Ceci est une discussion importante.
X
X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Découvrez les jeux du studio Paradox !





    Fondé en 1995 et aujourd'hui très proche de son éditeur Paradox Interactive, Paradox Development Studio est spécialisé dans la création de jeux de Grande Stratégie (voir ici pour plus d'informations sur le genre) et s'est fait connaître grâce à ses grandes séries « phares » que sont Europa Universalis, Hearts of Iron, Crusader Kings et Victoria.
    Pionnier du genre, Paradox, qui regroupe aujourd'hui 32 personnes, a longtemps bénéficié d'une notoriété modeste, développant des jeux de niche complexes, souvent difficiles à prendre en main, mais qui ont su conquérir une communauté fidèle, dont le studio est particulièrement proche et à l'écoute. Les productions de ce studio sont également réputées pour leurs fortes possibilités de modding, qui amènent aujourd'hui à des créations de grande qualité par la communauté.
    L'arrivée de Crusader Kings II en février 2012 a marqué un tournant majeur pour Paradox. Ce titre, d'une qualité remarquable à sa sortie (et qui fait toujours l'objet d'un suivi régulier aujourd'hui), a préservé la complexité qui fait le charme des « jeux Paradox » comme on les appelle, tout en étant plus accessible.
    Lorsqu'on regarde aujourd'hui le travail effectué sur Europa Universalis IV, Paradox semble vouloir continuer sur sa lancée, à savoir proposer des jeux de Grande Stratégie complexes mais moins compliqués.

    Cet article permettra aux néophytes du genre et à ceux qui découvrent les productions de Paradox Development Studio de se repérer parmi les différentes séries et leurs « coeurs » respectifs, tous bien différents. Nous espérons que nous parviendrons à vous aider à trouver votre bonheur.

    Les jeux Paradox Studio ont l'avantage de proposer un haut de niveau de réalisme et une approche globale de la Grande Stratégie.
    Comprenez que vous allez diriger un pays pendant une longue période historique, en gérant un maximum d'aspects.

    Comment savoir si un jeu Paradox est fait pour moi ?

    Si vous faites preuve de curiosité, aimez l'Histoire, les défis et avoir une grande liberté d'action, alors nous pouvons dire sans trop d'appréhension qu'il y a des chances pour que vous accrochiez.

    Il est à noter que des démos existent pour la plupart des jeux, et que des récits de partie mais aussi de nombreuses vidéos fleurissent un peu partout sur la toile, ce qui vous laisse la possibilité de découvrir ces petites perles sans dépenser un sou !
    Beaucoup d'entre nous sont tombés dedans ainsi ; et lire les vicissitudes d'un quidam qui a réussi à unifier un nouvel Empire Romain dans Europa Universalis, ou renverser le cours de la Seconde Guerre mondiale avec les Etats Unis communistes dans Hearts of Iron est réellement passionnant et amusant.

    Ça m'excite... Mais par quel jeu commencer ? Ça a l'air compliqué...

    Il y a un jeu Paradox pour tout le monde, parce qu'on a tous des affinités avec certaines périodes historiques, que le "coeur" et les mécanismes varient d'un jeu à l'autre, ou plus simplement parce que certains sont plus faciles à prendre en main que d'autres.

    Notre objectif avec ce dossier, est de vous aiguiller en vous présentant de manière brève le principe ainsi que les avantages ou inconvénients des grandes séries du studio. Nous en profitons pour vous rappeler qu'une description détaillée de chaque série est disponible dans les sous-forums concernés.



    CRUSADER KINGS



    Cette franchise est focalisée sur la gestion d'une dynastie, et plus précisément sur un personnage que vous incarnez, c'est pourquoi certains le considèrent comme un hybride « jeu de rôle - Grande Stratégie ».
    Dans Crusader Kings, le joueur joue donc un noble de son choix, que ce soit un modeste comte ouun l'empereur, entre 1066 (selon le contenu additionnel que vous vous procurez, il est possible de commencer à une date antérieure) et 1453 : en pleine féodalité.
    Le principe du jeu est d'accumuler un score le plus élevé possible pour votre dynastie, mais très honnêtement, beaucoup de joueurs s'en fichent. Pourquoi ? Parce que dans tous les jeux Paradox, le but du jeu est celui que vous vous fixez. Plus clairement, à de rares exceptions près, tous les jeux produits par ce studio sont des jeux "bac-à-sable".

    Typiquement, votre but sera le plus souvent de devenir empereur du monde et de repeindre la carte à vos couleurs.

    Pour ce faire, vous pourrez mener des guerres bien sûr, mais aussi conclure de fructueux mariages, ou encore comploter contre les individus gênants... C'est un genre de Game of Thrones (dont il existe d'ailleurs un mod très abouti sur ce jeu...).
    Chaque personnage dans le jeu possède ses compétences, mais aussi et surtout ses traits de personnalité et parfois certains traits physiques particuliers (bossu, nain, balafré, etc) qui bien souvent influenceront ses relations avec les autres personnages du jeu. Par exemple, les vassaux ambitieux ne s'entendent pas avec leur suzerain, les travailleurs et les paresseux ne s'apprécient pas, de même que les avares et les personnages charitables, ou que les honnêtes gens et les fourbes...la liste est longue !
    On notera également que la plupart des personnages auront des ambitions, plus ou moins clairement affichées, et pourront tenter de les accomplir par des moyens pacifiques...ou non. Enfin, chaque action que vous entreprendrez, chaque décision que vous prendrez aura une incidence sur le monde qui vous entoure, sans compter quelques évènements aléatoires qui viendront pimenter davantage votre partie. Bref, ajoutez tout ceci au fait que chaque personnage est intégré à un arbre hiérarchique (ce qui implique qu'il est sous l'autorité d'un suzerain et/ou qu'il est lui-même suzerain d'autres personnages) et vous obtenez un monde où les royaumes se morcèlent sous les coups des révoltes indépendantistes et de factions internes. Ce dernier point est d'ailleurs à souligner, car on notera qu'il est relativement difficile de maintenir son duché/royaume/empire uni, et que bien souvent vous serez absorbé par les problématiques internes plutôt que par vos ambitions sur le territoire de votre voisin. C'est un point qui plaît à certain et qui déplaît à d'autres.

    Au final, c'est ce côté très orienté "jeu de rôle", ce monde d'intrigues politiques et de rivalités permanentes entre les personnages qui fait le coeur de cette série Crusader Kings. Le dernier né, Crusader Kings II, est de surcroît extrêmement abouti et très agréable à jouer, de par une interface plus accessible, des graphismes grandement améliorés et des tutoriels plutôt bien ficelés qui vous aideront à prendre en main le jeu (mais gardez à l'esprit que la meilleure façon d'apprendre est de jouer, car ces tutoriels ne sont pas exhaustifs).

    Notre article détaillé sur la série Crusader Kings

    En résumé : Cette série plaira à ceux qui veulent voir se mêler stratégie et rôle-play. On peut être un peu dérouté au départ par la complexité de certains aspects comme les lois de successions, mais beaucoup de joueurs considèrent Crusader Kings II comme étant le plus facile à prendre en main. La guerre est présente mais on garde un aspect gestion assez important et plutôt complexe (relations entre personnages notamment). En revanche, si vous souhaitez garder un empire uni et que vous n'avez en tête que la conquête de nouveaux territoires, redirigez-vous vers la série Europa Universalis.



    EUROPA UNIVERSALIS



    Europa Universalis est la franchise reine de Paradox. Fini le pouvoir morcelé parmi les nobles de Crusader Kings II. L'émergence des états nations et la colonisation sont désormais au programme. Ici donc, nous sortons totalement de l'aspect rôle-play puisque nous incarnons directement un pays qu'il faut gérer au quotidien. C'est somme toute un concept plus "classique" du jeu de stratégie.
    Europa Universalis vous plonge dans une période s'étendant du XVème au début du XIXème siècle : vous pouvez choisir n'importe quel pays du monde : autrement dit, vous pouvez jouer la France, l'Empire Inca ou la Chine des Ming. Bien entendu, certaines nations seront plus difficiles à jouer que d'autres. Jusqu'à maintenant, les nations européennes étaient les plus prisées puisque c'est avec elles que les possibilités étaient les plus grandes. Avec Europa Universalis IV toutefois, on constate que les développeurs souhaitent étendre les possibilités de gameplay en travaillant sur des mécanismes de jeu propres à certaines civilisations ou régions du monde.

    Là encore, nous sommes sur un jeu bac-à-sable : vous faites ce que vous voulez avec votre pays et en gérez tous les aspects : - économie : maintenance des troupes, maintenance des flottes, maintenance coloniale, impôts de guerre
    - diplomatie : alliances, mariages royaux, vassalités, droits de passage ou de mouillage, embargos commerciaux, opérations secrètes (soutien de rébellions, infiltration...), prêts, vente de terres, etc
    - religion : influence auprès du Pape, conversion de population, tolérance aux autres religions...
    - commerce : noeuds commerciaux, contrôle des ressources et des routes commerciales sur terre et sur mer
    - infrastructures, via la construction de bâtiments apportant divers avantages
    - ordre public, avec les risques de révoltes à gérer, les demandes de la population à prendre en compte
    - technologie (militaire, économique, diplomatique) et doctrines définissant les grandes orientations de votre pays : serez-vous une nation riche mettant un point d'honneur à contrôler tous les flux commerciaux et améliorant l'efficacité de votre administration, serez-vous une nation exploratrice et colonisatrice, serez-vous le porteur de la vraie foie à travers le monde, serez-vous la nation la plus militariste, écrasant ses voisins grâce à des troupes bien équipées, entraînées et à la discipline de fer ?

    Pour chacune de ces facettes, le jeu met à votre disposition des outils permettant de les gérer. Nous n'entrerons pas davantage dans les détails, car cela prendrait des heures !
    Bref, Europa Universalis est la série qui vous offre le plus d'options : vous avez la possibilité de toucher à tout. Bien entendu, on retrouve les aspects aléatoires tels que les événements qui viendront soit vous donner un coup de pouce, soit contrecarrer ou retarder vos plans...

    Découvrez notre test d'Europa Universalis IV
    Découvrez notre présentation des mécanismes du jeu en vidéo (partie 1 et partie 2)
    Notre article détaillé sur la série Europa Universalis

    En résumé : Europa Universalis est la série la plus polyvalente : vous touchez à tout : guerre, commerce, diplomatie, colonisation...idéale selon moi pour découvrir les jeux Paradox. Europa Universalis IV a rencontré un succès énorme auprès de la communauté. Même s'il n'est pas très facile à prendre en main pour qui découvre totalement le genre, la toile regorge de vidéos et de tutoriels qui vous familiariseront avec ses mécanismes.



    VICTORIA


    Victoria dépeint finement la révolution industrielle (1836-1936). De prime abord, la période couverte peut paraître moins attirante mais détrompez-vous : Victoria sait tirer son épingle du jeu grâce à des mécanismes bien particuliers !

    Victoria est un jeu qui met fortement l'accent sur l'économie, la politique(beaucoup de gestion interne donc) et la diplomatie. A l'instar d'Europa Universalis, cette série vous permet également de d'incarner l'un des pays du monde, mais il met en retrait la guerre et la stratégie militaire (qui restent présentes, rassurez-vous) au profit d'un aspect "gestion" plus poussée.
    Ainsi, tout repose sur votre population, et le principe du jeu est simple : tout passe par elle. La moindre action que vous voudrez entreprendre ne sera possible qu'à condition que votre population vous le permette. Cette dernière est répartie en trois classes sociales (les classes défavorisées, les classes moyennes et les riches que sont notamment les aristocrates et les capitalistes), elles-mêmes subdivisées en professions : ouvriers, fermiers, artisans, clergé, bureaucrates, soldats, officiers. Toutes sont nécessaires au fonctionnement de votre pays : les ouvriers font tourner vos usines, les fermiers exploitent la terre, les bureaucrates améliorent le fonctionnement de votre administration (impôts, gestion de la criminalité), les capitalistes investissent en construisant des usines, les soldats fournissent les régiments nécessaires à vos opérations militaires, etc.
    Pour encourager votre population à adopter telle ou telle profession, il faut jouer le plus souvent avec le budget :augmenter le budget de l'éducation pour augmenter les salaires du clergé, celui de l'armée pour enrôler plus de soldats, en fonction de vos besoin et de votre stratégie.
    Au final, la gestion interne de votre pays va monopoliser une grande partie de votre temps !

    Mais il ne faut pas oublier que vous faites partie d'un monde et que vous avez des voisins qui vont vouloir interagir avec vous. La diplomatie sera donc de mise. On retrouvera donc les classiques comme les propositions d'alliance, les prêts ou les accès militaires, mais au delà de ça, les gros chercheront à influencer les petits (s'ils ne choisissent pas de les dévorer...). Victoria simule le jeu d'influence des grandes puissances sur les autres pays, qui leur permet entre autres de contrôler une partie de leur marché : utile si on a besoin de ressources particulières pour faire tourner son usine d'armement, surtout si on veut faire la guerre à court terme ! Ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres bien entendu.
    Enfin, les crises diplomatiques seront générées par les contestations de territoires entre deux pays. Si les grandes puissances s'en mêlent, car elles le peuvent (et dans leur propre intérêt bien entendu), il faudra faire appel à votre raison : serez-vous un négociateur prudent ou plongerez-vous le monde dans une guerre mondiale ? Cela vaut si vous avez le choix, parce que ce ne sera pas toujours le cas.

    La technologie est bien sûr de mise. Vous ne pourrez pas tout rechercher donc là encore, il faut faire des choix : allez-vous investir sur l'armée, sur la colonisation, sur la marine, l'économie ?
    Une économie forte est un véritable atout, mais si vous opposez vos magnifiques navires à voile aux cuirassés dernier cri de votre adversaire...bon l'exemple est un peu fort, c'est vrai .

    Bref, Victoria est assez complexe à maîtriser car son développement date d'une époque où Paradox n'avait pas pour priorité (ni les moyens techniques probablement) de rendre leurs jeux plus accessibles. Les principales difficultés se situent dans la gestion de l'économie, mais quelques astuces à savoir suffisent pour réaliser de belles performances.
    Enfin, il propose une gestion de votre peuple aux petits oignons, où vous allez devoir concilier la montée d'idéologies nouvelles et l'assimilation de vos populations colonisées ou immigrées.

    Notre article détaille sur la série Victoria

    En résumé : Victoria offre un aspect gestion plus poussé (économique et politique notamment) au profit d'une stratégie purement militaire plus en retrait (mais présente) que sur les autres jeux Paradox. Si en revanche les tableaux et les graphiques vous horripilent, ou que vous voulez des combats en permanence, passez votre chemin...


    HEARTS OF IRON





    Voici finalement la série de Paradox qui se détache le plus des autres par ses mécanismes. Hearts of Iron se rapproche davantage du wargame, puisque c'est bien la guerre qui va être le coeur même de la série, et pour cause : la Seconde Guerre mondiale est à l'honneur.
    Le but est simple : vous prenez le contrôle d'un pays du monde à partir de 1936, le préparez à la guerre et tentez de tirer votre épingle du jeu dans ce conflit sanglant. Vous avez jusqu'à 1948 pour en finir avec vos adversaires, soit au final 12 ans de jeu in-game. Cela peut paraître court, surtout par rapport aux 400 ans d'Europa Universalis mais il est une première particularité de Hearts of Iron qu'il conviendra de noter : alors que l'unité de temps dans les autres jeux Paradox est le jour, dans Hearts of Iron, la partie évolue heure par heure. Aussi une campagne peut être très longue !
    Dans Hearts of Iron, vous gérez à peu près tous les aspects de votre pays : diplomatie, technologie, production pour les plus classiques, mais on aura également l'espionnage et la politique.
    La diplomatie consiste pour les Alliés (France, Angleterre), l'Axe (Allemagne) et le Kommintern (URSS) à rallier autant de pays que possible sous leur bannière par un système d'influence, mais bien entendu, on retrouve des options plus classiques que l'on trouve dans tout jeu de stratégie qui se respecte.
    Quand on parle de production, on parle bien sûr de la production d'unités qui complèteront vos troupes sur la carte et serviront vos plans militaires. Les unités sont nombreuses : infanterie, blindés, artillerie, avions, navires, et pour les produire, vous avez besoin de ressources, achetées aux autres pays ou trouvables à l'état naturel sur la carte, qui permettront à vos usines d'armement de tourner. Plus vous aurez de ressources, plus vous pourrez avoir d'usines et plus vous pourrez produire.
    L'espionnage vous permet de mener un tas d'actions internes comme externes à votre pays : contre-espionnage, propagande en faveur du parti au pouvoir pour éviter la division du peuple, mais aussi espionnage technologique (voler les plans du moteur d'avion dernier cri à l'Angleterre ce serait plutôt bien non ?), espionnage industriel vous permettant de savoir ce que l'ennemi produit, provocation de révoltes, etc.
    La technologie est déterminante puisque c'est elle qui vous permettra d'être compétitif sur le champ de bataille. Orientez la recherche technologique en fonction de votre stratégie (développer les technologies navales avec l'URSS au détriment des doctrines terrestres par exemple, serait une grave erreur) car vous ne pourrez pas tout rechercher. Les arbres technologiques sont nombreux et répartis selon divers domaines (terre, mer, air, industrie, etc).

    Au final, il est possible de perdre ou gagner une guerre rien qu'avec la technologie et la production, il suffit de bien planifier les choses et de faire les bons choix stratégiques. C'est d'ailleurs ce qui fait toute la particularité de Hearts of Iron : alors que sur Europa Universalis on arrivera à se retourner assez facilement si l'on s'aperçoit que la stratégie adoptée n'est pas la bonne, cela ne sera pas possible sur Hearts of Iron. Si vous planifiez mal votre production ou vos orientations technologiques pendant les trois années précédant la guerre, vous en subirez les conséquences pendant le conflit ! Bref, il faut penser et agir sur le long terme.

    Le véritable coeur de Hearts of Iron toutefois, c'est l'armée. Il faut à peu près tout en gérer. Le recrutement comme nous l'avons vu, mais aussi l'organisation avec une chaîne de commandement complexe au sein de laquelle il faudra assigner des généraux, et les bons généraux, car certains seront meilleurs que d'autres dans certaines situations.
    Et lorsque la guerre éclate, c'est à vous de microgérer tout ça, division par division, en planifiant les mouvements en fonction de la stratégie adoptée certes, mais aussi du terrain ou de la météo. Dans les combats, énormément de paramètres sont pris en compte. Notez en outre que la carte est un immense puzzle de plus de 15 000 provinces, ce qui permettra une grande variété de mouvements.
    Parallèlement, il vous faudra continuer de garder un oeil sur la production, la technologie et l'espionnage car la course à l'armement continuera de faire rage.

    Finalement, Hearts of Iron est la série la plus difficile à prendre en main. D'une part, parce que tout doit être planifié à l'avance et sur le long terme, ce qui peut rendre fébrile le débutant. Ensuite, le nombre de paramètres à gérer est absolument énorme. Rassurez-vous toutefois : Hearts of Iron III offre un système d'automatisation vous permettant de confier à l'IA à peu près ce que vous voulez, et les développeurs semblent vouloir faire un effort sur l'accessibilité avec Hearts of Iron IV, prévu pour 2015.

    En résumé : le challenge ne vous fait pas peur, vous êtes un wargamer dans l'âme et vous aimez la microgestion ? Foncez ! Vous l'avez compris, Hearts of Iron c'est la guerre, mais la guerre dans toute sa complexité. Je ne le recommande pas pour les joueurs qui découvrent les productions du studio Paradox mais après tout, certains s'y sont frottés et n'ont jamais lâché la série depuis .

    Notre article détaillé sur la série Hearts of Iron


    ---

    Reste que la grande force des jeux Paradox est leur rejouabilité, et la moyenne de temps passée par un joueur sur un jeu Paradox est d'une centaine d'heures.

    Nous espérons que ce dossier vous aura aidés à vous orienter et à faire votre choix. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à les poser ici. N'oubliez pas de consulter nos forums dédiés pour plus d'informations , et pensez également au multijoueur ! Nous disposons d'un serveur Mumble et les parties à plusieurs sont organisées régulièrement sur les jeux Paradox.
    Dernière modification par Rem, 13 March 2014, 15h16.

  • #2
    Très bon article de propagande

    Mais pourquoi spécifiquement ici dans la section EU IV ? Le but de ce genre d'articles est de faire découvrir les Paradox à ceux qui n'y vont pas, pas à ceux qui attendent leur futur jeu...

    Commentaire


    • #3
      Ah demande aux autres, moi j'ai juste posté ça dans les breves

      Commentaire


      • #4
        Si tu as un meilleur endroit où le poster, Stil', n'hésite pas .

        Commentaire


        • #5
          Article très agréable à lire.
          Par contre march of the eagles est passé à la poubelle?

          Commentaire


          • #6
            Le truc bien serait de le faire miroitersur la page d'accueil (comme ça peu importe ou il est), accessible a tous, mais je vais pas pleurer

            Envoyé par Benoît Voir le message
            Article très agréable à lire.
            Par contre march of the eagles est passé à la poubelle?
            Pas une license majeure, et puis bon, il le méritait

            Mais merci
            Dernière modification par ALG, 04 August 2013, 15h17. Motif: Double post

            Commentaire


            • #7
              Propagande communiste!

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par Alexandre le Grrrand Voir le message
                Si tu as un meilleur endroit où le poster, Stil', n'hésite pas .
                Bah une copie dans la page des brèves peut être plus visible. Mais sinon les vbulletin regorgent de possibilités annexes (c'est pour ça qu'on avait fait ce choix à l'origine), que ce soit des entêtes de forum avec juste les titres des sujets à mettre en avant, des listes sur le côté gauche ou droit, un forum dédié pour les articles spécifiques à mettre en avant... Les possibilités ne manquent pas L'idée c'est de toucher un public qui ne vient pas ici, donc de manière caricaturale ceux qui viennent pour les TW ou Mount and Blade, donc à partir du moment où ce sujet est dans la section grande stratégie son impact est minime, voire nul. Actuellement les possibilités du forum sont peu exploitées et je trouve qu'il est très facile de passer à côté de sujets de discussions ou d'articles rédigés par l'équipe...

                Fin c'est le genre de petits trucs qui peuvent servir à tous les articles qui ont besoin de visibilité (d'ici à ce que le site s'en charge ?).
                Dernière modification par Stilgar, 04 August 2013, 15h24.

                Commentaire


                • #9
                  Tu sais mieux que quiconque que le sous-forum des Brèves n'est pas fait pour des articles complets . Tom postera une brève ce soir.

                  Commentaire


                  • #10
                    Ce n'était qu'une idée parmi d'autres, c'est à vous de vous torturer le cerveau pour mettre en avant votre propre travail, moi j'ai transmis le flambeau
                    Et actuellement, il y a énormément de moyens de rendre les forums vivants et dynamiques. Un petit tour ici est souvent instructif : http://www.vbulletin.org/forum/forumdisplay.php?f=244 (ou même n'importe où parmi ce qui est déjà possible de faire dans les options de base d'un vbulletin)
                    Dernière modification par Stilgar, 04 August 2013, 15h38.

                    Commentaire


                    • #11
                      Très bon article.

                      Commentaire


                      • #12
                        Mise à jour du dossier, avec des informations beaucoup plus détaillées sur les différentes séries.

                        Commentaire


                        • #13
                          Pour tendre à l'exhaustivité je mettrais tout de même également en avant (peut être pas autant que les titres phares) :
                          • March of the Eagles (comme signalé plus haut)
                          • Sengoku
                          • Europa Universalis : Rome
                          • (Sword of the Stars)
                          • (Supreme Ruler)


                          Qui, si ils sont plus vieux ou pas aussi aboutis, ont l'avantage de fournir des contextes et des mécanismes plus ou moins originaux selon le titre, qui rencontreront la satisfaction de certains (je m'éclate sur Sengoku ou sur March of the Eagles par exemple, tellement le contexte m'intéresse).

                          Commentaire


                          • #14
                            Oui ce sont des titres qu'on pourra mettre en avant...mais SOTS et Supreme Ruler ne sont pas des jeux Paradox .

                            Commentaire


                            • #15
                              SOTS est un jeu qui a été édité par Paradox. (mais vu le fiasco du 2, je ne vais pas vous faire un dessin.)

                              Je peux vous venir en aide sur SOTS/Sengoku et EU: ROME.
                              Dernière modification par LeFoureur, 13 March 2014, 11h19.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X