Ceci est une discussion importante.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages


  • Europa Universalis IV - Carnet de développement du 25 Juin 2019



    Bonjour à tous. Voici de nouveau un carnet de développement fragmenté, puisque nous allons être plusieurs à parler du contenu que nous avons conçu et implanté dans le jeu. Cette fois-ci nous allons nous concentrer sur les arbres de missions de la région des Balkans.

    Pour commencer, je laisse la parole à Caligula Caesar, pour un regard sur l'arbre de missions autrichien.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------



    L'Autriche avait déjà quelques missions, surtout orientées vers l'acquisition de ses possessions historiques et sur sa position à la tête de l'Empire. Cependant, nous estimions qu'il y avait encore de quoi faire dans de nombreux domaines. Certaines des nouvelles missions empruntent la voie de l'uchronie ; mais nous avons essayé de ne pas en abuser, notamment en ne donnant pas de Casus Belli pour forcer des unions personnelles sur la France et l'Espagne, ce qui aurait rendu l'Autriche trop puissante. A la place, nombre des nouvelles missions se concentrent sur la politique intérieure, la gouvernance des sujets de l'Autriche et son rôle d'Empereur. Cela a fini par donner un des arbres les plus fournis du jeu pour le moment.

    Une des premières missions de l'ancien arbre était de former une union personnelle avec la Hongrie. Comme chacun sait, les relations austro-hongroises n'ont pas toujours été au beau fixe, avec de nombreuses tentatives de révoltes et des compromis compliqués. Nous avons ainsi ajouté plusieurs missions pour refléter cet état de fait. La mission "La question hongroise" vous demande non seulement de posséder la Hongrie ; mais également que cette dernière n'ait aucun risque de révolte, de séparatisme ou d'autonomie (en prenant en compte les ordres). Si vous y parvenez, vous accepterez les cultures hongroises et slovaques, ou, si vous les acceptez déjà, +3 de développement à Pest et Bratislava. "Un empire multiculturel" est la mission qui suit et possède des conditions similaires, mais dans de nombreuses provinces non-germaniques. Votre récompense est la possibilité d'adopter une nouvelle forme de gouvernement, sous la forme d'une réforme appelée Monarchie Autrichienne.


    Dire "non" vous donnera moins de bonus mais vous permettra de conserver votre réforme actuelle



    Plus loin dans la branche de conquête des Balkans, de nouvelles missions ont été ajoutées afin de pousser plus au Sud, en Serbie et en Bulgarie, conduisant au final à expulser les Ottomans des Balkans. Actuellement, cette branche se sépare pour introduire la mission "Ambition italienne" (qui se concentre sur Venise) ; mais désormais cette mission n'est que le début des ambitions autrichiennes en Italie, et l'Autriche a maintenant des missions pour prendre Milan et Naples.

    La vieille mission consistant à s'assurer le vote des Electeurs est maintenant le début d'un grand arbre ayant pour thème le Saint-Empire, qui vous incite à remplir diverses tâches, parmi lesquelles faire en sorte qu'aucune province impériale ne soit détenue par un état non-membre de l'Empire, qu'il n'y ait pas au sein de ce dernier de nation capable de remettre en cause votre hégémonie (c'est à dire avoir 10 provinces et être indépendant), que l'Empire soit Saint (c'est à dire que les troubles religieux ne soient plus), Romain (Rome et son propriétaire doit être dans l'Empire) et un Empire (la plupart des réformes doivent être passées et chaque membre doit avoir une opinion positive de vous). Les trois dernières missions vous procurent respectivement : +1 d'autorité pontificale (avec un équivalent si vous n'êtes pas Catholique), +0,1 d'autorité impériale et +0,5 d'Absolutisme par an. Cependant, vous perdrez ces bonus si vous n'êtes plus Empereur.

    Une paire de branche a été ajoutée pour une extension limitée en Allemagne et à l'Ouest. Une branche consiste à relier les possessions autrichiennes entre-elles (c'est à dire qu'il faut une connection entre Breisgau et le Tirol), à se venger des exploits d'un certain Guillaume Tell en Suisse, et à affaiblir la France (ce qui ne veut pas dire forcément la conquérir ; mais au moins avoir un plus gros revenu et une armée deux fois plus nombreuse, vous obtenez ainsi +10% de morale et +25% d'amélioration des relations pour 20 ans).
    La seconde branche débute par la conquête classique de Salzbourg et d'Ausbourg (en plus du Trentin désormais), avant de vous permettre de réaliser une vieille ambition de l'Autriche et d'intégrer la Bavière. Après quoi vous devez décider de la meilleure façon de traiter avec le Brandebourg : soit l'écraser soit en faire un solide allié. Quelle que soit la façon dont vous vous y prenez, vous obtenez un conseiller militaire prussien pour 25% du prix.

    Nous avons aussi ajouté une branche coloniale, commençant dans les Pays-Bas si vous les contrôlez. Cela vous procure quelques cibles et des bonus pour ceux qui veulent voir les Habsbourg coloniser le monde. Il contient aussi un clin d’œil à une confusion pluri-centenaire entre deux pays avec un nom très similaire (Austria/Australia). Il y a également une branche économique, qui commence par s'assurer que vous avez bien le soutien des ordres et nécessite que vous ayez développé vos provinces autrichiennes de diverses façons, il se conclut en faisant de Vienne une cité digne d'une valse en ayant au moins 50 de développement, 6 bâtiments, et en montrant votre intérêt pour la culture en ayant trois conseillers niveau 3.

    Enfin, la nouvelle branche diplomatique commence en exigeant que vous soyez une grande puissance, et en ayant une grande puissance en alliée et une en rivale. Cependant, les missions deviennent rapidement plus difficiles "Propager la dynastie Habsbourg" requiert qu'il y ait au moins 5 nations de votre dynastie, ou qu'elle soit présente sur les 5 continents. Vous devez ensuite faire basculer l'équilibre des puissances en votre faveur en ayant au moins 500 provinces européenne (sur les 800 existantes) sous votre contrôle, ou sous celui de vos sujets ou des membres du Saint-Empire (avec vous en tant qu'Empereur). Remplir ces conditions procurera +2 points de puissance diplomatique à votre dirigeant et à ses successeurs pour 30 ans. Après avoir écrasé la Révolution, vous devrez asseoir votre suprématie sur l'Europe : toutes les grandes puissances européennes devront soit être alliées à vous, soit avoir été vaincues au cours des 100 dernières années. Si vous y parvenez, vous serez vraiment dans une position hégémonique et recevrez un bonus de +5% d'efficacité administrative.

    ------

    En plus des missions, nous avons opéré un autre changement sur l'Autriche que nous pouvons vous dévoiler. Actuellement, l'héritier de l'Autriche est Ladislas Postumus. La Hongrie reçoit généralement le même Ladislas en héritier ; mais si les deux viennent à hériter de leur pays, ils continuent à être traités comme deux dirigeants différents et leur pays ne forment pas d'union. Pire encore, les deux Ladislas ont des statistiques différentes. Tout ceci a désormais changé. Tout d'abord, ils ont désormais les mêmes statistiques. Ensuite, si l'un d'entre eux vient à mourir avant de devenir Roi, l'autre meurt également afin que plus personne ne se demande si les accidents de chasse ne traversent pas les frontières. Enfin, si Ladislas survit et devient Archiduc ainsi que Roi, l'Autriche devient le partenaire majeur d'une union avec la Hongrie.


    Autre changement, la Hongrie et la Croatie fusionnent lors de la création de l'union personnelle. Compte-tenu de la situation particulière de la Croatie, nous estimions qu'il valait mieux qu'elle soit traitée comme faisant partie de la Hongrie si cette dernière venait à tomber sous le coup d'une union

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Re-bonjour, ici Ofaloaf, il est temps de parler des missions serbes.



    Le Despotat Serbe était dans un état précaire au milieu du XVème siècle. Il était le descendant de l'Empire Serbe du siècle précédent, qui connu une ascendance et une décadence fulgurante, le temps de deux générations. A son apogée il contrôlait la plupart de l'Albanie, du Monténégro et du Nord de la Grèce. Il se disloqua en plusieurs principautés rivales à la fin du XIVème siècle, qui furent soit conquises par les Ottomans, soit tombèrent sous le coup d'une principauté serbe du Nord, souvent appelée Serbie moravienne. Le Despotat Serbe de 1444 est le fruit des efforts de la Serbie moravienne et de sa tentative de consolidation et de reconstruction de l'ancien empire serbe. Historiquement cependant cette tentative se solda par un échec et le Despotat fut intégralement conquis par les Ottomans en 1459.

    Donc ! La Serbie a un héritage récent qui fait office de maillage pour plusieurs de ses premières missions. L'extension serbe se focalise d'abord sur l'ancien Empire Serbe, incitant le pays à reconquérir les provinces d'Albanie, de Macédoine et du Nord de la Grèce. Si vous y parvenez (et ce n'est pas chose aisée, vaincre les Ottomans n'est pas une mince affaire), la Serbie peut se tourner vers deux directions : l'Est, vers Constantinople et le Nord, vers l'Autriche. En chemin la Serbie devra trouver une façon de gérer toutes les minorités qui occupent les Balkans (notamment les Bosniens, un nouvel ajout reflétant la culture bosnienne médiévale) et utiliser leur foi pour consolider leur mainmise sur ces nouveaux territoires.

    Si la Serbie veut jouer un jeu diplomatique, il y a quelques opportunités de gains sans effusion de sang. La Hongrie et la Serbie avait des liens très forts au XIVème siècle. Le Despote Stefan accepta de devenir un vassal de la Hongrie et en échange reçut la province de Belgrade (aujourd'hui capitale de la Serbie). Belgrade revint à la Hongrie à la mort de Stefan ; mais si la Serbie venait à vouloir renouer des relations avec la Hongrie (sans pour autant redevenir un vassal), le souverain hongrois pourrait être enclin à renouer l'accord passé avec Stefan et restituer Belgrade à la Serbie. Si la voie diplomatique n'est pas choisie, la force des armes demeure bien sûr une option valide.

    Les missions serbes se focalisent sur la survie et la reconquête des territoires perdus. Si elle peut faire face à la crise initiale et remporter quelques gains, elle possède de nombreuses opportunités de conquêtes qui lui permettront peut-être de retrouver sa place au sein des vrais empires.

    -----------------------------------------------------------------------------------------------------------

    C'est encore moi, neondt.

    Nous avons, sur la carte, plusieurs petites nations catholiques en Grèce que j'appelle les Etats Croisés. Ce sont les Hospitaliers de Rhodes, Chypre, l'Epire, Athens et Naxos. Les Etats Croisés ont une des positions les plus difficiles du jeu, étant à la merci des Ottomans ou des Républiques italiennes de Gênes et de Venise. J'ai décidé d'ajouter un peu de saveur à ces nations par le biais d'un arbre de mission :


    Bien que certaines de ces missions soient formidables, nous préférons rester dans le champ du possible. Il n'y a rien de surnaturel dans EU IV, à l'exception des accidents de chasse qui tuent systématiquement vos héritiers 6/6/6. Les missions des Etats Croisés sont aussi disponibles si vous formez Jérusalem

    La première chose dont tout aspirant croisé a besoin est une flotte, le voyage en Terre Sainte par voie terrestre étant bien trop périlleux. 25% d'habilité au combat pour les galères pourrait vous donner l'avantage pour prendre d'assaut les côtes de Syrie. Une fois sur la terre ferme, vous devrez décider entre vous diriger directement vers Jérusalem, ou s'il n'est pas plus sage d'établir une base d'opérations à Antioche. Une croisade réussie pour Antioche vous permettra de rendre à l'Ordre des Hospitaliers toute sa gloire, leur accordant la cité et faisant d'eux votre vassal. Si vous jouez déjà les Hospitaliers, vous gagnerez 10% de moral terrestre et 10% d'effectifs militaires. Bien sûr, vous pouvez tout aussi bien garder la cité pour vous et recevoir du Prestige, de la tradition militaire et de l'influence pontificale. Cependant, le but ultime de tout croisé reste Jérusalem. Voici un moment opportun pour révéler que nous avons une nouvelle forme de gouvernement pour les joueurs formant Jérusalem.


    Les infobulles sont encore en travaux, et ne parlent pas du Casus Belli religieux

    La réforme Etat Croisé est exclusive à une Jérusalem catholique et accorde les Casus Belli Croisade et Lutte contre l'hérésie, en plus de donner un bonus de recouvrement des effectifs militaires. Elle est accessible aux monarchies et aux théocraties. Vous pouvez aussi créer une nation personnalisée avec cette réforme, bien qu'il faille payer 50 points.

    Poursuivre votre croisade pour récupérer toute la Terre Sainte vous aidera dans votre mission de conversion. Vous serez aussi chargé d'attaquer de nouvelles cibles : l'Egypte, terre de Moïse, avec pour but l'établissement d'un Archevêché à Alexandrie. En Egypte vous entendrez parler de rumeurs concernant une relique perdue se trouvant au fin-fond de l'Abyssinie...


    Quelles révélations attendent celui qui osera ouvrir l'Arche ?

    La Terre Sainte n'est pas le seul objectif des Etats Croisés, la Grèce aussi doit être libérée des païens, et vous devez convaincre le Pape de lancer une nouvelle croisade contre les Turcs. Avec un pied en Grèce, vous devrez restaurer l'Empire Latin de Constantinople. Cet empire était le fruit de la 4ème croisade, durant laquelle les armées croisées décidèrent de mettre à sac Constantinople et de déposer le souverain byzantin plutôt que de partir combattre en Terre Sainte comme ils étaient censés le faire. Nous avons choisi de ne pas ajouter une nouvelle nation formable pour l'Empire Latin ; mais vous êtes néanmoins chargé d'endosser sa cape.

    Il y a un autre grand danger pour la Chrétienté : celui des pirates barbaresques opérant depuis les côtes d'Afrique du Nord. La Grèce n'est pas la meilleure base d'opérations pour une croisade contre les pirates, vous devez donc négocier avec les dirigeants de Malte afin de recevoir l'île. Malte doit être équipée afin de pouvoir faire face aux pirates : la construction de fortifications vous accordera un bonus de 50% de défense.
    Une fois Malte prête, il sera temps de lutter contre les pirates. Une base en Afrique devra être établie, le long des côtes tunisiennes ou libyennes, et de là vous pourrez lancer une grande croisade contre la piraterie, dominant les côtes nord africaines et sécurisant la mer pour les voyageurs chrétiens. Vous serez récompensé par un bonus permanent de moral naval et de puissance de feu pour vos navires légers.
    La mer n'offre pas d'opportunité qu'aux pirates. C'est l'âge des découvertes, et il y aura certainement besoin de Chevaliers du Nouveau Monde. Colonisez une province en Amérique et soyez prêt pour un voyage périlleux à la recherche de la légendaire Fontaine de jouvence, accompagné d'un conquistador écossais. Quelles merveilles trouverez-vous lors de votre quête ? Je ne saurais dire ; mais si la Fontaine existe elle ne doit pas tomber entre de mauvaises mains.

    Et c'est tout pour aujourd'hui. Nous entrons maintenant dans la période estivale chez Paradox, mais cela ne signifie pas la fin des carnets de développement. Je resterai présent cette été (pour compenser mes vacances hivernales prolongées) et pendant ce temps j'écrirai de petits carnets se focalisant sur une seule nation. Notre premier candidat sera vraisemblablement Naples. Après l'été en revanche nous commencerons à dévoiler nos grosses refontes sur certaines mécaniques, ainsi que les fonctionnalités à venir dans notre mise à jour européenne.

    Commentaire


    • Merci pour la trad !!

      Commentaire


      • Carnet d'aujourd'hui :
        https://forum.paradoxplaza.com/forum...-2019.1196578/

        Commentaire


        • Trad Vendredi.

          Je vais pouvoir renommer le topic moi !

          Commentaire


          • Oui en effet, ce sera pour 2020 finalement.

            Commentaire



            • Europa Universalis IV - Carnet de développement du 2 Juillet 2019



              Bonjour et bienvenue dans ce carnet de développement d'Europa Universalis IV. Au cours des huit derniers carnets, notre équipe de création de contenu (neondt, Caligula Caesar et Ofaloaf) vous ont dévoilé une pléthore de contenu qui accompagnera la prochaine mise à jour européenne et son extension. Il y a déjà eu beaucoup de contenu (et on m'a dit qu'il y en a encore beaucoup à venir) ; mais aujourd'hui je suis ici pour vous tenir informé de nos projets concernant ladite extension. Je vous taquinerai également avec quelques mécaniques à venir.

              Comme nous l'avons dit en début d'année, nous voulons prendre notre temps avec cette mise à jour européenne. Nous avions précédemment annoncé que notre objectif était de la sortir pour la fin de l'année ; mais ce sera finalement pour l'année 2020, pour diverses raisons (une d'entre elles étant que nous avons de grandes ambitions concernant cette mise à jour et que nous voulons lui accorder le temps de développement qu'elle mérite).

              Une nouvelle qui ne plaira pas à tout le monde, j'en suis persuadé. J'ai déjà pu voir des commentaires encourageant à une sortie la plus précoce possible, de la part de gens excités par le nouveau contenu, alors que nous n'avons pas même évoqué les nouvelles mécaniques. Bien que la sortie soit donc lointaine, nous pensons que c'est la meilleure façon de délivrer une qualité à la hauteur d'EU IV.

              Pendant ce temps, et puisqu'il s'agit d'une période anormalement longue entre deux sorties, nous publierons une mise à jour gratuite au sortir de l'été. Cette mise à jour apportera le support du 64 bits ainsi que des correctifs ; mais ne contiendra rien du contenu que nous avons dévoilé jusqu'à présent. Nous aurons plus de détails à vous procurer à ce sujet, une fois que la période estivale de Juillet sera terminée.

              Ah oui, le mois de Juillet, le mois tant redouté durant lequel toute la Suède ferme, notamment les studios de développement. Les développeurs entrent déjà dans un mode "vacances" donc vous n'aurez pas vraiment de nouvelles de notre part. Je crois savoir cependant que neondt a annoncé qu'il pourrait rédiger de courts carnets axé sur du contenu, puisqu'il défie les standards suédois.

              Alors, qu'en sera-t-il après le mois de Juillet ? Et bien, comme vous le savez déjà, nous nous sommes beaucoup focalisés sur le contenu ; mais pas vraiment sur les nouvelles mécaniques. Les carnets commenceront à s'y intéresser après les vacances d'été, et il y a beaucoup de choses à dire. Dans de précédents carnets, nous parlions de notre souhait de revoir les systèmes des mercenaires et des ordres, ainsi que de notre volonté de faire du Catholicisme et de la Papauté des forces avec lesquels il faut compter. Nous commencerons à aborder ces sujets plus en profondeur et parlerons de ce que nous avons fait pour faire des ces aspirations une réalité.

              Bien entendu, je ne compte pas vous abandonner avec de simples mots, voici donc trois captures d'écran totalement hors contexte, issues de la version du jeu en cours de développement, afin d'alimenter toutes vos spéculations.







              Bon été à tous. Les carnets réguliers seront de retour le 6 Août.

              Commentaire


              • Il semblerait donc qu'il y ai une refonte des ordres. Curieux de voir ce qu'ils vont faire. Curieux aussi de savoir ce que contiendra ce patch gratuit

                Commentaire


                • Ils l'ont dit pour le patch gratuit : des bugfixes et le support du 64 bits.

                  Commentaire


                  • La bonne nouvelle, c'est que je vais pouvoir me relancer une petite partie pépouze pendant mes congés d'automne sans crainte d'être interrompu par la sortie du patch

                    Commentaire


                    • Pendant ce temps, et puisqu'il s'agit d'une période anormalement longue entre deux sorties, nous publierons une mise à jour gratuite au sortir de l'été. Cette mise à jour apportera le support du 64 bits ainsi que des correctifs ; mais ne contiendra rien du contenu que nous avons dévoilé jusqu'à présent. Nous aurons plus de détails à vous procurer à ce sujet, une fois que la période estivale de Juillet sera terminée.

                      Rien du contenu déjà présenté mais ils n'ont pas dit si ils allaient rajoutés d'autres choses tenues secrètes
                      Quand ils ont sortit le patch gratuit sur la Pologne ça avait surpris tout le monde

                      Commentaire


                      • Envoyé par Sasayanel Voir le message
                        Il semblerait donc qu'il y ai une refonte des ordres.
                        Heureusement qu'ils veulent retravaillé ça. As tu déjà essayé de jouer en Inde avec certain pays où tu peux cumuler 5 ordres tous plus ou moins utile avec des bonus et des malus dans tous les sens? C'est juste un bordel.

                        Envoyé par Sasayanel Voir le message
                        Rien du contenu déjà présenté
                        Mais pas non plus du nouveau (mm si ça serait cool)

                        Commentaire


                        • Très sympa ce petit carnet napolitain!
                          https://forum.paradoxplaza.com/forum...-2019.1199693/

                          Des événements intéressants, un arbre de mission très approprié lui aussi. En plus de ça ils ont fini par céder et ont ajouté Pérouse (probablement vassal du Pape). La province de Venise a quant à elle été redessinée et ne ressemble plus à un carré disgracieux, la forme du golfe aussi on dirait.

                          Commentaire


                          • Je rêve où j'ai aussi l'impression que les bateaux sont plus petit ? Ils ont aussi fait un changement minime en Macédoine.
                            Pas mal comme petit carnet en effet.
                            Sinon je suis d'accord avec toi Vilcoyote. L'Inde est un bordel au niveau des ordres. En plus de cela je trouve qu'il est quasiment impossible de voir un ordre se révolter. S'ils sont trop puissant ? Hop tu leur retire un territoire, ils gueulent mais tu les ignore où tu augmentes l'autonomie et c'est réglé.

                            Commentaire



                            • Europa Universalis IV - Carnet de développement du 9 Juillet 2019



                              Bonjour à tous ! C'est le début de l'été en Suède et la plupart des membres de l'équipe ont quitté leur poste pour un repos bien mérité. Puisque je suis toujours là en revanche, j'ai décidé de continuer à publier des carnets de développement chaque semaine, chacun sur une nation en particulier. Alors pour commencer : Naples.

                              Naples, comme il en a toujours été, commence en tant que partenaire mineur d'une union personnelle avec l'Aragon, le roi Alfonso V régnant sur les deux pays. C'est quelque chose de relativement récent : Alfonso est le premier souverain napolitain de la dynastie des Trastamara, s'étant emparé en 1442 du trône qu'occupait le Bon Roi René, qui en 1444 ne possède plus que la Provence, l'Anjou et la Lorraine.

                              Les 60 premières années de la période occupée par EU IV furent très compliquées pour le Sud de la péninsule italienne. Alfonso divisa son héritage, rendant à Naples son indépendance à sa mort, sous le règne de Ferdinand Ier. Le trône sera alors revendiqué et par la France et par l'Espagne, l'invasion française étant une des campagnes les plus destructrices des Guerres d'Italie. Finalement, le trône retournera dans les mains des Trastamara (et plus tard des Habsbourg), dans une union avec la couronne d'Espagne.

                              Dans EU IV nous souhaiterions encourager cette compétition autour du trône napolitain. A la mort du roi Alfonse, l'Aragon doit choisir entre diviser l'héritage comme prévu, ou pas. Refuser coûtera de la légitimité et augmentera fortement le désir d'indépendance de Naples, qui se sentira floué. L'IA est fortement encline à respecter la volonté de son défunt roi et à céder Naples à son fils illégitime.
                              Cette héritage cependant, était tributaire d'une autorisation spéciale accordée par le Pape, et un royaume de Naples nouvellement indépendant devra payer son tribut sous la forme de pièces sonnantes et trébuchantes, ainsi qu'en légitimité, au trône de Saint-Pierre.
                              Plus tard, et la France et l'Aragon/Espagne recevront un casus belli de restauration d'une union personnelle contre Naples. Avec de tels ennemis, le royaume de Naples aura du mal à conserver sa souveraineté, et au final c'est le destin de l'Italie toute entière qui sera en jeu.
                              Il y a plus à dire au sujet des Guerres d'Italie ; mais malheureusement tout ceci est très lié à notre refonte encore non dévoilée du système de mercenaires, nous y reviendront donc ultérieurement.


                              Vous remarquez quelque chose de nouveau ?

                              Il y a un autre événement très important dans l'histoire napolitaine dont nous aimerions vous parler aujourd'hui : l'éphémère République Napolitaine. Pour se faire je passe la main à Caligula Caesar.

                              --------------------

                              Au début de l'Age de l'Absolutisme, Naples est susceptible d'être sujette à une chaîne d'événements conduisant potentiellement à l'instauration d'une république. Il y a déjà un événement pour la révolte de Masaniello dans le jeu ; mais ses conditions sont très restrictives et son impact est limité. Cette événement a été retravaillé en deux versions de la même chaîne d'événements : une version si Naples est indépendante, et une si elle est sous une union personnelle.
                              Dans la première version, la paysannerie, menée par Masaniello, se révolte et est suivie quelques mois plus tard par une révolte de plus grande ampleur dirigée par Gennaro Annese, qui cherche à instaurer une république. Vous pouvez aussi choisir le camp des rebelles, auquel cas Naples deviendra une république avec la réforme Signoria ; mais toutes les monarchies environnantes recevront un casus belli pour restaurer votre gouvernement (comme pour Milan et la République Ambrosienne). Cela arrivera également si les rebelles l'emportent.


                              La lutte pour la liberté sera longue et coûteuse

                              La version dans laquelle Naples est sous union personnelle est plus complexe, puisqu'offrir à Naples la possibilité de devenir une république serait trop facile et permettrait de rompre l'union. Cependant, les rebelles pourront toujours instaurer une république s'ils renversent Naples, le joueur peut alors espérer qu'il en soit ainsi avant que le suzerain puisse envoyer des troupes pour écraser les insurgés. Dans cette version, une rival chrétien du suzerain (de préférence la France ou la Castille) pourra apporter son soutien aux rebelles, en envoyant un officier et une armée de "volontaires" pour les assister.

                              --------------------

                              Nous avons bien entendu créer un nouvel arbre de mission accessible et à Naples et au nouveau Royaume des Deux-Siciles.


                              Comme pour tous les arbres italiens, nous l'avons laissé relativement petit et focalisé. La formation de l'Italie permettra d'accéder à un arbre plus large

                              La branche principale consiste à faire de Naples un état indépendant disposant d'une armée capable de défendre cette indépendance. Cela procurera un gain non négligeable en légitimité, celle de Ferdinand étant loin d'être universellement reconnue. Etablir de bonnes relations avec la Papauté et faire de Naples un bastion du Catholicisme doit aussi être une priorité pour un royaume émergent, le Pape pouvant très bien reprendre ce qu'il a accordé. Pour cela vous serez récompensé par de l'influence pontificale et un bonus permanent de votre tolérance à la vraie foi.
                              Naples doit aussi chercher à s'étendre en Italie. Le petit et méconnu Etat des Présides était un territoire en Toscane contrôlé officiellement par Naples, et procure un bon casus belli pour la soumission de la Toscane. L'objectif en Italie est de remporter les Guerres d'Italie en contrôlant (ou en ayant un sujet contrôlant) au moins 25 provinces en Italie ; cela augmentera la discipline de vos mercenaires jusqu'à la fin du jeu.
                              Naples dispose aussi de cores en Sicile et à Malte ; la réunification des Deux-Siciles serait en effet quelque chose de prestigieux, et permet de former les Deux-Siciles en tant que nation.
                              Avec la Sicile en votre possession, il est temps de poursuivre les revendications napolitaines en Epire et à Athènes, conduisant à une campagne contre les Ottomans en Grèce. Partant de là, il semble logique de conquérir Jérusalem et d'en devenir le roi. Naples, et toute autre nation s'emparant de Jérusalem dans le cadre d'une mission, sera en mesure de faire appel aux Templiers dans ses guerres.

                              En plus d'une armée compétente, Naples doit aussi avoir une marine importante. Avec sa flotte, Naples peut sécuriser la Méditerranée via la conquête des Baléares, de la Sardaigne et de la Corse. Partant de là deux choix s'offrent à elle : vaincre les Barbaresques qui menacent les navires chrétiens, et renverser la vapeur en faisant de l'Aragon le partenaire mineur d'une union personnelle. Les récompenses pour ces missions sont respectivement : +15% de puissance commerciale des navires et -15% de désir d'indépendance des sujets lié à leur développement.

                              La dernière branche concerne le développement interne du pays. En tant que bon prince italien, vous devez faire de Naples une vraie cité de la Renaissance, avec un développement de 30. Vous devez aussi vous occuper des nobles et établir un gouvernement stable en prenant partie lors de la lutte pour l'instauration d'une république.

                              C'est tout pour aujourd'hui. Je n'ai pas encore décidé de quelle nation je parlerai la semaine prochaine. Je vous laisse avec une dernière image sans aucun contexte.



                              Commentaire


                              • DD du 16: https://forum.paradoxplaza.com/forum...-2019.1204225/

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X