X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [RECIT] (AAR) Gloire au TsAAR – GPO « Old School »

    session 1 : 1444-1465


    La Moscovie en 1444 :

    Spoiler:











    Vaste pays à l’Est de l’Europe et loin des préoccupations du Saint-Empire, de la guerre de 100 ans, ou de la menace que représente l’empire Ottoman au lendemain de la débâcle de Varna, la Moscovie sort d’une période sombre de soumission envers l’empire mongol suite à son invasion sur les terres orthodoxes survenue deux siècles plus tôt.
    Si la rancœur envers les mongols ne peut s’oublier, elle sera mise à profit plus tard pour les soumettre à leur tour. Pour la Moscovie, il est désormais temps d’étendre son influence et de prospérer sur les terres Russes, plaçant les différentes principautés sous sa protection vis-à-vis des hordes voisines, vestiges de l'empire désormais largement divisé.
    Economiquement, le pays est stable mais loin du niveau des cadors européens.

    Le retard pris dans ce domaine lors de cette période ne semble pas avoir affecté notre voisin du nord, Novgorod, unique principauté Russe n’ayant pas eu à payer le lourd tribut durant deux siècles. L’absence de soutien économique de la république sur une si longue période convainc l’éclairé grand Khnyazh que l’union des peuples russes devra se faire par les armes.
    L’armée, plus que correcte (26.000 hommes), occupe une très grande part du budget et il compte bien la rentabiliser au plus vite !
    Spoiler:











    Le pays a évidemment un gros potentiel grâce à un set d’idées très solide ainsi qu’un gouvernement unique permettant de grossir rapidement en restant relativement stable (Grande principauté russe et possibilité de réduire l’autonomie de toutes les provinces de 10%, et de diminuer l’avancée de toutes les factions rebelles de 30%) et qui dispose d’un bouton magique permettant de faire pop de la chair à canons les strelskys


    Spoiler:









    La religion orthodoxe apporte également des possibilités intéressantes et le fait d’être le seul pays joueur au départ de cette religion est également un avantage non négligeable, permettant de profiter de façon permanente ou presque des bonus de défenseur de la foi.
    Spoiler:











    Objectifs de la session :

    Spoiler:

    Je joue un majeur pour la première fois en GPO, il s’agit donc de :
    • Ne pas se planter
    • Ne pas se planter
    • Ne pas se planter



    Mais encore

    Spoiler:
    • Solidifier l’économie : en la doublant (au moins) grâce au blob de Novgorod et via la construction d’un maximum de bâtiments
    • Ne pas présenter de faille militairement : la première mission va m’obliger à jouer la première partie de la session avec un manpower très bas. Il s’agit donc de se servir au maximum des nombreux vassaux pour éviter tant que possible les combats afin de limiter la durée de cette période
    • Passer l'institution sans prendre de retard en technologie militaire


    Diplo pré-session : Malheureusement très limitée, car très peu disponible de mon côté (pas bien !). Les échanges ont été bref et la diplo faite sur le pouce peu avant la session. Etant capital pour moi de sécuriser le blob de Novgorod afin de valider plusieurs missions russes très intéressantes (bonus de dév notamment, miam miam), je prends contact en priorité avec la Suède.
    J’ai 2 solutions. Soit le Suédois est amical, et nous trouvons un arrangement tout en construisant des relations saines, soit il est gourmant d’entrée et il me faudra prendre toutes les provinces frontalières lors de la première guerre contre Novgorod. Je lui propose de me laisser prendre l’ensemble des terres de la république dans un premier temps et de lui en rétrocéder une partie gratuitement une fois les missions validées. Il accepte en échange d’une aide militaire pour sa libération. Parfait, je peux commencer avec la traditionnelle checklist de début de session.
    -Je passe Novgorod et le Danemark en rivaux. Novgorod car je vais l’attaquer dès que j’ai les claims, et le Danemark car je serai rapidement en guerre avec lui pour la libération de la Suède. J’ai plusieurs choix possibles pour le 3e slot et choisis la grande horde qui sera idéalement une cible privilégiée pour une humiliation.
    -Je pose l’embargo sur les 3 pour profiter rapidement d’un peu de projection de pouvoir
    -Je place le (mauvais) Khnyazh de départ aux commandes de l’armée car le jeune héritier est bon (3/4/5) et la reine n’est pas pire que lui.

    Spoiler:











    Bingo, il a un pip de siège, il s’occupera donc de faire tomber les forteresses, pendant que Dmitry Shemiaka, général historique plus que compétent (4 de shock, associé à l’idée nationale donnant un bonus de 10% de dommage de choc) s’occupera des batailles importantes.
    -Les points des ordres sont réquisitionnés immédiatement tout en les gardant loyaux. Même les cosaques sont mis à contribution. Le but est de lever l’armée cosaque (soit 1000 cavaliers disponibles pour le moment) afin de préserver du MP. En effet, je dois monter l’armée à 100% de sa limite pour obtenir des revendications sur tout le territoire de Novgorod. Or, au vu de l’économie encore balbutiante du pays, je choisis de ne pas recourir aux mercenaires et lance donc 8 unités d’infanterie régulière supplémentaires.
    Je prends également +10 de trad militaire, ce qui rend les cosaques déloyaux pour un mois
    La partie se lance, j’utilise les diplomates pour contracter des mariages avec l’ensemble des vassaux le temps que les troupes se forment, la Pologne ne s’allie pas à Novgorod, tant mieux. Au contraire, Riazan et Odoyev, le font, tant pis.
    les troupes sont là, la mission est validée, je lance la guerre et pose mes stacks sur ces petites IA.
    Le comportement des vassaux est défini en agressif et ils commencent à assiéger Novgorod.
    J’achète immédiatement la loyauté des cosaques contre 15 MMP via la décision « fournir les armes » qui fait gonfler artificiellement la FL de 15%. Pour le moment, ce n’est utile que pour redresser la loyauté et profiter de la combativité de la cavalerie qui va avec. J’ai cependant attendu de valider la mission « Envahir Novgorod » pour ne pas avoir à recruter de troupes mercenaires.


    Spoiler:












    J’ai un Khnyazh très moyen, beaucoup de provinces à corer sur Novgorod et l’objectif de développer rapidement l’institution sur Moscou (capitale/terre arable/fer) à l’aide de DMP principalement pour rester à jour en tech MIL.
    Je sors donc les 2 petites IAs de la guerre en me contentant de leur prendre leur or et casser quelques rivalités (un peu de prestige ne fait jamais de mal). J’aurais pu les intégrer immédiatement, au moins en partie, mais n’ayant pas fait de revendications, cela coûterait de précieux AMP. De même, les vassaliser me ferait passer le nombre de relations au-delà du maximum et me coûterait en DMP.

    Je m’assure rapidement, en augmentant les relations, de pouvoir m’allier à Odoyev en cas d’attaque venue de l’Ouest.
    (Les terres russes sont soit administrées par la Moscovie, soit en passe de l’être. Les intrusions belliqueuses de puissances occidentales sur ces terres verraient forcément une intervention moscovite en leur défaveur.)

    Les sièges des forts de Novgorod et Louki sont rapidement terminés et je fais la paix pour les provinces de Louki (et l’entretien du fort qui va avec) pour mon vassal de Pskov et l’état de Novgorod ainsi que Neva et quelques ducats pour moi. Je lance le coring de l’ensemble des provinces et passe Neva en état. C’est une demi-erreur car si le territoire est intéressant en lui-même, c’est le seul de l’état que je possède pour le moment et cela bloque le dernier slot disponible alors que j’ai pris toutes les provinces de l’état de Novgorod volontairement. Je repasse donc la province de Oustioug en territoire (seule province possédée sur l’état de Perm, que je ne souhaite intégrer que tardivement) et fais de Novgorod mon dernier état.
    Une fois le coring terminé, je passe le focus national (jusqu’ici laissé en ADM) en MIL dans le but de rester à jour dans ce domaine, et d’emmagasiner quelques points en vue de la première doctrine qui sera, de façon très surprenante, choisie dans le domaine militaire.
    La Pologne écrasant la grande horde dans une guerre d’humiliation, le moment est venu de lancer la nôtre également. Je replace les armées vers le sud, passe la tech MIL 4 et c'est un joli fail….. La grande horde n’est maintenant plus un rival valide. Raté, le bonus d’ère s’éloigne.

    Spoiler:













    Economiquement, le pays se maintient à ce moment-là difficilement car le besoin grandissant en points de dirigeant me force à prendre des conseillers (+1) dans chaque catégorie.
    Cela sera cependant une bonne chose puisque quelques années plus tard survient l’évènement peut-être le plus recherché de la première session :


    Spoiler:










    La guerre contre Novgorod n’a pas été compliquée (ses armées ayant été annihilées par mes vassaux), mais entre le recrutement vidant presque le MP juste avant la guerre et le siège des différents forts, les réserves militaires ne sont pas légion et lorsque la Suède m’appelle dans sa guerre d’indépendance, j’envoie tous les vassaux (toujours en agressifs) dans un premier temps. Rapidement, les danois, norvégiens, poméraniens et holsteinois holsteinais holsteiniens hommes du Holstein ont la supériorité numérique (25.000 hommes environ) sur la Suède, qui n’a pas encore passé la tech 4, mes vassaux partant habilement explorer l’ensemble du nord de la Norvège. Tant pis, je remonte la maintenance, passe dans le rouge économiquement, et envoie un stack de 15k commandé par Dmitry Shemiaka pour remplir plus efficacement ma part du contrat.
    Globalement, très peu de batailles dans cette guerre, il nous suffira de mettre une fois en déroute l’armée ennemie pour qu’elle batte en retraite jusqu’à la partie continentale du Danemark, puis de poser l’armée Suédoise (qui cette fois a bien la tech 4) à Lund afin de leur passer l’envie de traverser le détroit.
    Impossible pour nous de passer la flotte coalisée pour débarquer sur Sjaelland. Lorsque le score de guerre a atteint son maximum, la Suède sous embargo a besoin de mettre fin à cette stérile guerre de positions. J’ai le contrôle des forts. Il est entendu avec le Suédois que je fasse une paix séparée pour optimiser nos gains sur l’IA. Je désarme les forts et récupère des ducats dans la paix. J’aurais aimé pouvoir faire l’humiliation pour le bonus d’ère, mais il manquait quelques points de score de guerre. Encore raté …


    Spoiler:













    La Suède signera la paix 1 mois plus tard, après avoir repris les forts.
    Je casse l’alliance comme prévu, mon héritier est enfin majeur (comprendre + de 15 ans) et le Khnyazh, dans un éclair de génie comprend qu’il est temps pour lui de se retirer en Oural pour écrire sa biographie.
    Je n'ai pas prévu d’autres guerres avant la seconde invasion de Novgorod à la fin de la trève, le but étant de stabiliser le pays économiquement.
    Le Grand Khnyazh nouvellement arrivé au pouvoir entrevoit donc une période de consolidation interne. Ses belles capacités (3/4/5) permettent d’accélérer la prospérité et je dépense quelques points pour passer à une stabilité positive. La culture Novgorodienne est acceptée, la maintenance de l’armée est réduite et l’économie en hausse fait en sorte de voir des églises construites sur tous les territoires intéressants (+0.10 minimum).
    Les 4 centres de commerce du pays se voient également progresser au niveau 2.
    On profite des réductions de coût de développement de l’icône du christ pantocrator (-10%), de l’édit d’encouragement au développement sur l’état(-10%) et de la loyauté des bourgeois pour un temps (-5%) pour développer Moscou et faire poindre la renaissance, en utilisant un peu d’AMP, mais surtout des DMP. (Moscou atteindra un niveau de développement de durant la session

    Un peu de développement MIL est également fait ponctuellement dans l’état de Souzdal pour éviter de perdre des points au-delà de 999. Cet état, une fois développé, verra l’édit d’encouragement au recrutement lui être associé et il servira de réserve d’hommes pour la nation. (Dans l’état, seul du blé est produit et sans centre de commerce il est tout désigné pour ce rôle)


    Spoiler:












    Enfin, l’intégration du vassal Iaroslav permet l’obtention d’un 5e centre de commerce qui sera élevé au niv2 pour l’obtention du bonus d’ère.

    Après cette phase de consolidation, nous voici en 1462 et la seconde guerre de conquête de Novgorod peut avoir lieu. Encore une fois, il s’agit de prendre un maximum de terres, en commençant par Ingrie et Ladoga (état de Carélie Méridionale, comme Neva) et l’état d’Arkhangelsk et en ne laissant que le minimum, soit les provinces les plus au Nord. Novgorod n’est plus que l’ombre de la république qu’elle a été, et les quelques batailles qui ont lieu sont indignes d’être consignées ici.
    Pendant ce temps, les diplomates tournent à plein régime entre l’amélioration des relations avec les vassaux en vue de leur intégration progressive et la constitution de réseaux d’espionnage.
    Ainsi, lorsque Riazan, qui avait intégré Odoyev durant la guerre d’indépendance de la Suède, voit la ville tomber aux mains des rebelles, la nation nouvellement (re)crée est envahie le mois suivant et vassalisée (hop, retour à 5 vassaux)
    Une menace de guerre plus tard et Riazan lâchait la province de Toula, appartenant à l’état d’Oka, produisant du fer. Elle sera administrée par les cosaques pour le moment.
    De même, le rival Kazan étant embourbé dans plusieurs guerres de défense de son allié de Crimée et occupé en partie, est ravi de s’éviter une guerre supplémentaire en cédant la mine de cuivre légitime de mon vassal Ouralien (Perm). Ce qui repousse également l’affrontement jamais agréable de 3 hordes (Kazan étant allié à la Crimée et à l’Ouzbek)

    Carte de fin de session :
    Spoiler:








    (Vassaux : Perm, Pskov, Odoyev, Beloozero, Rostov)




    Une guerre de conquête de Tver vient d’être lancée et sera très rapidement terminée en début de session 2.
    Bilan de la session :
    Le coring soutenu associé au développement de l’institution fait prendre beaucoup de retard technologique dans les catégories ADM et surtout DIP, mais la défense du pays est assurée en fin de session :
    Militairement à jour vis-à-vis des voisins directs, le MP est bien remonté, l’armée est forte de 38.000 hommes et les strelskis sont disponibles si besoin pour la renforcer rapidement.
    Les caisses sont presque assez fournies pour passer l’institution et l’économie a fait le bond escompté durant la session.

    Spoiler:











    L’humiliation (simple) n’a pas encore été faite, ce qui retarde la prise des bonus d’ère intéressants, mais les guerres lancées contre les rivaux, les terres prises et l’acquisition du statut de grande puissance me permettent de passer l’ensemble de la session au-delà des 50 points de projection de pouvoir, ce qui est une très bonne chose.


    Dernière modification par Joker, 12-10-2019, 10h33.

  • #2
    Session 2 : 1465 – 1482

    Session très calme, passée en grande partie au téléphone à cause d’un pb perso, qui m’a forcé à éviter les guerres contre des joueurs, et éviter les guerres tout court… Nombreuses menaces de guerres envers les hordes, rapide achèvement de Novgorod, intégration de vassaux, mais surtout beaucoup de greed, un peu de dév vertical et tout cela résumé en quelques images :

    A partir de cette session, mes boyards deviennent déloyaux, et le sort s'acharnera à les encourager dans cette voie







    La prise du rôle de défenseur de la foi est actée. Les bonus permanents de moral et prestige compenseront facilement les -5% de coût de tech







    Après quelques années très passives, l'économie décolle grâce à la multiplication des églises et de la baisse de l'autonomie sur l'ensemble des provinces.


    Je débloque les ateliers à cette période (tardivement donc, mais l rattrapage du retard technologique est en bonne voie) et découvre agréablement que l'économie va pouvoir à nouveau se développer rapidement et permettre de monter petit à petit la capacité militare de l'armée





    Moi roi, crapule reconnue, a finalement une réputation qui lui permet de contribuer à ce développement






    Le résultat est bien là en fin de session, puisque le pays a su se maintenir comme le 7e revenu





    Quelques guerres rapides contre des IA m'ont permi d'agrandir le territoire Russe (sur les états déjà nationaux), ainsi que celui du vassal Perm.
    Cela a aussi permi récupérer de nouveaux vassaux au fur et à mesure de l'annexion des vassaux historiques.

    Ont ainsi été intégrés totalement au Royaume : Pskov et Rostov
    Sont maintenant sous domination Russe : Bashkir et Novgorod (Marches)

    Sont toujours vassaux : Beloozero, Odoyev, Perm
    Dernière modification par Joker, 30-10-2019, 23h35.

    Commentaire


    • #3
      Session 3 : 1482 - 1504

      Cette session, dans la continuité de la précédente, sera restée très calme. L'objectif principal étant de poursuivre la centralisation de l'ensemble des principautés Russes.
      Dans ce cadre, le vassal d'Odoyev est intégré et l'intégration de Perm a débutée en fin de session. Dans l'AAR de la dernière session, je parlais de faire progresser l'armée du pays, et pour cela :

      - l'infanterie régulière est progressivement remplacée par des strelskys (l'armée en compte 50 régiments en fin de session)
      - La cavalerie est remplacée par la cavalerie cosaque issue de steppes récemment conquises.
      (l'armée en compte 10 régiments en fin de session)

      - Les premiers régiments d'artillerie (6) sont recrutés et leur entraînement commence.

      Je décide d'avoir recours à l'entrainement sur un stack comprenant de l'infanterie et les canons car même si ceux-ci ne sont pas encore décisifs dans les batailles, ils ont l'avantage de pouvoir faire plusieurs batailles sans perdre leur professionnalisme (sauf accident). De plus, entrainer quelques troupes maintenant plutôt que plus tard permet de le faire monter plus vite car ma FL n'est pas encore exceptionnelle.

      Le seul point noir sur le côté militaire est que les boyards n'ont décidément pas les mêmes intérêts que la couronne

      Le titre de défenseur de la foi octroyé précédemment amène l'Ottoman à devoir négocier lorsqu'il entreprend d'attaquer des orthodoxes dans le Caucase, et j'en profite pour récupérer 2 provinces indument conquises par sa marche de Crimée


      En 1504, l'économie du pays reste très bonne grâce à la prise des idées économiques et l'autonomie globale est au minimum (0% ou 25% si un ordre administre la province) sur une grande partie du territoire







      Le point noir du pays est que je suis à peine à jour technologique dans les 3 catégories (comprendre que le changement de tech a lieu dans 6 mois, que j'aurai à peine les points pour les passer, et que l'institution du colonialisme (pas la plus simple à passer en ayant peu de côtes, un grand nombre de provinces et en étant géographiquement loin des pays colonisateurs qui l'auront en premier) est déjà apparue. Il me faudra donc l'acheter car la développer prendrait trop de temps.









      Toujours 7e revenu, symbole d'un immobilisme qu'il faudra rapidement corriger ...
      Dernière modification par Joker, 31-10-2019, 00h44.

      Commentaire

      Chargement...
      X