche vers les navires une énorme foule de Français retardataires commence à apparaître sortant des caves et autres cachettes. Quand le dernier navire quitte à 3 h 40 le 4 juin il y a encore 40 000 hommes que les Allemands capturent.

                      4 Juin 1940
                      France
                      Tôt dans la matinée, les Allemands entrent dans Dunkerque et capturent le reste des soldats français. Le chiffre officiel pour cette évacuation est de 338 226 dont 112 000 Français. Presque tout l'équipement lourd a été perdu et plusieurs troupes sont sans fusils et kit de base. Les prévisions de bases prévoyaient qu'un maximum de 50 000 hommes pourrait être sauvés et ce fut un triomphe, mais a un coût élevé. La marine britannique et française a perdu au moins 80 navires marchands et navire de guerre ainsi que beaucoup de petites embarcations. 9 destroyers ont été coulés. D'une force de 180 en septembre 1939 la Royal Navy a maintenant seulement 74 destroyers qui ne sont pas dans les docks à cause de réparations essentielles. La Home Fleet a aussi 3 navires et 8 croiseurs en réparation bien que ça ne soit pas à cause de Dunkerque. Le mérite pour le succès inattendu de l'opération vient en partie des commandants de l'armée de terre et de la marine britannique, mais aussi les Allemands qui doivent être inclus. En dépit de la réussite de la campagne, plusieurs des commandants supérieurs n'ont pas totalement réalisé le potentiel de leur armée et ont manœuvré avec hésitation, accordant du temps vital pour Gort et ses subordonnées pour redéployer leur force. La RAF a aussi subit de lourds dégâts, avec 80 pilotes tués en service. Les pertes allemandes dans le ciel ont été un peu plus grandes, mais les réserves allemandes sont, bien sûr, beaucoup plus grandes.

                      Grande-Bretagne
                      Churchill fait sans doute le plus célèbre de ses discours du temps de guerre. Son message est, "Nous combattrons sur les plages... Nous ne capitulerons jamais." Déjà, il parle du moment où "... Le Nouveau Monde, avec toute sa puissance et sa force, fait un pas en avant pour secourir et libérer le vieux." Ce message semble indiquer que la France serait battue et laisserait la Grande-Bretagne seul se battre. Ce n'est peut-être pas la meilleure voie pour encourager les Français.
                      Churchill


                      Norvège
                      L'évacuation alliée commence. Durant les 4 prochains jours, les forces de Harstad sont réduites. Le nombre total d'évacués est de 24 500. L'organisation de base qui s'est établie a été démantelée.

                      5 Juin 1940
                      France
                      Les attaques allemandes sur la ligne de la Somme commencent. Les Français ont utilisé la période de la bataille de Dunkerque pour faire quelques préparations défensives, mais pas assez pour compenser la faiblesse de leurs forces. Ceux-ci sont maintenant organisés en Groupe d'armées trois et quatre. Le Groupe d'armées trois tient la Somme près de la côte et le Groupe d'armées quatre la ligne de l'Aisne. L'attaque allemande porte le nom de code Opération Rot. Leurs forces blindées, maintenant organisées en deux groupes de panzers et un corps de panzers, tiennent le rôle principal. Le combat le plus lourd a lieu au début dans les airs entre Amiens et la mer où le corps de panzers de Hoth est à la tête du mouvement.

                      Le Cabinet est remanié et Daladier, ministre des Affaires étrangères, quitte le gouvernement. Charles de Gaulle est nommé sous-secrétaire d'État au ministère de la Défense nationale.

                      6 Juin 1940
                      France
                      La ligne française le long de la Somme entre Amiens et la côte est brisée par les attaques du 15e corps de panzers après une lutte vigoureuse. La 7e division de panzers de Rommel obtient de gros succès. Entre Amiens et Péronne, le groupe de panzer de Kleist est toujours tenu, mais les divisions de Guderian plus loin à l'intérieur se sont emparées des têtes de pont sur l'Aisne grâce à des attaques préliminaires.

                      De son côté, le 19ème corps motorisé du général Heinz Guderian avance vers le sud-est en direction de Châlon-sur-Marne, Langres et la frontière suisse, afin de prendre à revers la ligne Maginot et les 3ème, 5ème et 8ème Armées françaises déployées à l'est.
                      Dernière modification par Argeleb, 09-06-2014, 16h02.

                      Commentaire


                      • #86
                        7 Juin 1940
                        France
                        Dans leur progression sur la région côtière, les Allemands prennent Montdidier, Noyon et Forges-les-Eaux. Ils sont maintenant à seulement 32 km de la Seine à Rouen.

                        Norvège
                        Le croiseur britannique Devonshire transporte le roi de Norvège et son gouvernement de Tromso à la Grande-Bretagne.
                        Le Devonshire


                        8 Juin 1940
                        Mer de Norvège
                        Les croiseurs allemands Scharnhorst et Gneisenau opèrent en dehors des côtes norvégiennes. Leur but est d'attaquer les divers convois transportant les évacués de Norvège en Grande-Bretagne. Ils coulent trois navires vides et trouvent alors le porte-avions Glorious et deux destroyers. Malgré une défense héroïque par les destroyers, le Glorious n'a pas le temps de s'échapper ou de lancer ses avions, et bien que le Scharnhorst soit endommagé les trois navires britanniques sont coulés. L'amirauté britannique a été imprudente en fournissant trop peu d'escortes dans ses eaux, et c'est loin d'être inconcevable que le Scharnhorst et le Gneisenau auraient pu achever encore une très grande victoire en interceptant simultanément les convois de troupes. L'amiral Marshall, aux commandes des opérations allemandes, décide de retourner à la base à cause des dommages du Scharnhorst.
                        Le croiseur Scharnhorst

                        Le Gneisenau

                        Le Glorious


                        9 Juin 1940
                        France
                        Les forces allemandes atteignent la Seine à Rouen et prennent la ville. Dieppe et Compiègne sont toutes les deux prises. Les forces de Guderian sont maintenant en pleine attaque contre les positions françaises autour de Reims. Ils ont été rejoints par le groupe de panzers de Kleist qui a été changé à l'est après avoir été tenu entre Amiens et Péronne. Dans les combats, les défenseurs français réussissent à tenir plusieurs de leurs positions, mais prennent énormément de pertes.

                        L'aile gauche de la 10ème Armée française, demeurée complètement isolée, se replie en désordre sur Saint-Valery-en-Caux pour tenter de rejoindre la mer.

                        Pendant ce temps, les Allemands franchissent la Marne.

                        Le général Maxime Weygand avertit le Président du Conseil, Paul Reynaud, que le front français peut définitivement s'écrouler d'un moment à l'autre.

                        L'Armée française est maintenant en complète désintégration.

                        Grande-Bretagne
                        Le roi et son premier ministre ordonnent les fidèles forces norvégiennes à cesser le combat à minuit.

                        Le général Charles de Gaulle, nommé le 5 juin 1940 sous-secrétaire d'Etat à la Guerre, fait une rapide visite à Londres, pour faire le point sur la situation militaire désastreuse en France avec le Premier ministre britannique Winston Churchill.

                        Norvège
                        Opération Alphabet. Les derniers soldats britanniques du corps expéditionnaire allié réembarquent à bord de destroyers de la Royal Navy et quittent le sol norvégien.

                        Un armistice préliminaire entre les Allemands et les autorités norvégiennes qui sont restées dans leur pays entre en vigueur.

                        10 Juin 1940
                        France
                        Le premier ministre Reynaud fait appel au Président Roosevelt pour intervenir dans la guerre en Europe. Cet appel est répété le 13 juin, mais sans succès.

                        Les Allemands ont traversé la Seine à l'ouest de Paris. Des unités de la 10e armée française combattent toujours autour de St-Valery avec les forces britanniques. Certaines de ces unités sont évacuées de la ville. À l'est de Paris, la progression allemande est également très rapide. Les évacuations commencent également au Havre. Dans les trois jours prochains, 11 059 Britanniques et quelques Français seront retirés, certains pour Cherbourg, mais la masse est liée aux Britanniques. À l'est de Paris, les forces allemandes commencent à gagner du terrain au sud de l'Aisne.

                        Italie
                        Mussolini émet des déclarations de guerre à la Grande-Bretagne et à la France. Ni l'économie italienne ni les Italiens ne sont en particulier bien préparés pour la guerre. Leur flotte est, cependant, de force considérable et d'importance stratégique. Ils ont deux cuirassés immédiatement disponibles, avec 4 navires modernes presque prêts. Ils ont aussi une force puissante de croiseurs et de destroyers et une des plus grandes forces sous-marines du monde, de 116 en plus. Ces forces quand tous les cuirassés sont disponibles, seront confortablement plus fortes que les forces britanniques et françaises dans la méditerranée, surtout quand les Britanniques sont seuls au combat. La seule classe de navire que les Italiens n'ont pas c'est le porte-avions. Deux navires britanniques de ce type sont actuellement en Méditerranée. L'armée italienne n'est pas aussi redoutable que sa flotte. Bien que la taille considérable de ses unités soit normalement moins forte et comme le montreront les prochaines batailles, mal menées et très peu équipées.

                        Norvège
                        La campagne alliée prend fin. Du point de vue de la stratégie la campagne a été plus importante pour les pertes navales de chaque côté. Les Alliés ont perdu un porte-avions, deux croiseurs, neuf destroyers et beaucoup de petites embarcations, ainsi que beaucoup de navires endommagés. Ces pertes ne feront rien pour aider la capacité britannique à protéger les routes de commerces. Les Allemands ont perdu 3 croiseurs, 10 destroyers et plusieurs sous-marins. Ceci diminue fortement la flotte de la Kriegsmarine et ces pertes ne peuvent pas être remplacées rapidement. Cela limite les capacités de la marine allemande à aider pour protéger, par exemple, d'une invasion de la Grande-Bretagne. Les hommes perdus dans la campagne norvégienne sont d'environ 5600 pour les Allemands et de 6100 tués pour les Alliés aussi bien des accidents civils.

                        11 Juin 1940
                        France
                        Paris est déclaré ville ouverte. Les restes des forces françaises battent en retraite dans la confusion au sud de la Seine et de la Marne. Les forces blindées allemandes prennent Reims.

                        Le premier ministre britannique Churchill rencontre Reynaud et Weygand chez Briare (jusqu'au 13 juin). Churchill ne peut pas donner beaucoup de son propre esprit de combattant aux leaders français. Reynaud préférerait poursuivre la lutte, mais obtient très peu de soutien. Les Britanniques sont déterminés à empêcher les Allemands d'obtenir le contrôle de la marine française.

                        De leur côté, les Allemands font savoir qu'ils ne reconnaîtront à Paris le statut de ville ouverte qui si toute résistance militaire française cesse au nord d'une ligne passant par Saint-Germain, Versailles, Juvisy, Saint-Maur, Meaux.

                        Le gouvernement français accepte cette condition. A la nouvelle que leur ville sera épargnée, les Parisiens se sentent soulagés.

                        Grèce
                        Le général Alexandros Papagos, chef d'état-major de l'armée grecque, assure que son gouvernement a étudié attentivement les déclarations de Benito Mussolini et annonce qu'il fera respecter, si besoin par les armes, la neutralité de son pays.
                        Le général Alexandros Papagos


                        Méditérranée
                        Dans la nuit du 10 au 11, les premières actions de la guerre pour ce théâtre d'opérations sont quelques accrochages aériens dans le nord de l'Afrique et au-dessus de Malte.

                        L'aviation italienne effectue huit nouvelles incursions contre l'île britannique.

                        12 Juin 1940
                        France
                        Les troupes de Guderian prennent Châlons-sur-Marne. Ici et ailleurs, la progression allemande continue d'être très rapide. St-Valery sur la côte de la Manche est pris. Une grande partie de la 21e division britannique Highland est capturée.

                        A Briare, la réunion du Conseil suprême interallié, entamée la veille entre Paul Reynaud, le président du Conseil français, le maréchal Philippe Pétain, Maxime Weygand, Winston Churchill et sir Anthony Eden, se poursuit.
                        Sir Anthony Eden


                        Weygand estime, en qualité de commandant en chef de l'armée française, qu'il est nécessaire de demander un armistice. Il signe l'ordre de retraite générale sur la Loire.

                        Philippe Pétain, le vice-président du Conseil français, est du même avis, mais Reynaud repousse énergiquement cette proposition.

                        Italie
                        Turin et Gênes sont bombardés par la RAF.

                        URSS
                        Le gouvernement lance un ultimatum à la Lituanie demandant des territoires et l'établissement d'un nouveau gouvernement.

                        Méditérranée
                        Un croiseur et un destroyer britannique pilonnent la base italienne à Tobrouk (Libye). Les principales forces de la flotte méditerranéenne de l'amiral Cunningham apportent leur soutien. Des croiseurs italiens sont envoyés pour engager le groupe de bombardement, mais n'établissent pas le contact. Le croiseur britannique Calypso est coulé au sud de la Crète par le sous-marin italien Bagnolini.
                        Amiral Cunningham

                        Le croiseur léger Calypso

                        Le sous-marin italien Bagnolini


                        13 Juin 1940
                        États-Unis
                        Roosevelt signe un nouveau projet de 1 300 000 000 de dollars pour la marine pour des constructions supplémentaires. En réponse aux demandes de Churchill dans ses télégrammes au président Roosevelt, les surplus des stocks d'armes d'artillerie et de fusils ont été assemblés à partir des magasins du gouvernement américain. Départ de l'Eastern Prince, premier cargo américain transportant des armes destinées aux Britanniques. Les lois de neutralité américaine ont été déstabilisées par la première vente d'armes à une société d'acier puis à leurs reventes au gouvernement britannique.
                        L'Eastern Prince


                        Espagne
                        Franco se déclare officiellement non-belligérant.

                        France
                        Les forces françaises à l'ouest de Paris battent maintenant en retraite vers la Loire. Les Britanniques décident d'abandonner les tentatives pour reconstruire le BEF en France et commencent à évacuer les troupes britanniques et canadiennes qui sont toujours dans le pays.

                        Le Premier ministre britannique Winston Churchill rencontre pour la dernière fois le président du Conseil français Paul Reynaud, partisan de la résistance à outrance à l'envahisseur allemand.

                        Par un message à Franklin Roosevelt, Reynaud supplie l'aide des Etats-Unis. Il demande au président américain de "jeter dans la balance le poids de la puissance industrielle américaine afin de sauver la France, sentinelle avancée de la démocratie".

                        14 Juin 1940
                        Maroc
                        Des troupes espagnoles occupent la zone internationale de Tanger.

                        France
                        Après une série de bombardement sur des objectifs industriels de la banlieue, Paris, déclarée "ville ouverte", est occupée par les troupes allemandes sans le moindre combat.

                        Au sommet de la tour Eifel, des soldats allemands remplacent le drapeau tricolore par un drapeau à croix gammée.

                        Des stations radios parisiennes commencent déjà à émettre en langue allemande.

                        C'est le début de l'"Occupation de Paris". Elle se prolongera jusqu'au 25 août 1944.

                        Le gouvernement français quitte Tours pour Bordeaux.

                        Le sous-secrétaire d'Etat à la guerre, le général Charles de Gaulle, est à Londres pour faire le point avec le Premier ministre Winston Churchill sur la situation désastreuse du front français.

                        La 7ème Armée française du général Aubert Frère et la garnison de Paris se replient sur la Loire.
                        Le général Aubert Frère


                        Au sud de Sarrebrück, la ligne Maginot est percée par le Heeresgruppe (Groupe d'armées) C du maréchal Wilhelm von Leeb.
                        Le Maréchal Willhelm von Leeb


                        Pendant ce temp, le commandement suprême allemand (OKH) envoie de nouvelles directives à ses troupes pour leur prochaine manoeuvre en France.

                        Les 14ème et 15ème Korps motorisés du Panzergruppe Kleist devront se porter sur la Loire, en direction du sud-ouest, afin de couper la retraite des forces françaises qui se replient sur Bordeaux.

                        Le 16ème Korps motorisé d'Erich Hoepner se dirigera au sud-est, vers Dijon et Lyon, pour prendre à revers les défenses françaises des Alpes et faciliter ainsi aux Italiens le passage des cols.

                        Enfin, les 19ème Korps motorisé de Heinz Guderian progressera vers l'est, en direction du plateau de Langres et de la Suisse, de manière à isoler la Ligne Maginot.

                        Méditérranée
                        Une force de croiseurs et de destroyers français pilonne les ports italiens de Gênes et de Valo.

                        15 Juin 1940
                        États-Unis
                        Le président Franklin D. Roosevelt répond au message que Paul Reynaud lui a adressé le 13 juin: il promet que l'aide américaine à la France va s'accroître, et qu'il livrera une plus grande quantité d'armement.

                        Mais avec les mains liées par le Congrès et son opinion publique, il n'est toujours pas question d'entrer en guerre aux côtés des Alliés.

                        Malgré cela, bien qu'officiellement neutre, dans les faits, Washington penche définitivement du côté allié. Les Américains aident déjà matériellement et financièrement la Grande-Bretagne, la France et la Chine nationaliste (cette dernière depuis 1937).

                        Depuis l'entrée en guerre alliée le 3 septembre 1939, Roosevelt a livré au gouvernement français 85 millions de dollars d'armement et de fournitures: armes, munitions, avions, carburant, moteurs, acier, ...

                        Y compris une centaine de chasseurs Curtiss Hawk 75, un dérivé du P-36 en service dans l'US Army Air Corps (USAAC).
                        CurtissHawk 75

                        Dérivé du P-36


                        Un autre projet de loi pour la marine passe. Celui-ci apporte un élargissement important des corps aériens, avec 10 000 avions et 16 000 d'équipage en plus.

                        France
                        Strasbourg et Verdun sont pris alors que les Allemands progressent vers les défenses de la ligne Maginot. Les évacuations de Cherbourg commencent sur la côte de la Manche. Lors des trois jours qui suivent, 30 630 soldats britanniques et canadiens sont évacués du continent sans perte.

                        C'est maintenant le président du Conseil français, Paul Reynaud, qui, contraint par les événements, propose de demander l'armistice aux Allemands.

                        Et c'est le général Maxime Weygand, hier encore ardent partisan de l'armistice, qui s'y oppose aujourd'hui.

                        Grande-Bretagne
                        A Londres, Jean Monnet, un des futurs fondateurs de la Communauté européenne, propose au général Charles de Gaulle une idée très ambitieuse et absolument sans précédent: une fusion totale entre la France et le Royaume-Uni, les deux pays ne formant plus qu'un seul Etat!
                        Jean Monnet


                        Avec une seule monnaie, un seul gouvernement, une seule armée, un seul empire, une seule nationalité!

                        Churchill n'y est d'abord pas très favorable, mais sous la pression de Charles de Gaulle, il finit par accepter le projet.

                        Le Premier ministre britannique demande alors au sous-secrétaire français d'Etat à la Guerre de convaincre son président du Conseil, Paul Reynaud.

                        Italie
                        Raid de la Royal Air Force dans le Nord.

                        Lituanie
                        Kaunas et Vilna sont occupés pas les troupes soviétiques.

                        16 Juin 1940
                        France
                        A Bordeaux, le président du Conseil français, Paul Reynaud, reçoit par téléphone le projet d'union franco-britannique du général Charles de Gaulle.

                        Dans un premier temps, il reste septique, même s'il n'arrive pas à cacher son excitation.

                        Puis l'après-midi, il annonce au Conseil des ministres qu'il a accepté ce projet exceptionnel. Il prévoit alors une rencontre avec Winston Churchill le lendemain à Nantes.

                        Mais des protestations unanimes s'élèvent au sein du gouvernement français, les ministres ne voulant pas réduire la France à un dominion! On remarque alors l'étroitesse d'esprit des hommes politiques français qui ne leur fera pas défaut pendant toute cette période!

                        Reynaud annonce une nouvelle réunion du gouvernement à 22h. Mais à 17h, devant le refus du gouvernement français de fusionner avec la Grande-Bretagne, il annonce sa démission.

                        Le Président Albert Lebrun nomme alors le maréchal Philippe Pétain, le vice-président du Conseil, tout auréolé de ses victoires passées, comme successeur de Paul Reynaud.
                        Le Président Albert Lebrun


                        Quelle n'est pas la surprise de Lebrun en voyant le maréchal sortir une liste de son gouvernement déjà prête!

                        Le nouveau cabinet se rallie à la proposition de Camille Chautemps, qui veut demander immédiatement les conditions de l'armistice de l'Allemagne, par l'intermédiaire de l'Espagne.
                        Camille Chautemps


                        Le soir, alors que de Gaulle est en vol pour Bordeaux et ignore tout de cette nouvelle situation, le maréchal Philippe Pétain télégraphie la nouvelle au Premier ministre Winston Churchill.

                        La réponse du Britannique est la suivante: "A condition que la flotte française rejoigne immédiatement les ports britanniques pendant les négociations, le gouvernement de Sa Majesté donne son plein consentement au gouvernement français pour qu'il engage des pourparlers d'armistice avec les Allemands."

                        Lorsque de Gaulle atterit à Bordeaux, il est furieux et ulcéré par la décision du gouvernement français de capituler.

                        A 23h, Philippe Pétain charge son ministre des Affaires étrangères, Paul Baudoin, de contacter les Allemands et les Italiens pour entamer les négociations en vue de la capitulation française.
                        Paul Baudoin


                        Dijon est pris et à l'est les unités de Guderian ont atteint la Saône. La ligne Maginot est percée près de Colmar en Alsace. Sur la côte de la Manche, il y a de plus en plus d'évacuations. À Saint-Malo durant les deux jours suivants, 21 474 soldats alliés sont évacués et 32 584 à Brest. Les évacuations de St-Nazaire et de Nantes prennent trois jours et transportent 57 235 soldats, mais plus de 3000 sont perdus quand le Lancastria est coulé par des bombardiers allemands.
                        Le Lancastria


                        La ligne Maginot est ainsi complètement retournée. D'ailleurs, le Heeresgruppe (Groupe d'armées) C de von Leeb est lui-même passé à l'offensive et traverse le Rhin près de Colmar.

                        Les troupes allemandes franchissent la Loire en force.

                        Au cours de la nuit du 16 au 17 juin, un navire britannique quitte Cherbourg après avoir embarqué l'eau lourde française, commandée le 21 mars à la Norvège.

                        Grande-Bretagne
                        La France demande à la Grande-Bretagne d'être libéré de l'obligation de ne pas faire une paix séparée. En retour, les Britanniques font une offre pour établir un état d'union entre les deux pays, mais ce projet plutôt fou est rejeté par les Français.

                        Lituanie
                        Un nouveau gouvernement prosoviétique est installé.

                        URSS
                        Des demandes similaires sont faites à l'Estonie et la Lettonie.

                        Commentaire


                        • #87
                          17 Juin 1940
                          Allemagne
                          le Grand quartier général allemand envoie au commandement de la Kriegsmarine (marine de guerre allemande) la note suivante:

                          "A ce jour, le Führer n'a pas encore manifesté l'intention de procéder à un débarquement en Angleterre, parce qu'il se rend parfaitement compte des difficultés que présenterait une telle opération. C'est pourquoi le commandement suprême des forces armées allemandes (OKH) n'a effectué, pour l'instant, aucun travail préparatoire relatif à ce débarquement."

                          La rapidité de la victoire allemande et la demande d'armistice française qui l'a suivie obligent Hitler à donner de nouvelles instructions à ses collaborateurs les plus directs, le général Keitel, commandant en chef des forces armées allemandes (OKH), et le général Jodl, chef du Bureau des Opérations de l'OKW (Haut commandement de l'armée de terre allemande, la Wehrmacht).

                          En effet, le jeu politique devient plus subtil et le rôle des armées allemandes plus délicat.

                          Pour Hitler, il s'agit avant tout de détacher complètement la France de la Grande-Bretagne, parce qu'un éventuel transfert du gouvernement français en Afrique du Nord serait inévitablement un appoint psychologique et politique (mais également militaire) pour la Grande-Bretagne et déclencherait la guerre en Méditerrannée.

                          Hitler tire 6 conclusions de la situation politique présente:

                          1° La France doit survivre politiquement en tant que nation souveraine. C'est la seule façon, pour les Allemands, d'être certains que son empire colonial ne passera pas du côté des Britanniques.

                          2° Pour permettre à la France de survivre, il faut lui laisser un territoire où elle exercera sa souveraineté. Il ne serait donc pas opportun de l'occuper en totalité.

                          3° L'Armée française devra être rassemblée dans la "Zone libre", où elle sera entièrement "démobilisée". Un petit effectif lui sera laissé pour le maintien de l'ordre public.

                          4° La flotte française sera neutralisée. Il faudra éviter d'en demander la livraison à la Kriegsmarine, car, selon toute probabilité, elle se retirerait alors en Afrique du Nord ou dans les ports britanniques.

                          5° Les questions territoriales seront réglées au moment des négociations pour le traité de paix.

                          6° Les demandes concernant l'empire colonial français pourront être formulées en un second temps. Les présenter dès maintenant conduirait probablement la Grande-Bretagne à annexer les colonies françaises.

                          France
                          Le cabinet de Pétain rentre en fonction. Weygand est ministre de la Défense. Ils annoncent qu'ils ont demandé à l'Allemagne des termes d'armistice. Le gouvernement britannique comprend que ceux-ci seront seulement acceptés à condition que la flotte française ne tombe pas aux mains des Allemands. De même, c'est la politique allemande qui stoppe la flotte française et les colonies qui rejoignent la Grande-Bretagne c'est la raison de leur clémence comparative en permettant l'établissement de Vichy comme un foyer pour la loyauté pour les Français.

                          A midi, le maréchal Pétain, le nouveau président du Conseil des ministres français, s'adresse par radio à la nation pour lui annoncer que des pourparlers d'armistice sont en cours avec les Allemands.

                          Dans la soirée, le général de Gaulle prend l'avion pour Londres, où il prononcera le lendemain un message innoubliable à la BBC...

                          Pontarlier, aux abords de la frontière suisse, est atteint par les forces de Guderian. D'autres unités ont presque atteint La Loire et progressent encore plus en Bretagne et en Normandie.

                          Grande-Bretagne
                          Churchill déclare que la bataille de la France est finie et que la bataille de la Grande-Bretagne est sur le point de commencer..

                          18 Juin 1940
                          Allemagne
                          La RAF bombarde Hambourg et Brême.

                          A Munich, Hitler et Mussolini se rencontre à nouveau pour définir une conduite commune à l'égard de la France.

                          France
                          La progression allemande continue inexorablement. La 7e division de panzer prend Cherbourg, la 5e division panzer occupe Brest. Les autres villes prises sont Le Mans, Briare, Le Creusot, Belfort, Dijon et Colmar.

                          Paul Baudouin, ministre des Affaires étrangères français, et l'amiral Darlan, ministre de la Marine, assurent le chargé d'affaire américain et Sir Ronald Campbell, ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, que la flotte française sera évacuée ou se sabordera plutôt que de tomber aux mains des Allemands.

                          Grande-Bretagne
                          Le général de Gaulle, jusqu'ici relativement inconnu de la plupart de ses compatriotes, fait un discours à la radio à 18 h : " La guerre n'est pas du tout terminée, dit-il avec conviction, parce que c'est une guerre mondiale dont la bataille de France n'est qu'un épisode. Il invite ensuite tous les Français qui vivent en Grande-Bretagne à prendre contact avec lui pour continuer la lutte. Cet appel ne soulève pas d'enthousiasme particulier.

                          19 Juin 1940
                          Allemagne
                          Le gouvernement allemand se déclare prêt à faire connaître ses conditions pour l'arrêt des hostilités en France et demande qu'on lui envoie des plénipotentiaires.

                          Il suggère en outre au gouvernement français d'engager avec l'Italie des négociations similaires.

                          France
                          Sur la Loire, Nantes et Saumur sont pris. En Bretagne, Brest tombe et dans le centre de la France, entre la Saône et la Loire, Les Allemands s'approchent de Lyon. Il y a plus d'évacuations de la côte ouest. La semaine suivante, 19 000 personnes, la plupart polonaises, sont évacuées de Bayonne et de Jean-de-Luz. Depuis Dunkerque, 144 171 Britanniques, 18 246 Français, 24 362 Polonais, 4938 Tchécoslovaques et quelques Belges sont partis.

                          Les navires de la marine française qui étaient au mouillage dans les ports de la Manche rejoignent l'Angleterre ou l'Afrique du Nord.

                          L'équipage du cuirassé Jean Bart, en cours d'armement, réussit l'exploit extraordinaire de faire sortir le navire du bassin de Saint-Nazaire, et à lui faire rejoindre Casablanca sans encombres.

                          Grande-Bretagne
                          16h. A la radio BBC de Londres, le général Charles de Gaulle prend de nouveau la parole et répète son célèbre "Appel du 18 juin" de la veille.

                          Cette fois, ses propos ont un caractère politique et marquent sa rupture définitive avec le gouvernement Pétain.

                          20 Juin 1940
                          États-Unis
                          Le Président Roosevelt renforce son Cabinet en apportant deux éminents républicains. Henry Stimson devient secrétaire à la Guerre et Frank Knox devient secrétaire à la marine. Stimson est fortement contre la tradition isolationniste américaine et sera un champion du prêt-bail.

                          Estonie
                          Le gouvernement rencontre les Soviétiques pour des demandes d'un nouveau gouvernement et d'ajustement de territoires.

                          France
                          Lyon et Vichy sont pris.

                          La délégation française se met en route pour les pourparlers d'armistice qui doivent se tenir à Compiègne dans le même wagon de chemin de fer et sur le même site comme pour la négociation de la Première Guerre mondiale.

                          Les Français suivent le conseil du gouvernement allemand et demande également un armistice à l'Italie.

                          Paul Baudoin, le ministre français des Affaires étrangères, envoie à José Felix de Lecquerica, ambassadeur d'Espagne en France, les noms des plénipotentiaires français désignés pour signer l'armistice avec les Allemands, programmé pour le lendemain 21 juin.

                          Mer de Norvège
                          Le croiseur de bataille allemand Gneisenau est sérieusement endommagé par une attaque de torpilles du sous-marin britannique Clyde en dehors de Trondheim.

                          21 Juin 1940
                          France
                          15h30. A Rethondes, en forêt de Compiègne, dans le Wagon n°2-419D de la Compagnie internationale des wagons-lits, remis à la place exacte qu'il occupait le matin du 11 novembre 1918, et où fut signé la capitulation de l'Allemagne à la fin de la Grande Guerre, Adolf Hitler reçoit les plénipotentiaires français: le général Charles Huntziger, le contre-amiral Maurice Le Luc et le général de l'Air Jean-Marie Bergeret pour les forces armées françaises, et Léon Noël, du Conseil d'Etat.

                          Le Führer est accompagné de Rudolf Hess et de Hermann Goering, du ministre allemand des Affaires étrangères, Joachim von Ribbentrop, du chef d'état-major de la Wehrmacht, le maréchal Wilhelm Keitel, et du chef des opérations de l'OKW, le général Alfred Jodl.

                          C'est Keitel qui lit le document accusant la France d'être l'agresseur.

                          Le texte des conditions d'armistice est ensuite remis aux Français. Celui-ci ne pourra pas être discuté, mais seulement faire l'objet d'explications et d'éclaircissements.

                          20h30. Huntziger téléphone au général Maxime Weygand, commandant en chef des forces armées françaises, pour lui rendre compte des dures conditions dictées par les Allemands:

                          - les trois cinquièmes du territoire national seront occupés par les troupes allemandes,
                          - les 1.6 million de prisonniers français ne seront pas rendus,
                          - les frais d'occupation des troupes allemandes sont à la charge des vaincus,
                          - les prisonniers et réfugiers allemands [particulièrement les Juifs] devront être restitués à l'Allemagne,
                          - l'Armée française d'armistice sera réduite à moins de 100000 hommes.

                          Les deux délégations se séparent aux environs de 20h30, sans être parvenues à un accord au sujet du statut de la flotte française.

                          Dans la nuit du 20 au 21 juin, début de la "Bataille des cols" entre les troupes alpines françaises et italiennes.

                          C'est le début de l'offensive terrestre italienne en France. La 1ère Armée italienne du général Pietro Pintor, avec un effectif de 22 divisions et 170000 hommes, franchit la frontière française en trois endroits différents et progresse suivant trois axes: une sur la côte, vers Menton et Nice, et deux dans les Alpes, vers Chambéry et Grenoble.

                          Les Français n'allignent dans ce secteur que deux divisions et des unités de montagne, les chasseurs alpins. Un effectif total de 35000 hommes.

                          Malgré l'avis contraire du haut commandement italien et la difficulté de passer rapidement d'une stratégie défensive, décidée à la veille de la déclaration de guerre, à une stratégie offensive, le 17 juin Benito Mussolini avait donné l'ordre d'attaquer sur la frontière française.

                          Les craintes de l'état-major italien semble se confirmer: malgré leur nette supériorité, l'avance des Italiens est dérisoires, et la résistance des Français très forte et efficace.

                          C'est un des rares succès défensif français dans cette désastreuse campagne de mai-juin 1940.

                          Grande-Bretagne
                          RV Jones, qui est à la tête des services scientifiques intelligents britanniques donne des preuves à un important comité de renseignement concernant un code de secours allemand de navigation par radio nommé Knickebein. Churchill donne des ordres pour que des contre-mesures soient développées. Des progrès essentiels dans ce domaine sont bientôt faits et jouent un grand rôle qui atténue les effets du blitz allemand dans les mois qui suivent. Henry Tizard, qui, plus que tout autre, a été responsable pour l'organisation de l'utilisation du radar britannique, démissionne parce que son conseil est négligé. Sa démission confirme la position du moins fiable Frederick Lindmann (Lord Cherwell) comme principal conseillé scientifique de Churchill.

                          22 Juin 1940
                          France
                          Le matin, les pourparlers de paix reprennent à Rethondes et vont se prolonger durant toute la journée, entrecoupés des fréquents appels de Charles Huntziger au général Maxime Weygand et au président du Conseil, le maréchal Philippe Pétain, pour les tenir informés des exigences allemandes.

                          17h50. Après deux jours de tergiversation, Wilhelm Keitel soumet un ultimatum d'une demi-heure à Huntziger.

                          Le français, estimant suffisantes les garanties d'Hitler au sujet de la flotte française, appose enfin sa signature au bas du texte en 24 points sur les conditions d'armistice, contresigné par l'Allemand:

                          "M. le Colonel Général Keitel, Chef du Haut Commandement allemand, mandaté par le Führer du Reich allemand et commandant suprême des forces armées allemandes, d'une part, et M. le Général d'Armée Huntziger, M. Léon Noël, Ambassadeur de France, M. le Contre-Amiral Le Luc, M. le Général de Corps d'Armée Parizot, M. le Général de l'Air Bergeret, Plénipotentiaires du Gouvernement français munis de pouvoirs réguliers, d'autre part, sont convenus de la convention d'armistice suivante..."

                          Hitler a fait une concession: le gouvernement allemand se contentera d'un désarmement des navires qui ne sont pas nécessaire au maintien de l'Empire français.

                          Un certain nombre de questions mineures restent en suspend, et donneront lieu à des négociations ultérieures.

                          Cet armistice devra entrer en vigueur le 25 juin à 1h35 heure du matin.

                          Londres. 20h. Troisième appel du général Charles de Gaulle sur les ondes de la BBC, condamnant l'armistice comme "contraire à l'honneur, au bon sens et à l'intérêt de la Patrie".

                          Menton est la seule ville française à tomber aux mains des Italiens.

                          23 Juin 1940
                          France
                          Pierre Laval est nommé Premier Député par Pétain. Par la même occasion, de Gaulle est aussi officiellement congédié par le général Weygand en ce jour.

                          La délégation française chargée de conclure l'armistice avec l'Italie part pour Rome.

                          Les Allemands s'emparent de Grenoble et d'Aix-les-Bains, et progressent vers Chambery.

                          Grande-Bretagne
                          Parlant à la BBC de Londres, le général de Gaulle propose la constitution d'un Comité National français (CNF).

                          Le CNF deviendra le Comité français de la Libération nationale (CFLN) le 3 juin 1943, puis le "Gouvernement provisoire de la République française (GPRF) un an plus tard.

                          24 Juin 1940
                          États-Unis
                          La convention du parti républicain à Philadelphie commence.

                          France
                          Les Allemands s'emparent d'Angoulême et de Saint-Etienne.

                          La Manche et toute la côte atlantique sont entre leurs mains et constituent une défense éloignée et une base d'opération pour leurs futures opérations dans l'Atlantique, et leur imminente campagne contre l'Angleterre.

                          La 13ème Division d'infanterie motorisée allemande du Panzergruppe d'Ewald von Kleist parvient aux portes de Chambery.

                          Italie
                          Rome. 19h15. Répétition de l'armistice français de Rethondes. A la ville Olgiata, dans la banlieue romaine, le général Huntziger, pour la France, et le général Badoglio, pour l'Italie, signent l'armistice franco-italien, qui deviendra effectif le lendemain matin.

                          25 Juin 1940
                          États-Unis
                          De nouvelles taxes considérablement accrues sont introduites ce qui apportent un supplément de 2 200 000 dollars. Ces augmentations bien sûr reflètent les dépenses militaires.

                          Indochine
                          Les Japonais mettent la pression sur les autorités françaises pour bloquer le transit d'approvisionnement aux nationalistes chinois. Ils désirent que la ligne de chemin de fer en Chine ferme et qu'une mission japonaise soit autorisée à inspecter cela.

                          France
                          1h35 du matin. L'armistice franco-allemand entre en vigueur et les combats cessent sur tout le front.

                          Durant cette campagne de six semaines, la France a enregistré 90000 tués, 200000 blessés et 1.8 million de prisonniers. Les Britanniques déplorent 68111 tués, blessés ou prisonniers. Les Belges 23350 tués, blessés ou prisonniers. Les Hollandais 9779 tués, blessés ou prisonniers. Les Polonais 6092 tués, blessés ou prisonniers.

                          Les pertes allemandes se montent à 27074 tués, 18384 disparus et 111034 blessés. 1300 avions et 839 chars allemands ont été detruits.

                          L'armée française des Alpes, malgré ses succès défensifs, doit capituler en vertu de l'armistice franco-italien, signé la veille au soir à Rome. Elles n'ont perdu qu'un territoire de 800km carrés le long de la frontière italienne, une région qui compte moins de 7000 habitants.

                          Dans ce secteur Sud-Est de la France, les Italiens enregistrent 1247 tués ou disparus, 2631 blessés et 2151 soldats atteints de gelures graves. Les Français ne dénombrent que 250 tués et blessés.

                          Le maréchal Philippe Pétain réplique que la France n'a pas à recevoir de leçon d'un ministre étranger et que Winston Churchill ne peut être juge de l'honneur français. Et il ajoute: "L'honneur français est sauf! Nous devons maintenant consacrer nos efforts à l'avenir. Un nouvel ordre s'annonce."

                          Grande-Bretagne
                          A la Chambre des communes, le Premier ministre Winston Churchill déplore l'écrasement de la France, critique le gouvernement Pétain et affirme que "pour sauver en même temps l'honneur de la France et du Monde, l'Angleterre doit se sauver elle-même".

                          26 Juin 1940
                          Turquie
                          Ankara se déclare non-bélligérante.

                          Roumanie
                          Les Soviétiques lancent un ultimatum à la Roumanie demandant la cession de territoire en Bessarabie et dans le nord de la Bucovine. L'Allemagne à contrecœur intervient pour aider à persuader les Roumains à donner ce que les Soviétiques demandent.

                          27 Juin 1940
                          États-Unis
                          Une réunion confidentielle est tenue entre les représentants britanniques et australiens ainsi que le secrétaire d'État américain Cordell Hull. Les Britanniques et les Australiens demandent de l'aide pour tenir tête aux Japonais. Ils souhaitent que les États-Unis prennent des mesures économiques ou déplacent plus d'unités de flotte vers les eaux malaisiennes et philippines ou d'offrir une médiation entre la Chine et le Japon. Hull refuse toutes ces mesures qui impliqueraient une politique étrangère plus active que le public américain est disposé à envisager actuellement.

                          Grande-Bretagne
                          Le gouvernement du Premier ministre britannique Winston Churchill prend des mesures drastiques pour empêcher la flotte française de regagner leurs ports de la métropole.

                          28 Juin 1940
                          Libye
                          Le maréchal Balbo, gouverneur italien et commandant en chef dans le pays, est tué par un tir antiaérien ami qui passait au-dessus de Tobrouk durant un raid aérien britannique. Le maréchal Graziani est nommé pour le remplacer.

                          Grande-Bretagne
                          Le général de Gaulle est reconnu par le gouvernement britannique comme "Le leader de tous les Français libres".Tobrouk durant un raid aérien britannique. Le maréchal Graziani est nommé pour le remplacer.

                          Roumanie
                          Après avoir obtenu satisfaction de la Roumanie, sur laquelle les Allemands ont exercé des pressions, les Soviétiques occupent sans combat la Bessarabie et le nord de la Bucovine.

                          29 Juin 1940
                          Allemagne
                          Le gouvernement allemand publie le "Livre Blanc" qui contient des détails des plans alliés pour intervenir dans les bas pays.

                          France
                          Le gouvernement du maréchal Philippe Pétain quitte Bordeaux pour Vichy.

                          30 Juin 1940
                          États-Unis
                          Lors de la convention du parti républicain à Philadelphie, Wendell Willkie est choisi comme candidat présidentiel après le sixième scrutin par une marge de 654 à 318 face au sénateur Taft. La convention est totalement en faveur d'une politique de non-intervention dans la guerre.

                          Du début du ce mois à ce jour, une douzaine de cargos américains chargés de fournitures militaires sont partis de la côte Est des Etats-Unis pour la Grande-Bretagne.

                          Roumanie
                          Le gouvernement cède aux demandes territoriales soviétiques faites la veille.

                          La Manche
                          Les forces allemandes commencent à occuper les îles de La Manche, les seuls territoires britanniques qu'ils conquerront.

                          1 Juillet 1940
                          Libye
                          Le général Rodolpho Grazziani est nommé commandant en chef des forces armées italiennes en Afrique du Nord et gouverneur de Libye, en remplacement du maréchal Italo Balbo, tué par la DCA italienne le 28 juin au-dessus de Tobrouk.

                          Soudan
                          Des avions italiens effectuent des raids de nuit sur la gare d'Etteb.

                          États-Unis
                          Roosevelt signe un autre projet naval fournissant 45 navires de plus ainsi que la somme de 550 000 000 $ pour le financer ainsi que d'autres projets.

                          Japon
                          Le sucre et les allumettes sont rationnés.

                          Allemagne
                          Durant la nuit (du 1 au 2), 12 bombardiers Hampden de la RAF font un raid sur la base navale de Kiel. Des bombes sont larguées près du croiseur de bataille Scharnhorst par Guy Gibson et 2 grosses bombes frappent le gros croiseur Prinz Eugen.

                          Une note de l'OKW, le Commandement suprême de l'Armée de terre allemande, à ses unités subordonnées parle pour la première fois de l'opération "Seelöwe" (Otarie), nom de code d'un éventuel débarquement allemand sur les côtes d'Angleterre.

                          France
                          Le gouvernement français se déplace de Bordeaux à Vichy.

                          Grande-Bretagne
                          Hull et Wick, dans le nord-est de l'Écosse, sont bombardés en plein jour par la Luftwaffe. Les victimes britanniques s'élèvent à 12 tués et 22 blessés.

                          Hongrie
                          Le gouvernement déclare qu'il y a eu violation des frontières par des troupes roumaines. Plusieurs civils sont tués. Les troupes hongroises se regroupent aux frontières de la Roumanie.

                          Roumanie
                          Le gouvernement renonce à la garantie anglo-française de l'intégralité territoriale. Les troupes roumaines se regroupent aux frontières hongroises.

                          La Manche
                          L'occupation allemande est complète.

                          Mer Rouge
                          Les Italiens attaquent les bases aéronavales britanniques de Port-Soudan et d'Aden.

                          2 Juillet 1940
                          Allemagne
                          Hitler ordonne l'étude d'une possible invasion de l'Angleterre. L'OKW publie un ordre intitulé "La guerre contre l'Angleterre". Le début commence comme ceci : " Le Führer et le commandement suprême ont décidé qu'un débarquement en Angleterre est possible." En réponse à cet ordre, Göring donne des instructions pour une intensification du blocus aérien avec une attention particulière aux attaques de navires. La Luftwaffe à deux flottes aériennes dans le Nord de la France.

                          Atlantique
                          Le navire marchand britannique Arandora Star est coulé hors de la côte d'Irlande par un U-boat. Des 1200 personnes à bord, 800 sont morts noyés.

                          3 Juillet 1940
                          Algérie
                          À Mers el-Kébir près d'Oran, l'amiral britannique Somerville a reçu l'ordre de présenter diverses alternatives pour la démobilisation des navires français et de leur déplacement dans des ports éloignés. L'amiral Somerville a été envoyé avec deux cuirassés et un croiseur de bataille de la Force H soutenu par un porte-avions. L'amiral français Gensoul avait 4 cuirassés et un large complément de navires de soutien. Le délai pour les ordres de Somerville expire avant que les négociations ne soient achevées, il est donc contraint d'ouvrir le feu. Le Bretagne est coulé et deux autres cuirassés sont très endommagés. Le Strasbourg et 5 destroyers s'échappent du port et réussissent à rejoindre Toulon.

                          Égypte
                          Des négociations sont en cours entre les Britanniques et le commandement naval français présent dans le pays.

                          Éthiopie
                          Les forces britanniques attaquent la garnison italienne de Métemma.

                          L'aviation italienne s'en prend de nouveau avec succès à la base aéronavale britannique d'Aden.

                          Grande-Bretagne
                          Il y a quelques suggestions, soutenues par l'amiral Pound, pour que la flotte britannique soit retirée de l'est de la Méditerranée. L'idée est rejetée par Churchill. Le gouvernement britannique et l'amirauté sont aussi inquiétés par le statut de la marine française et craignent qu'elle ne tombe aux mains des Allemands.

                          Grande-Bretagne
                          À Plymouth et Portsmouth deux cuirassés français, 9 destroyers et un grand nombre de petits bateaux sont arraisonnés avec un peu d'effusion de sang dans des escarmouches mineures.

                          4 Juillet 1940
                          Soudan
                          Les Italiens progressent d'Ethiopie vers le Soudan occupant Kassala et Gallabat juste au-dessus de la frontière. Les Italiens emploient plus de deux brigades à Kassala qui sont défendues par seulement par deux compagnies des forces défensive du Soudan.

                          Roumanie
                          Un nouveau cabinet est formé. Le premier ministre est Gigurtu et le ministre des Affaires étrangères Manoilescu qui représente la garde de fer. Les politiques du nouveau gouvernement sont clairement pronazies et antisémites.

                          La Manche
                          La Luftwaffe attaque un convoi au sud de Portland ; Les bombardiers en piqué Stuka coulent 5 des 9 navires impliqués.

                          Méditérranée
                          Dans la soirée, le croiseur lourd Strasbourg, le transport d'hydravions Commandant-Teste et les autres navires français ayant réussi à rompre l'encerclement des Britanniques à Mers el-Kébir entrent dans le port de Toulon.

                          Après avoir accompli sa mission, la Force-H de l'amiral sir James F. Somerville regagne Gibraltar.

                          5 Juillet 1940
                          France
                          A la suite de l'attaque de la Royal Navy à Mers el-Kébir, le gouvernement de Vichy rompt ses relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne.

                          L'opération "Catapult" provoque de violentes protestations de la part des Français vivant en Grande-Bretagne.

                          Une action de représaille de bombardiers français contre la base britannique de Gibraltar cause peu de dommages.

                          Ce sera le seul acte d'hostilité des Français pour répondre à l'"agression" de Mers el-Kébir.

                          En effet, l'amiral François Darlan, le ministre de la Marine du gouvernement de Vichy, a décidé qu'on ne ferait feu sur les navires britanniques que s'ils approchent à moins de 20 miles (38km) des côtes françaises.

                          Gibraltar
                          Il y a un infructueux bombardement aérien français sur la base navale britannique.

                          Roumanie
                          Le pays rejoint les pays de l'Axe.

                          6 Juillet 1940
                          Algérie
                          À Mers el-Kébir, le croiseur de bataille français Dunkerque est mis hors d'usage par des bombardiers torpilleurs Swordfish du porte-avions HMS Ark Royal.

                          Allemagne
                          Hitler retourne à Berlin en triomphe après 8 semaines passées sur le front ouest.

                          Adolf Hitler propose la paix à la Grande-Bretagne et lui offre sa collaboration pour le partage du monde.

                          7 Juillet 1940
                          Égypte
                          Le commandant français à Alexandrie, l'amiral Godefroy, est d'accord de permettre à ses bateaux d'être démobilisés. La force française présente comprend le cuirassé Lorraine, trois croiseurs lourds, un croiseur léger, trois destroyers et un sous-marin.

                          Sénégal
                          Le cuirassé français Richelieu est attaqué dans le port de Dakar pendant la nuit par une petite unité britannique.

                          8 Juillet 1940
                          Maroc
                          À Casablanca, le cuirassé français Jean Bart est attaqué par les forces britanniques.

                          Sénégal
                          Les dommages du cuirassé français Richelieu sont accrus par une frappe d'un bombardier torpilleur du porte-avions Hermes.

                          Grande-Bretagne
                          De Gaulle critique les Britanniques pour leurs actions. C'est le premier signe qu'il maintiendra l'indépendance française et sera un partenaire orageux.

                          9 Juillet 1940
                          France
                          Le maréchal Pétain se voit accorder le pouvoir modifier la constitution par vote du parlement français. Il est opposé par seulement 4 votes, trois dans la Chambre et un au Sénat.

                          Méditérranée
                          La force H de la Royal Navy (avec 3 cuirassés et un porte-avions), sous le commandement de l'amiral Somerville, est attaquée à haute altitude par des bombardiers sans aucune perte. La flotte méditerranéenne de l'amiral Cunningham et un escadron italien sous le commandement de l'amiral Campioni (avec 2 cuirassés, 8 croiseurs lourds et 12 croiseurs légers) sont impliqués dans une brève action en surface dans laquelle le cuirassé Guilio Cesare est endommagé par une frappe du Warspite après quoi les Italiens rompent le combat.

                          10 Juillet 1940
                          France France
                          Par 569 voix contre 80, l'Assemblée nationale française accorde les pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain, Président du Conseil des Ministres.

                          C'est la fin de la Troisième République et le début du régime de Vichy.

                          Dans les documents officiels, la désignation "République française" est remplacée par "l'Etat français", et "Liberté Egalité Fraternité" par "Travail Famille Patrie".

                          Pétain applique déjà son nouveau programme, la "Révolution Nationale", et la France entre dans la collaboration active avec l'Allemagne nazie.

                          Grande-Bretagne
                          Les Allemands envoient 70 avions pour faire un raid sur des docks dans le sud du Pays de Galles. Pour les Britanniques, c'est le premier jour de la bataille d'Angleterre.

                          La Manche
                          Il y a beaucoup de combats aériens dans lesquels il y a des pertes des deux côtés.

                          Trop de retard donc pas d'images !

                          Commentaire


                          • #88
                            11 Juillet 1940
                            Allemagne
                            L'amiral Erich Raeder cherche à dissuader Adolf Hitler d'attaquer la Grande-Bretagne par mer et de déclencher l'opération Seelowe ("Otarie").

                            A son avis, il ne faut tenter l'invasion de l'Angleterre qu'en toute dernière extrémité.
                            Amiral Erich Raeder


                            France
                            Le président Lebrun démissionne et Pétain prend la tête de l'État après un vote massif en sa faveur au parlement. Son premier décret montre son nouveau style et ses prétentions. Il commence par "Nous, Philippe Pétain."

                            12 Juillet 1940
                            Allemagne
                            Dans une étude sommaire destinée au Führer, le général Alfred Jodl donne son opinion sur l'opération Seelowe ("Otarie").
                            Général Alfred Jodl


                            Entre-autre commentaires, il dit que les difficultés sont réelles, mais surmontables si l'invasion de l'Angleterre prend "l'aspect de la traversée en force d'un cours d'eau sur un large front..." Il ajoute que, dans cette opération, l'aviation allemande devrait jouer un rôle analogue à celui de l'artillerie et, de toute façon, éliminer la Royal Air Force avant le débarquement des troupes allemandes sur les côtes anglaises.

                            Grande-Bretagne
                            L'aviation allemande fait un raid sur Aberdeen (faisant 60 victimes) et sur Cardiff.

                            URSS
                            Kuusinen, anciennement à la tête du gouvernement de Terijoki soutenu par les Soviétiques, est nommé président de la République soviétique Karelo — Finlandaise, dans les territoires acquis de Finlande par le traité du 13 mars 1940.
                            Kuusinen


                            Mer du Nord
                            Des Hurricanes détruisent 4 bombardiers allemands attaquant un convoi hors de la côte de Suffolk.
                            Des Hurricanes


                            13 Juillet 1940
                            Kenya
                            Les forces italiennes se déplacent au-dessus de la frontière du Kenya pour attaquer la petite ville de Moyale.

                            Allemagne
                            Hitler publie la directive nº 15 concernant la guerre aérienne avec la Grande-Bretagne. L'offensive doit commencer à plein régime le 5 août. Göring en faite n'aura jamais ses avions prêts pour cette date. Ce manque d'efficacité gaspillera des jours essentiels dans les beaux jours d'été. La RAF doit être rapidement chassée du ciel afin de gagner la suprématie de l'air nécessaire pour tenter une invasion.

                            La Luftwaffe engagera au total 2442 avions: 969 bombardiers Dornier Do-17 et Heinkel He-111, 336 bombardiers en piquée Junkers Ju-87 "Stuka", 869 chasseurs monomoteurs Messerchmitt Bf-109 et 268 chasseurs bimoteurs Messerchmitt Bf-110.
                            Dornier Do-17

                            Heinkel He-111

                            Ju-87 "Stuka"

                            Messerchmitt Bf-109

                            Messerchmitt Bf-110


                            Les forces déployées sont répartis en trois Luftflotten, ou flottes aériennes. La Luftflotte 5 du général Hans-Jurgen Stumpf, stationnée en Scandinavie (QG Narvik), opérera dans le nord de l'Angleterre et en Ecosse. La Luftflotte 2 du maréchal Albert Kesselring (QG Bruxelles), prendra à sa charge la zone qui va jusqu'à la ligne Portsmouth-Oxford-Manchester. Et enfin la Luftflotte 3 du maréchal Hugo Sperrle (QG St-Denis), attaquera les régions de l'ouest et du sud-ouest de l'Angleterre.
                            Général Hans-Jurgen Stumpf

                            Maréchal Kesselring

                            Maréchal Hugo Sperrle


                            Aussi, lors d'une conversation avec ses généraux Hitler fait sa première allusion de la nécessité future d'attaquer l'URSS. Il pense que les Britanniques combattent seulement parce qu'ils croient encore en une aide soviétique.

                            Grande-Bretagne
                            la "saignée" de la campagne de France a terriblement affecté les effectifs du RAF Fighter Command, le commandement de la chasse britannique de la Royal Air Force. Les Britanniques ne disposent plus que de 620 chasseurs en métropole: 417 Hawker Hurricane, 144 Supermarine Spitfire et 59 Boulton-Paul Defiant. Seul le Spitfire est capable de se mesurer au Bf-109 allemand.
                            Hawker Hurricane

                            Supermarine Spitfire

                            Boulton-paul Defiant


                            Mais la Royal Air Force bénéficie de deux avantages. Le premier est technologique: le radar. Les côtes orientales et méridionales britanniques sont couvertes par un nouveau réseau de détection radar, plus ou moins efficace, des îles Shetland, en Ecosse, jusq'au cap Land's End, à l'extrémité de la Cornouailles. Le RAF Fighter Command est donc en théorie capable de faire décoller ses escadrilles avant que l'ennemi ne frappe ses aérodromes.

                            Le second est humain: les équipages de la Luftwaffe abattus au-dessus de l'Angleterre sont perdus. La Royal Air Force, combattant au-dessus de son territoire, est en mesure de récupérer ses aviateurs qui ont réussit à sauter en parachute.

                            De plus, des centaines de volontaires étrangers d'une dizaine de nationalités différentes subissent un entrainement sommaire et accéléré sur les types de chasseurs britanniques. Il y a des Polonais, des Tchèques, des Belges, des Français, des Néerlandais, des Danois, des Norvégiens, des Brésiliens, des Australiens, des Canadiens, et même quelques Américains.

                            Pour finir, l'industrie aéronautique britannique tourne maintenant à plein. Sacrifiant la production de bombardiers, moins essentielle pour l'instant, la production de chasseurs a littéralement explosée: de 157 chasseurs produit en janvier, elle est passée à 506 au cours de ce mois.

                            Le RAF Fighter Command de l'"Air-Chief Marshal" (Maréchal de l'Air) Hugh Downding a divisé le territoire métropolitain en quatre "Zones", dirigée chacune par un "Air Vice-Marshal" (Maréchal adjoint").
                            Maréchal Hugh Downding


                            La zone sud-est et la région de Londres sont couvertes par le Group 11, qui rassemble à lui seul plus de la moitié des escadrilles disponibles, sous le commandement du vice-marshal sir Keith Park. QG Uxbridge, dans le Middlesex.
                            Vice Maréchal Keith Park


                            La zone sud-ouest et la Cornouailles par le Group 10, sous les ordres du vice-marshal sir Quentin Brant. QG RAF Box.
                            Vice Maréchal Quentin Brant


                            Les Middlands et le Pays de Galles par le Group 12, sous les ordres du vice-marshal Trafford Leigh-Mallory. QG Watnall, Nottingham.
                            Vice Maréchal Trafford Leigh-Mallory


                            Et enfin l'Ecosse par le Group 13, le moins etoffé, sous l'autorité du vice-marshal Richard Saul. QG Newcastle, Northumberland.
                            Vice Maréchal Richard Saul


                            14 Juillet 1940
                            France
                            On déclare officiellement ce jour comme "Journée nationale du deuil".

                            Grande-Bretagne
                            Le générale de Gaulle participe à la cérémonie du jour de la bastille à Londres.

                            Le premier ministre britannique Churchill parle à propos de la "guerre des guerriers inconnus" lors d'une émission radio à la BBC.

                            15 Juillet 1940
                            Kenya
                            Après une brève résistance contre les forces italiennes en très grand nombre de la garnison de Moyale, les forces kenyanes se retirent de la ville.

                            États-Unis
                            La convention du parti démocratique s'ouvre à Chicago.

                            Yémen
                            L'aviation italienne bombarde la base navale britannique d'Aden.

                            Estonie/Lituanie/Lettonie
                            Les plébiscites faits dans les pays baltes sont annoncés pour montrer un désir unanime d'une union avec l'URSS.

                            16 Juillet 1940
                            Japon
                            Le premier ministre japonais Yonai démissionne à cause de la pression militaire.
                            PM Japonais Yonai


                            Palestine
                            L'aviation italienne bombarde la base britannique de Haïfa.

                            Allemagne
                            Hitler publie sa directive nº 16. Ça commence par "J'ai décidé de commencer à me préparer pour, et si nécessaire à l'exécuter, l'invasion de l'Angleterre." Il continue en expliquant l'importance des batailles aériennes pour la réussite de ce but. À cette étape, les vues dans la planification de l'armée allemande sont importantes. Il désire le passage de la Manche pour prendre place sur un large front avec des débarquements tout le long de la côte ouest de la Grande-Bretagne. Il envisage que la force employée serait d'environ 25 ou peut-être 40 divisions. Il espère que le passage pourra être protégé par la Luftwaffe et des mines sur ses flancs. Cela n'est pas un plan très réaliste.

                            17 Juillet 1940
                            Japon
                            Un nouveau cabinet est créé dont le prince Konoye est nommé à sa tête. Matsuoka est le nouveau ministre des Affaires étrangères et sera très influent. Le cabinet inclut également un nombre de partisans avec une politique plus agressive. Le plus important est le général Tojo qui devient ministre de la Guerre.
                            Prince Konoye
                            [TMB]http://image.noelshack.com/fichiers/2014/30/1406463374-fumimaro-konoe-6.jpg[/TMB]
                            Matsuoka

                            Général Tojo


                            18 Juillet 1940
                            États-Unis
                            Roosevelt est nommé candidat à la présidence du parti démocratique sans aucune réelle opposition. Henry Wallace est choisi pour prendre la place de vice-président.
                            Henry Wallace
                            [TMB]http://image.noelshack.com/fichiers/2014/30/1406463496-henry-a-wallace-townsend.jpeg[/TMB]

                            Birmanie
                            En réponse à la pression japonaise et à cause de leur faiblesse actuelle, le gouvernement britannique ferme la route de la Birmanie au passage des ravitaillements aux nationalistes chinois. La saison des moussons débute dans le pays, il y a tellement peu de perte pour les chinois que la route sera rouverte en octobre quand un temps meilleur commencera.

                            19 Juillet 1940
                            États-Unis
                            Le président Roosevelt signe "la loi sur la flotte des deux océans." Cela ordonne la construction de 1 325 000 tonnes de navires de guerre et 15 000 avions de la marine. Incluant les navires existants, la flotte comprendra 35 cuirassés, 20 porte-avions et 88 croiseurs.

                            Allemagne
                            Adolf Hitler adresse à Winston Churchill, via l'ambassade britannique en Suisse, un dernier ultimatum.

                            Parlant à la radio à Berlin, Hitler déclare aux Allemands entre autre chose:

                            "Ma conscience m'oblige à lancer à la Grande-Bretagne un nouvel appel à la raison... Je ne veux absolument pas, pour aucun motif, continuer cette lutte. Je déplore qu'elle fasse des victimes et je voudrais les épargner. Churchill trouvera peut-être dans ce que je dis la preuve que je doute de l'issue finale, mais je me serai libéré la conscience..."

                            Grande-Bretagne
                            Le général Brooke est nommé commandant en chef des forces armées du pays remplaçant le général Ironside. C'est purement une position armée et cela ne lui donne pas l'autorité sur d'autres services. Brooke a plus de succès dans ce job que Ironside et produit plus de plans réalistes pour faire face à une invasion. Ironside est promu Maréchal.
                            Général Brooke

                            Général Ironside


                            Méditérranée
                            Il y a un accrochage entre deux croiseurs italiens, le croiseur australien Sydney et 5 destroyers. Le croiseur italien Bartolomeo Colleoni est endommagé par le Sydney et est ensuite coulé par une attaque de croiseur. Plus tard, le Sydney est frappé par le Bande Nere avant que les Italiens ne s'échappent.
                            Le croiseur Bartolomeo et Bande Nere sont de la classe Alberto di Giussano
                            Croiseur Bortolomeo et Bande Nere

                            Croiseur Autralien Sydney


                            20 Juillet 1940
                            Allemagne
                            Le premier lieutenant Werner Streib dans une Me110 équipé pour la nuit, usant seulement de son contact visuel, obtient la première mise à mort de nuit de la guerre en tirant en piqué sur un bombardier Whitley britannique au-dessus du nord-ouest du pays.
                            Le premier lieutenant Werner Streib

                            Bombardier Whitley


                            Göring, le commandant en chef de la Luftwaffe, ordonne la création de la première escadre de chasseur de nuit — Nachtjagdgeschwader 1 — sous le commandement du colonel Josef Kammhuber.
                            Colonel Josef Kammhuber


                            Grande-Bretagne
                            Le Premier ministre Winston Churchill répond à l'ultimatum d'Adolf Hitler par le canal de son ministre des Affaires étrangères, Edward H. Halifax:



                            "L'Allemagne aura la paix quand elle aura évacué tous les territoires qu'elle occupe en Europe, restauré la liberté qu'elle a détruite et donné des garanties pour l'avenir."

                            Méditérranée
                            Hors des côtes de Tobrouk en Libye, 2 destroyers italiens et un navire marchand sont torpillés par des bombardiers torpille Swordfish britannique.
                            Bombardiers Torpille swordfish



                            21 Juillet 1940
                            Allemagne
                            Lors d'une conférence de l'OKH, Hitler déclare encore que l'Allemagne doit se préparer à attaquer l'URSS. Bien que les généraux préféreraient s'occuper de la Grande-Bretagne en premier lieu, ils ne formulent aucune objection. Plus tard dans le mois, Jodl fait savoir à la section de planification de l'OKW que l'Allemagne attaquera à l'est au printemps 1941 et que la planification pour le mouvement des forces armées vers l'Europe de l'est devrait être commencée.

                            URSS
                            Le pays annexe officiellement l'Estonie, la Lituanie et la Lettonie et ces pays deviennent des républiques constitutives de l'URSS.
                            Dernière modification par Argeleb, 27-07-2014, 14h39.

                            Commentaire


                            • #89
                              22 Juillet 1940
                              Japon
                              Le prince Fumimaro Konoe est nommé premier ministre.

                              Allemagne
                              Bombardement d'industries aéronautiques à Brême et de cibles industrielles sur la Ruhr.

                              Dans une nouvelle directive préliminaire à l'opération Seelöwe ("Otarie"), Adolf Hitler écrit:

                              "Il y a lieu de se préparer dans le détail, en pensant cependant que l'invasion de l'Angleterre n'est encore qu'un projet et qu'aucune décision définitive n'a été prise pour le moment."

                              Hitler compte encore sur une solution politique au conflit.

                              Grande-Bretagne
                              Le gouvernement britannique croit fortement qu'il y aura des soulèvements contre les agissements d'Hitler qui contribueront énormément au renversement de son pouvoir. Le Special Operations Executive est créé pour travailler clandestinement à encourager ces développements. Bien que les événements ne prendront pas la tournure que les Britanniques imaginent, la SOE apportera une contribution considérable au développement des divers mouvements de résistance en Europe occupée. Officiellement, la SOE fait partie du ministère de la guerre économique.

                              Nouvelles-Hébrides
                              Les Nouvelles-Hébrides françaises se rallient au nouveau gouvernement de la France Libre du général Charles de Gaulle, à Londres.

                              23 Juillet 1940
                              États-Unis
                              Une mission britannique d'achat donne sa permission pour acheter 40% de la production aéronautique américaine.

                              Indochine
                              Le gouverneur-général d'Indochine en place, le général Georges Catroux, un gaulliste qui résiste aux pressions japonaises l'"invitant" à fermer la frontière avec la Chine, est forcé de céder son poste à l'amiral Jean Decoux.
                              Général Catroux

                              Amiral Jean Decoux


                              Allemagne
                              Bombardement des routes de communications et des chemins de fer à Osnabrück ainsi que des docks à Hambourg et une industrie aéronautique à Kassel.

                              Grande-Bretagne
                              Le Dr Eduard Benes, le leader tchécoslovaque, a formé un gouvernement provisoire tchécoslovaque à Londres avec le soutien du gouvernement britannique. Il est probable qu'un ministre britannique sera accrédité au gouvernement du Dr Benes. Monseigneur Sramek est nommé premier ministre.

                              Dr Benes, qui devient président, déclare aujourd'hui : "Notre effort principal sera l'organisation de nos forces sur terre et dans les airs de sorte que notre part dans la défense de la Grande-Bretagne et la défaite du nazisme sera aussi efficace que possible."

                              Un budget d'urgence est introduit aujourd'hui avec des taxes sévères, incluant 24% des produits de luxe tels que les fourrures, les véritables bas de soie et les cosmétiques. "Dans des circonstances aussi dures que pouvons-nous faire sans eux," déclare Sir Kingsley Wood, le ministre des Finances. Il annonce aussi des augmentations totales d'impôts, y compris un supplément sur l'impôt sur le revenu. Cela sera de 6 en livre à partir de janvier prochain.
                              Dr Benes

                              Mer de Norvège

                              Un sous-marin mouilleur de mines Narwhal est attaqué et coulé par un Dornier.

                              24 Juillet 1940
                              Roumanie
                              Le gouvernement nationalise la compagnie pétrolière britannique Astra-Romana.

                              La Manche
                              Le bateau à vapeur Meknes, transportant 1277 marins français vers Marseille, est coulé par un bateau torpille à moteur allemand S-27 hors de la côte de Portland, en Angleterre. 383 marins sont tués à bord.
                              Bateau à vapeur Meknes

                              S-27


                              25 Juillet 1940
                              Égypte
                              L'aviation italienne bombarde la base navale d'Alexandrie

                              États-Unis
                              Le pays interdit l'exportation de produits pétroliers et de métaux dans certaines catégories, sauf avec un permis, vers les pays en dehors du continent américain généralement et vers la Grande-Bretagne. Cette action est vue comme une mesure antijaponaise, particulièrement à cause des besoins du Japon en huiles étrangères. Pendant ce temps, le stock de carburant japonais commence à diminuer. Ils ont des problèmes similaires avec d'autres matières premières. L'attention japonaise est, donc, attirée au sud de la Chine vers les ressources de l'Est des Indes néerlandaises et la Malaisie.

                              Palestine
                              L'aviation italienne bombarde la base navale d'Haïfa.

                              Grande-Bretagne
                              Les avions de la Luftflotte 2 attaquent avec acharnement un convoi dans le détroit de Douvres. Ils sont aidés par les forces navales légères allemandes. Ceux-ci repartent durant la journée, mais reviennent pour faire des dégâts la nuit. Les Britanniques perdent 11 navires sur 21 dans le convoi.

                              26 Juillet 1940
                              Japon
                              Le gouvernement adopte officiellement une politique donnant la priorité à la résolution du problème de la Chine en bloquant les approvisionnements qui atteignent la Chine via l'Indochine et en protégeant leur propre matériel par une position plus agressive en Inde Néerlandaise de l'est.

                              Grande-Bretagne
                              L'amirauté britannique ordonne qu'aucun bateau ne passe le détroit de Douvres durant la journée.

                              Commentaire


                              • #90
                                J'avais loupé le post du dessus

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X