X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Récit] Le MewAAR pAARmi les animaux

    Le Rajputâna MewAAR pAARmi les animaux

    Chapitre 1 : Rajoutons du sucre dans le thé....
    Ma position initiale était loin de m'être favorable à la base. Mineur de l'Inde, entouré de majeurs et des monstres Perses et Irakiens, la première victoire ne peut être que diplomatique.

    Que de gens charmants en Inde ! Sun-Wo le Népal et sa rhétorique parfumée à la fleur d'orange, toute en douceur. Il ne semble que paix et amour, et pourtant, une inquiétude pèse sur le Sirhind. Alfalco le Jawnpur, me propose d'ores et déjà une alliance contre ce dernier, m'informant d'une menace forte, et d'une volonté punjabi à troubler la paix par bellicisme. Le Mysore m'avertit de ce Tokipant belliqueux...

    Je me décide à le voir, ce Sirhind. « Bonsoir, Nerros ». Etonnant, une voix douce. « Ca va? Peut-être qu'on peut s'entendre toi et moi". Oh bah. C'est pas vraiment ce à quoi je m'attendais mais bon. On va dire que ça commence bien. Je dispose d'accords raisonnables avec tous mes voisins, espérons les garder.

    Chapitre 2 : Rajouter quelques perles à notre collier...
    La course au développement commence. La sécurité de mon pays dépend de ma puissance par rapport à mes ennemis. Pour l'instant, je n'ai pas d'ennemis déclarés. Grossissons, grossissons. Provinces après provinces, je me développe. Mineur dans la région, je dispose toutefois d'un garde-manger très avantageux, et d'accords me permettant de délayer mon expansion à ma guise sur certains fronts. J'optimise. J'établis une marche. Une deuxième. Je vassalise un troisième état après une expansion sans interruption. Mais les choses vont vite venir se corser...

    Chapitre 3 : Un trajet inattendu....
    En route pour libérer le Jaisalmer d'anciens politiques hostiles à l'expansion Mewâri, une note d'un messager Vijayanâgara me parvînt : le Vijayanâgara est tombé en quelques années, et les miettes de son royaume cherche le soutien de son plus fidèle allié. La nouvelle se répand dans toute l'Inde. Le royaume jadis si vaste, si puissant, si beau, n'était plus que deux pauvres petits ports sur les côtes de l'océan Indien. L'émoi de toutes les familles Mewâri grandissait de jour en jour. L'idée d'une vassalisation est entendue à quelques marchés de Thatta, et fait son chemin jusque dans la capitale de Gorwar. « Sauvez-le ! » chantait le peuple. « Sauvez-le! ». Vous comprenez-bien que j'étais dans une position délicate. Fort des qualités hors-normes de mon roi (4/6/6), j'avais envisagé un âge d'Or sous son règne, un Mewâr protégé de toutes menaces. J'avais entrepris une expansion afin de récupérer des bases fortes à l'est, de monopoliser les places de commerces gujarâti et d'assurer mon hégémonie naval au nord de l'Inde. Cette politique était coûteuse, difficile et dangereuse. Nul effort ne devait être gaspillé inutilement... Mais pouvait-on trouver quelque chose d'inutile à sauver le Vijayanâgara? Et puis, avais-je vraiment le choix, tout mon peuple le réclamait? Allez ! Vassalisons notre allié.

    Chapitre 4 : Rajustez-donc la chemise de ce pauvre Vijay', m'enfin !
    Les rapports Vijayanâgara et Mewâri, quelles histoires tout de même. Il faut dire que je lui en fait voir de toutes les couleurs. Mais attention, c'est pour son bien ! Je fais pour lui une première guerre pour récupérer deux autres ports importants, et en profite pour m'étendre sur les alliés de l'illégitime conquérant : le Keladi. Le pauvre Vijay a passé sa guerre occupé, à se faire piller. Mais vingt points de développement lui ont été rendu à ce bon vieux Vijay quand même. Ce n'est pas rien ! Plus tard, entre quelques guerres de mon côté, je profite des guerres intestines du Deccan pour y faire mon marché. Ni une ni deux, j'attaque le Bijapur dans son moment de faiblesse et lui grignote l'ouest de son territoire, qui est bien plus beau en jaune. A 55 de développement, le Vijay commence déjà à avoir un peu plus de gueule. On lui rendra sa grandeur à ce Vijay !

  • #2
    Envoyé par Nerros Voir le message
    Mais pouvait-on trouver quelque chose d'inutile à sauver le Vijayanâgara?


    Oui

    Dernière modification par tokipant, 29-01-2019, 00h53.

    Commentaire


    • #3
      Quel grand homme, quel grand sauveur.
      Tu penseras à faire des screens là prochaine fois maintenant que tu te lances dans un AAR.
      Pis on veut (au moins) les cartes de ton pays avant et après session ;-)

      PS : Faites attention à Grokipant le belliqueux.

      Commentaire


      • #4
        Le MewAAR 2






        En 1466, tout va pour le mieux dans le Rajputâna du Mewâr, les femmes vous servent du thé tiré du Coromandel, les relations avec le voisin du Sirhind vont à merveille, le roi porte désormais uniquement des produits en cachemire importé de leur récentes conquêtes. Les rois Mewâri ont épousé la cause Vijayanâgara. Ils ont juré de rétablir les terres à leur loyal vassal, et s'activent à la tâche. Seuls contre de nombreux rois indiens, les rois Mewâri doivent user de ruses et d'inventivité afin de ne pas rester derrière les plus grandes puissances indiennes.




        En forte expansion agressive, et légèrement endetté, le Mewâr doit attendre patiemment. Il récupère d'abord quelques cores du Vijayanâgara en premier lieu. Je termine l'établissement de ma frontière avec le Sirhind dans la plus grande sérénité dans la foulée. Le Royaume Mewâri se converti entièrement à l'hindouisme, et entame une phase de développement et de centralisation. L'autonomie de toutes les provinces est baissée par la force, la mine d'or s’accroît, les simples marchés voient leur puissance commercial doubler, des temples se construisent, les premières manufactures aussi, des ateliers, des marchés...




        Ce petit temps de pause permet à l'expansion agressive de baisser. Mais hors de question de renouveler cette attente. Nos soldats attendent des butins du guerre. Le premier territoire à sécuriser est le Balouchistan. Assez facilement, le Balouchistan est intégré à la digne nation Mawâri. Ses montagnes permettront le temps venu d'y ériger une grande muraille, un rempart impénétrable contre la menace Irakienne et Perse. Le nord du Balouchistan n'est pas intégré de suite, bien qu'il le sera, un jour prochain.




        La ruse doit commencer maintenant au sud. Deux gros pays se trouvent entre le Vijayanâgara et son suzerain. Le Ahmadnagar, ainsi que le Gujarat. L'Ahmadnagar, du haut de ses 100 de dev, est un challenger avec une forte alliance. Ce dernier entre en guerre contre le Gujarat. Il s'en taille la moitié sud, deux provinces riches et abondante. Le roi Mewâri est bon. Il offre à son ancien ennemi Gujarati de reprendre ses provinces indûment accaparée. Dans une double guerre de reconquête, le Mewâr acquiert 5 provinces pour ses vassaux pour une expansion agressive minimale. Désormais, le Vijayanâgara a retrouvé son état d'origine, et trône fièrement à 101 de développement.




        Pendant ce temps, l'action des autres joueurs reste sensiblement indifférente au Mewâr. Toutefois, une guerre du Jawnpur à son voisin Malwa déplaît fortement aux Mewâri. Une province négociée en 1444 est passée sous contrôle Jawnpuri. Face à la menace Punjabi, le Jawnpur devrait chercher des alliés et non pas se faire des ennemis chez les pays neutres à son égard. La fin de la partie se focalise sur la session prochaine. Le Mewâr vassalise le Khandesh diplomatiquement. Il dispose alors de cassus belli reconquête sur une grande partie du Berar. Le Jawnpur mange au nez du Mewâr une des provinces légitimes du Khandesh. Les erreurs arrivent. Les rois Mewâri chercheront toujours la voie pacifique. Nous éviterons la guerre avec le Jawnpur tant que possible, bien entendu. Nous repousserons les négociations pour plus tard.




        Un signal d'alarme se fait entendre au sud. « Les armées du Mysore sont à la frontière ! » hurlent les Vijayanâgara. Les armées du Mewâr se mobilisent. Trente-milles hommes se regroupent à la frontière sud afin de montrer notre puissance à un voisin qui serait tenté de trop bouger. Un fort se construit dans la région. Les dix-milles hommes du Vijanagara se mobilisent eux aussi à la frontière. La tension est palpable.. Mais elle redescend d'un coup lorsque le Karnata se fait attaquer par le Mysore. Il s'agissait simplement d'une manœuvre innocemment ambigüe. La paix ne se troublera pas.




        Il reste des choses à faire au sein même du Royaume Mewâr. Notre sympathique voisin du Sirhind fait désormais le double de notre taille, hors mes dignes et valeureux vassaux !

        Dernière modification par Nerros, 05-02-2019, 15h59.

        Commentaire

        Chargement...
        X