X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #61
    Envoyé par Wolferos Voir le message
    Nous nous sommes essentiellement focalisé sur la période de la Première Guerre mondiale mais une guerre ne peut se résumer à sa date de début et de fin.
    Il sera par exemple possible d'avoir des navires de la fin du XIXème siècle tout comme des navires de l'entre-deux-guerres de façon à pouvoir couvrir une plus large période de l'Histoire.
    ok mais pouvez vous me donner les dates approximatives du temps de la partie ?

    Commentaire


    • #62
      Envoyé par baelm Voir le message

      ok mais pouvez vous me donner les dates approximatives du temps de la partie ?
      On a prévu la date du 1er janvier 1914 pour la première Early Access de FoH mais on a déjà en tête l'idée de faire plusieurs départs (plus tôt pour couvrir la période des guerres balkaniques et plus tard, comme par exemple juste avant la Révolution bolchevique)

      Commentaire


      • #63

        Fields of History: The Great War
        Devlog #13 - Stratégies Navales & Aériennes


        Bienvenue à tous ! La trêve est terminée, les troupes sont de retour dans les tranchées, et cela ne peut signifier qu'une chose : c'est l'heure du premier Devlog de 2020.

        Bien que ce ne soit pas l'objectif principal du Devlog d'aujourd'hui, certains ont demandé à ce que l'on fasse un résumé de l'année 2019 comme nous l'avions fait pour 2018. Cette année 2019 peut se résumer à un progrès constant. Chaque jour, le jeu prend davantage la forme que nous voulons et nous sommes fiers du résultat et du travail accompli jusque là. Notre objectif principal n'a pas changé, à savoir, vous fournir une expérience de Grande Stratégie bien plus poussée que celle que vous avez pu connaître sur notre Mod. C'est une des raisons qui nous pousse à poursuivre sur la lancée de décembre en continuant à vous présenter les mécaniques du jeu.
        Après avoir parlé des Stratégies et Tactiques Terrestres dans le précédent Devlog, aujourd'hui nous allons aborder celles des branches Navales et Aériennes.



        Lorsque le HMS Dreadnought quitta les cales sèches de la base navale de Sa Majesté à Portsmouth pour la première fois, l’équilibre des forces maritimes fut bouleversé. En 1904, lors de la Bataille de la Mer Jaune, la flotte japonaise composée de Cuirassés Pré-Dreadnought exploita à son avantage la portée et la puissance de feu de ses navires (comme les deux canons jumeaux de 305 mm équipant les cuirassés Mikasa et Shikishima) pour déclencher un déluge d’obus sur le premier Escadron russe du Pacifique. L’absence de l’Escadron russe, en raison des dommages subis lors de la Bataille de la Mer Jaune, fut l’une des raisons majeures de la défaite de la Marine Impériale Russe lors de la Bataille de Tsushima l'année suivante.

        Le Dreadnought était donc un produit de la pensée navale émergente de l’époque. Possédant des canons plus lourds, un meilleur blindage et une propulsion améliorée, rendant les autres modèles obsolètes et obligeant les autres marines à s’adapter. Les formations devinrent plus complexes et il fallait maintenant prendre en compte la puissance de tir qu'il pouvait représenter en combat. En parallèle, les petits navires devaient se concentrer sur la mobilité et l’utilisation de torpilles qui, pour un coût bien moindre pouvaient être tout aussi dévastatrices.

        Durant la Première Guerre mondiale, la Royal Navy fit tout son possible pour bloquer l’accès de la mer du nord à la Hochseeflotte grâce à sa position géographique avantageuse, bloquant par conséquent cette dernière dans la Baltique. La Kaiserliche Marine quant à elle n’était pas disposée à risquer un affrontement direct entre les deux flottes car elle savait qu’un engagement total entraînerait la victoire de la Grand Fleet qui possédait un plus grand nombre de cuirassés.
        Cet avantage numérique n’était pas le fruit du hasard. En effet, grâce à la doctrine du Two-Power Standard, l’Amirauté britannique s’évertuait à maintenir un nombre de navires de guerre au moins équivalent aux forces combinées des deux plus grandes flottes mondiales.
        Plus tard, en 1916, la victoire (à la Pyrrhus) tactique allemande lors de la Bataille du Jutland mis un frein définitif aux ambitions des Amiraux de la Hochseeflotte. Ajouté à ça le blocus britannique sur l'économie allemande, l’Empire Allemand fut donc contraint de revoir sa stratégie.

        Par conséquent, l’idée d’obtenir la victoire lors d’une bataille décisive fut oubliée au profit des raids de convois et d’escarmouches. De plus, avec l’adoption de la guerre sous-marine sans restriction par l’Allemagne, l’Entente se vit obligée de créer et de maintenir des flottes d’escorte pour sécuriser ses différentes routes maritimes qui étaient harcelées par le redoutable U-Boot.

        La guerre dans les airs est quant à elle une toute autre histoire. Alors que la marine est entrée en guerre avec l'idée de conflits de masse, la puissance aérienne a d'abord été considérée comme un bras de soutien mineur de l'armée et de la marine en étant cantonnée au début à des missions similaires aux ballons d'observations (reconnaissance, réglage de tir d’artillerie, bombardements légers, etc.).

        Le capitaine Bertram Dickson, premier pilote du Royal Flying Corps, prophétisa l'avenir de l’aviation militaire. Au début du XXe siècle, il fit l'observation que bien que la puissance aérienne soit alors limitée, bientôt la supériorité aérienne serait tout aussi importante que les opérations au sol, et que quiconque contrôlerait les cieux aurait un avantage significatif lors d’une guerre. L’avenir lui donna raison.
        C’est le pilote italien Giullio Gavotti qui largua une bombe pour la première fois en opération sur des positions ennemies lors de la guerre Italo-Turque. La Bulgarie et la Roumanie emboîtèrent le pas et c’est en 1913 que le premier bombardier fut conçu.

        Très vite, on réalisa l’avantage des bombardiers et il fallut peu de temps pour passer d’avions de reconnaissance non armés à des avions équipés de mitrailleuses pouvant abattre d’autres appareils. Les théoriciens et pionniers commencèrent rapidement à établir des stratégies et des théories entourant l'utilisation des avions dans la guerre, notamment avec l’apparition de nombreux rôles spécialisés (supériorité aérienne, attaque au sol, bombardement tactiques et stratégiques, etc.). Ces Tactiques furent ensuite appliquées par les premiers As de l’aviation comme Godwin von Brumowski originaire d'Autriche-Hongrie, René Fonck en France, le Canadien Billy Bishop et, bien sûr, le fameux Manfred von Richthofen (surnommé le Baron Rouge).

        Ce développement fut étroitement lié aux améliorations technologiques qui évoluèrent à un rythme effréné tout au long de la guerre. Ce fut notamment le cas avec l’apparition des premiers bimoteurs, des premiers bombardiers quadrimoteurs (comme les Zeppelin Staaken R.VI ou l’Ilia Mouromets) et avec plus tard, la création des premiers avions entièrement métalliques.



        C’est en ayant à l’esprit cette agitation propre à l’époque que nous avons établis nos Stratégies tout en ayant à cœur le plaisir de jeu. C’est pour cette raison que pour l’intégration en jeu des nouvelles Stratégies, nous avons procédé de la même façon que pour les Stratégies et Tactiques Terrestres.

        Comme nous l’avons vu plus haut, même si la Première Guerre mondiale n'a pas vu autant d'affrontement maritime que la Seconde, les pays de l’époque disposant d'une marine avaient chacun leurs propres Stratégies. Pour traduire ces nuances en jeu, nous avons programmé les Stratégies Navales suivantes :
        • Submarine Warfare permet d’améliorer l’efficacité de vos sous-marins lors de leurs raids en mer
        • Fleet Concentration se focalise sur le positionnement et la synchronisation de vos navires durant les combats
        • Anti-Submarine Warfare améliore la lute anti-sous-marine de vos navires et les aide à contrer les effets dévastateurs des sous-marins
        • Maritime Power Projection permet de s'assurer que les navires en mer restent organisés et prêts au combat en tout point
        • Control of the Sea vous donne un avantage lors de vos patrouilles et offre ainsi à vos flottes la possibilité de mieux contrôler une zone maritime
        • Fleet in Being vous permet de privilégier la sécurité de votre flotte en renforçant ses capacités défensives
        • Prolonged Naval Operations permet à vos flottes une meilleure gestion de leurs stocks de vivres et de munitions pour être en mesure de rester plus longtemps en opération
        • Commerce Raiding spécialise vos flottes dans des opérations de harcèlement ainsi que dans la guerre économique par l’attaque de convois isolés




        La guerre aérienne étant destinée à devenir un théâtre majeur, voyons ensemble les Stratégies Aériennes que nous avons implémentées et qui suivent le même raisonnement :
        • Aerial Reconnaissance forme vos pilotes à suivre et à transmettre ce qui se passe réellement sur le front et rend leurs vols de reconnaissance plus efficaces.
        • Air Combat Manoeuvring améliore les capacités de combat et d’esquive lors des dogfights auxquels vos pilotes feront face
        • Tactical Bombing améliore les bombardements sur les installations défensives et troupes ennemies, permettant de préparer le terrain pour vos unités terrestres combattantes
        • Strategic Bombing vous permet de focaliser vos bombardements sur les installations stratégiques de vos ennemis et de saper leurs capacités industrielles
        • Formation Flying permet d’adopter de meilleures formations pour optimiser la consommation de carburant en vol et améliore le repérage des formations ennemies
        • Offensive Counter-Air donne à vos pilotes une meilleure formation sur ce qu'ils doivent faire lorsqu’ils croiseront l'ennemi en vol
        • Basic Fighter Maneuvers forme vos pilotes aux manœuvres aériennes de base leur permettant d’éviter les erreurs les plus communes en combat ou lors des ravitaillements
        • Air Basing Capabilities améliore la vitesse à laquelle vous pourrez enchaîner les missions ainsi que les capacités de maintenance et de durabilité de vos avions grâce à l’entraînement du personnel de vos bases aériennes




        Tout comme avec les forces terrestres, vous pouvez attribuer une Tactique à un Amiral ou à un Commandant d'escadron aérien. Cependant, ces chefs militaires ne peuvent adopter qu'une seule Tactique à la fois son application pourra prendre un certain temps.



        Les Tactiques aériennes seront représentées de la même manière dans le jeu que les Tactiques navales et terrestres. Comme vous pouvez le voir sur la capture d'écran ci-dessus, vous pourrez débloquer les Tactiques suivantes et les attribuer à votre Commandant d'escadron aérien, chacune ayant des avantages et des inconvénients.

        Ce Devlog sur les Stratégies et Tactiques des forces Navales et Aériennes touche à sa fin. Nous espérons qu'il vous a plu et que vous cernez maintenant notre approche. Afin de poursuivre sur l’aspect stratégique, nous pouvons d’ores et déjà vous dire que le prochain Devlog portera sur le pire cauchemar de Napoléon : la Royal Navy.
        Nous vous souhaitons à tous un excellent week-end et on vous dit à bientôt !

        Commentaire


        • #64
          Fields of History: The Great War
          Devlog #14 - La Royal Navy


          Comme nous vous l’annoncions dans le dernier Devlog, celui d’aujourd’hui sera consacré à Andrew... Vous ne savez pas qui est Andrew ? C’est le surnom (dont personne ne connaît vraiment l’origine ) de la plus célèbre des Forces armées britanniques : La Royal Navy !


          L'Angleterre anglo-saxonne était une puissance navale respectable à la fin de la Conquête normande mais cela ne dura guère longtemps. L'élite au pouvoir ne voulait plus investir dans la marine et a très vite concentré ses efforts sur l'armée anglaise afin qu'elle puisse tenir tête à ses différents ennemis tant sur les îles britanniques que sur le continent.

          Contrairement à l'image populaire de l'Angleterre, c'était surtout l'Écosse qui était considérée comme la puissance navale des îles britanniques et cela fut vrai pendant une grande partie du Moyen Âge, et ce, jusqu'à la Renaissance.
          On peut tout de même souligner quelques grandes victoires navales, notamment pendant la guerre de Cent Ans, comme lors de la Bataille de L'Écluse (durant la guerre de Cent Ans) qui fut d'ailleurs l'objet d'une plaisanterie à l’époque qui consistait à dire que les poissons parlaient Français à forcer de manger leurs cadavres...

          Les années qui suivirent ne furent cependant pas aussi glorieuses pour les Anglais et leur domination sur les mers ressemblait plus à un coup d’éclat qu’autre chose. Ce fut d'autant plus vrai après la perte des possessions anglaises en France et les Anglais durent se contenter de la partie sud de leur île.

          Quelques années plus tard, la Dynastie des Tudors adopta une politique navale radicalement différente. Poussé par plusieurs facteurs (intérêt pour la colonisation, importance accrue de la protection du commerce extérieur, concurrence des autres puissances navales) le roi Henry VII commença à agrandir les infrastructures portuaires de l'Angleterre. Son digne héritier, Henry VIII, établi une flotte permanente à grande échelle (une première depuis 1066) et fit construire de nombreux navires de guerre.

          Enfin, Elizabeth I se servit de cette nouvelle flotte, répartie en plusieurs escadrons, afin d'établir et protéger les colonies du Nouveau Monde. Fort de cette nouvelle arme, l'Angleterre repoussa l'Invincible Armada des Espagnols et les obligea à abandonner leur domination sur l'Atlantique.

          Malgré tout, l'enthousiasme pour la « Navy Royal » n'était plus aussi vif à la fin du XVIe siècle (au grand dam des commerçants anglais et pour le plus grand bonheur des corsaires).
          Cela poussa Oliver Cromwell a réaliser les avantages d'avoir une grande flotte et il mit tout en oeuvre pour la reconstruire. Après la Restauration, l’un des premiers actes forts du nouveau roi Charles II fut de céder la « Navy Royal » (qui était alors une possession personnelle du Roi) à la nation. Devenue institution nationale, elle changea alors de nom pour devenir « The Royal Navy » et devint la plus grande flotte d'Europe.

          L'avantage véhiculé par cette énorme flotte est vite devenu évident. Aucun autre pays européen ne pouvant affronter seul la Royal Navy, les Anglais furent libres de se concentrer sur la création de leur Empire colonial, ce faisant, ils purent coloniser l'Amérique du Nord et les Indes avant les autres.

          Cela conduit à une période de domination pour l'Angleterre, les rares pays qui osaient la défier devant batailler avec sa marine afin de garder ou reprendre les multiples petites colonies de l'époque. En 1667, à la surprise générale, les Néerlandais firent une brèche dans l'armure de sa majesté lors du Raid sur la Medway, ce fut la pire défaite navale anglaise de l'histoire et elle incita les Anglais à, une fois de plus, augmenter le nombre de leurs navires. L'Union avec l'Écosse survenue quelques années plus tard permit la fusion de la flotte anglaise et écossaise. Le long règne de la Royal Navy sur les mers du globe venait tout juste de commencer et il allait se révéler presque sans partage...

          Tout au long du XVIIIe siècle, les Britanniques étendirent leur flotte et prirent progressivement l'avantage sur les Pays-Bas et l'Espagne en matière d'innovations. Ils mirent au point le système de notation des navires (adopté ensuite, peu ou prou, par la plupart des marines) et bouleversèrent l'architecture navale, avec des navires de guerre bien plus grands et, surtout, bien mieux armés. L'emprise de la Grande-Bretagne sur la mer lui conférait un quasi-monopole sur le commerce mondial, et ce, même en dehors de son propre empire colonial.


          Dès lors, tous ceux qui tentèrent de défier les Anglais sur les mers échouèrent. Les Français se cassèrent les dents en 1759 lors de la Bataille des Cardinaux puis de nouveaux en 1798 lors de la Bataille d'Aboukir mais c’est surtout l’incroyable victoire de la Royal Navy sur les flottes combinées des Français et des Espagnols lors de la Bataille de Trafalgar en 1805 qui confirma la suprématie navale de l'Angleterre.

          Pendant près d’un siècle, plus personne n’osa défier Andrew. Afin d’assurer sa domination, le Royaume-Uni adopta en 1889 le Naval Defence Act qui définissait le Two-Power Standard : la flotte de l'empire britannique devait maintenir un nombre de navires de guerre au moins équivalent aux forces combinées des deux plus grandes flottes mondiales (qui étaient alors celles de la Russie et de la France) mais au lieu de calmer les choses, cette décision relança la course aux armements.

          Le 6 décembre 1897 le Prince von Bülow (alors secrétaire d'État aux Affaires étrangères) déclare au Reichstag que « l'Allemagne veut une place au soleil ». Cette volonté était le fruit de la Weltpolitik du Kaiser Guillaume II afin d’assurer une présence allemande dans les eaux territoriales mondiales. Le projet fut confié à l’Amiral von Tirpitz qui eut dès lors à cœur de faire en sorte que la Kaiserliche Marine puisse rivaliser avec la Royal Navy.

          Pour la Grande-Bretagne, il était hors de question de rester sans rien faire, personne ne devait pouvoir défier la Royal, il fut alors décider d’établir des alliances (avec la France en 1904 et avec la Russie en 1906) et de redoubler d’efforts pour s’assurer de garder le dessus sur les Allemands.

          En 1914, lorsque la Grande Guerre éclate, la Royal Navy se compose principalement de navires construits au cours des 15 dernières années. Le conflit avec la Hochseeflotte de l'Empire allemand semble inévitable. Malgré l'écrasante supériorité numérique de la Royal Navy sur la Kaiserliche Marine, les Allemands veulent en découdre. La Bataille du Jutland sera l'apogée de cet affrontement, véritable victoire à la Pyrrhus pour les Allemands, elle amena ces derniers à laisser leurs navires en retrait jusqu'à la fin de la guerre.
          Ce ne sera donc pas une tâche facile, mais c'est la tâche à laquelle vous devrez faire face si vous jouez le Royaume-Uni.


          Comme vous pouvez le voir, nous nous sommes attachés à ce que chaque navire de l’époque soit intégré au jeu, nous avons épluché soigneusement les archives et les registres des flottes, des navires et des escadrons afin d’avoir une représentation fidèle dans le jeu.

          Pour la constitution des groupes, nous avons cherché pendant des heures le meilleur compromis afin d’éviter une trop grande complexité.


          Nous avons opté pour un format hybride, les unités navales (composées d’un ou plusieurs navires) sont en quelques sortes des « Divisions » sur l’eau et elles ont 4 niveaux d’importance qui déterminent un nombre de Slots (les navires occupent un certain nombre de Slots en fonction de leur taille, un Destroyer prenant par exemple bien moins de Slots qu’un Dreadnought).

          - Half-Flotilla, l’unité navale de base, elle a peu de Slots et elle est sous les ordres de l’Amiral de la Fleet à laquelle elle est rattachée, très pratique pour des Missions de Scouting ou de Raiding

          - Flotilla, une demi-flottille (Half-Flotilla) avec plus de Slots. Vous pourrez promouvoir une Half-Flotilla en Flotilla en utilisant des points d’expériences militaires, de quoi assurer des Missions plus dangereuses (Bombardements, Blocus maritimes, etc.)

          - Squadron, à la différence des Flottilles, les Squadrons sont commandés par un Amiral dédié ce qui aura un impact important lors des batailles navales, veuillez donc à toujours mettre vos meilleurs navires dans des Squadrons afin d’optimiser leur efficacité

          - Grand Squadron, c’est une escadre (Squadron) améliorée avec un nombre de Slots important, il vous coûtera très cher de faire évoluer un Squadron en Grand Squadron. Vous en aurez donc très peu et ce seront un peu comme des unités d’élite chargés des Missions les plus difficiles


          Vous pourrez nommer un Navire Flagship of the Navy (le Fleuron de la Marine). Les meilleurs marins et officiers de toute votre marine seront transférés sur le Navire, ce qui aura pour effet d’améliorer de nombreuses statistiques. Attention cependant car, s’il venait à couler lors d’une bataille, sa perte pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur le moral de vos marins.


          À la manière de l’Armée de Terre, vous devrez nommer un homme à la tête de votre Marine, ce pourra être un Politicien (comme Winston Churchill, First Lord of the Admiralty, de 1911 à 1915) ou un Amiral (comme Alfred von Tirpitz, Großadmiral de la Kaiserliche Marine) ainsi qu’un Amiral-Adjoint pour l’aider dans sa tâche.


          Dans un menu latérale, à droite du Naval Order of Battle, vous pourrez avoir accès à un rapide résumé de le constitution de votre Marine. Cela est d’autant plus facile que chaque Navire est catégorisé (Dreadnought, Super-Dreadnought, Croiseur de Bataille, etc.)

          En dessous vous pourrez aussi rapidement voir les navires en construction, attention cependant, certains navires en construction ne vous sont pas forcément destinés in fine car, particularité de Fields of History, vous serez en mesure de construire des navires pour d’autres pays avec des contrats (ou de demander à un autre pays de construire les vôtres).

          Il faut savoir qu’historiquement de nombreux pays n’étaient pas en capacité de réaliser eux-mêmes certains navires (en particulier les Dreadnoughts) comme par exemple l’Almirante Latorre, un Super-Dreadnought construit par les Britanniques pour la Marine chilienne.

          Ce Devlog touche à sa fin, mais avant cela, nous tenons à remercier chaleureusement les passionnés et les historiens qui ont pris le temps de documenter cette période afin de préserver cette histoire importante. Ces archives méthodiques nous ont donné des tonnes d'informations sur l'Armada britannique et nous vous invitons à les consulter :

          - The Monthly Navy List sur La Bibliothèque nationale d'Écosse (The National Library of Scotland)
          - The Royal Navy sur Naval Encyclopedia
          - Dreadnought Battleships List sur World War 1 Naval Combat
          - British Warships, 1914-1919 de F.J. Dittmar & J.J. Colledge
          - La Royal Navy sur The Dreadnought Project
          - La Royal Navy sur Navypedia

          Sur ce, prenez-soin de vous et on vous dit à bientôt pour le prochain Devlog qui aura pour objet l’adversaire numéro 1 de la Royal Navy durant la Grande Guerre : La Kaiserliche Marine et sa célèbre Hochseeflotte !
          Dernière modification par Wolferos, 27-02-2020, 18h31.

          Commentaire


          • #65
            Envoyé par Wolferos Voir le message
            Fields of History: The Great War
            Devlog #14 - La Royal Navy


            Comme nous vous l’annoncions dans le dernier Devlog, celui d’aujourd’hui sera consacré à Andrew... Vous ne savez pas qui est Andrew ? C’est le surnom (dont personne ne connaît vraiment l’origine ) de la plus célèbre des Forces armées britanniques : La Royal Navy !


            L'Angleterre anglo-saxonne était une puissance navale respectable à la fin de la Conquête normande mais cela ne dura guère longtemps. L'élite au pouvoir ne voulait plus investir dans la marine et a très vite concentré ses efforts sur l'armée anglaise afin qu'elle puisse tenir tête à ses différents ennemis tant sur les îles britanniques que sur le continent.

            Contrairement à l'image populaire de l'Angleterre, c'était surtout l'Écosse qui était considérée comme la puissance navale des îles britanniques et cela fut vrai pendant une grande partie du Moyen Âge, et ce, jusqu'à la Renaissance.
            On peut tout de même souligner quelques grandes victoires navales, notamment pendant la guerre de Cent Ans, comme lors de la Bataille de L'Écluse (durant la guerre de Cent Ans) qui fut d'ailleurs l'objet d'une plaisanterie à l’époque qui consistait à dire que les poissons parlaient Français à forcer de manger leurs cadavres...

            Les années qui suivirent ne furent cependant pas aussi glorieuses pour les Anglais et leur domination sur les mers ressemblait plus à un coup d’éclat qu’autre chose. Ce fut d'autant plus vrai après la perte des possessions anglaises en France et les Anglais durent se contenter de la partie sud de leur île.

            Quelques années plus tard, la Dynastie des Tudors adopta une politique navale radicalement différente. Poussé par plusieurs facteurs (intérêt pour la colonisation, importance accrue de la protection du commerce extérieur, concurrence des autres puissances navales) le roi Henry VII commença à agrandir les infrastructures portuaires de l'Angleterre. Son digne héritier, Henry VIII, établi une flotte permanente à grande échelle (une première depuis 1066) et fit construire de nombreux navires de guerre.

            Enfin, Elizabeth I se servit de cette nouvelle flotte, répartie en plusieurs escadrons, afin d'établir et protéger les colonies du Nouveau Monde. Fort de cette nouvelle arme, l'Angleterre repoussa l'Invincible Armada des Espagnols et les obligea à abandonner leur domination sur l'Atlantique.

            Malgré tout, l'enthousiasme pour la « Navy Royal » n'était plus aussi vif à la fin du XVIe siècle (au grand dam des commerçants anglais et pour le plus grand bonheur des corsaires).
            Cela poussa Oliver Cromwell a réaliser les avantages d'avoir une grande flotte et il mit tout en oeuvre pour la reconstruire. Après la Restauration, l’un des premiers actes forts du nouveau roi Charles II fut de céder la « Navy Royal » (qui était alors une possession personnelle du Roi) à la nation. Devenue institution nationale, elle changea alors de nom pour devenir « The Royal Navy » et devint la plus grande flotte d'Europe.

            L'avantage véhiculé par cette énorme flotte est vite devenu évident. Aucun autre pays européen ne pouvant affronter seul la Royal Navy, les Anglais furent libres de se concentrer sur la création de leur Empire colonial, ce faisant, ils purent coloniser l'Amérique du Nord et les Indes avant les autres.

            Cela conduit à une période de domination pour l'Angleterre, les rares pays qui osaient la défier devant batailler avec sa marine afin de garder ou reprendre les multiples petites colonies de l'époque. En 1667, à la surprise générale, les Néerlandais firent une brèche dans l'armure de sa majesté lors du Raid sur la Medway, ce fut la pire défaite navale anglaise de l'histoire et elle incita les Anglais à, une fois de plus, augmenter le nombre de leurs navires. L'Union avec l'Écosse survenue quelques années plus tard permit la fusion de la flotte anglaise et écossaise. Le long règne de la Royal Navy sur les mers du globe venait tout juste de commencer et il allait se révéler presque sans partage...

            Tout au long du XVIIIe siècle, les Britanniques étendirent leur flotte et prirent progressivement l'avantage sur les Pays-Bas et l'Espagne en matière d'innovations. Ils mirent au point le système de notation des navires (adopté ensuite, peu ou prou, par la plupart des marines) et bouleversèrent l'architecture navale, avec des navires de guerre bien plus grands et, surtout, bien mieux armés. L'emprise de la Grande-Bretagne sur la mer lui conférait un quasi-monopole sur le commerce mondial, et ce, même en dehors de son propre empire colonial.


            Dès lors, tous ceux qui tentèrent de défier les Anglais sur les mers échouèrent. Les Français se cassèrent les dents en 1759 lors de la Bataille des Cardinaux puis de nouveaux en 1798 lors de la Bataille d'Aboukir mais c’est surtout l’incroyable victoire de la Royal Navy sur les flottes combinées des Français et des Espagnols lors de la Bataille de Trafalgar en 1805 qui confirma la suprématie navale de l'Angleterre.

            Pendant près d’un siècle, plus personne n’osa défier Andrew. Afin d’assurer sa domination, le Royaume-Uni adopta en 1889 le Naval Defence Act qui définissait le Two-Power Standard : la flotte de l'empire britannique devait maintenir un nombre de navires de guerre au moins équivalent aux forces combinées des deux plus grandes flottes mondiales (qui étaient alors celles de la Russie et de la France) mais au lieu de calmer les choses, cette décision relança la course aux armements.

            Le 6 décembre 1897 le Prince von Bülow (alors secrétaire d'État aux Affaires étrangères) déclare au Reichstag que « l'Allemagne veut une place au soleil ». Cette volonté était le fruit de la Weltpolitik du Kaiser Guillaume II afin d’assurer une présence allemande dans les eaux territoriales mondiales. Le projet fut confié à l’Amiral von Tirpitz qui eut dès lors à cœur de faire en sorte que la Kaiserliche Marine puisse rivaliser avec la Royal Navy.

            Pour la Grande-Bretagne, il était hors de question de rester sans rien faire, personne ne devait pouvoir défier la Royal, il fut alors décider d’établir des alliances (avec la France en 1904 et avec la Russie en 1906) et de redoubler d’efforts pour s’assurer de garder le dessus sur les Allemands.

            En 1914, lorsque la Grande Guerre éclate, la Royal Navy se compose principalement de navires construits au cours des 15 dernières années. Le conflit avec la Hochseeflotte de l'Empire allemand semble inévitable. Malgré l'écrasante supériorité numérique de la Royal Navy sur la Kaiserliche Marine, les Allemands veulent en découdre. La Bataille du Jutland sera l'apogée de cet affrontement, véritable victoire à la Pyrrhus pour les Allemands, elle amena ces derniers à laisser leurs navires en retrait jusqu'à la fin de la guerre.
            Ce ne sera donc pas une tâche facile, mais c'est la tâche à laquelle vous devrez faire face si vous jouez le Royaume-Uni.


            Comme vous pouvez le voir, nous nous sommes attachés à ce que chaque navire de l’époque soit intégré au jeu, nous avons épluché soigneusement les archives et les registres des flottes, des navires et des escadrons afin d’avoir une représentation fidèle dans le jeu.

            Pour la constitution des groupes, nous avons cherché pendant des heures le meilleur compromis afin d’éviter une trop grande complexité.


            Nous avons opté pour un format hybride, les unités navales (composées d’un ou plusieurs navires) sont en quelques sortes des « Divisions » sur l’eau et elles ont 4 niveaux d’importance qui déterminent un nombre de Slots (les navires occupent un certain nombre de Slots en fonction de leur taille, un Destroyer prenant par exemple bien moins de Slots qu’un Dreadnought).

            - Half-Flotilla, l’unité navale de base, elle a peu de Slots et elle est sous les ordres de l’Amiral de la Fleet à laquelle elle est rattachée, très pratique pour des Missions de Scouting ou de Raiding

            - Flotilla, une demi-flottille (Half-Flotilla) avec plus de Slots. Vous pourrez promouvoir une Half-Flotilla en Flotilla en utilisant des points d’expériences militaires, de quoi assurer des Missions plus dangereuses (Bombardements, Blocus maritimes, etc.)

            - Squadron, à la différence des Flottilles, les Squadrons sont commandés par un Amiral dédié ce qui aura un impact important lors des batailles navales, veuillez donc à toujours mettre vos meilleurs navires dans des Squadrons afin d’optimiser leur efficacité

            - Grand Squadron, c’est une escadre (Squadron) améliorée avec un nombre de Slots important, il vous coûtera très cher de faire évoluer un Squadron en Grand Squadron. Vous en aurez donc très peu et ce seront un peu comme des unités d’élite chargés des Missions les plus difficiles


            Vous pourrez nommer un Navire Flagship of the Navy (le Fleuron de la Marine). Les meilleurs marins et officiers de toute votre marine seront transférés sur le Navire, ce qui aura pour effet d’améliorer de nombreuses statistiques. Attention cependant car, s’il venait à couler lors d’une bataille, sa perte pourrait avoir de fâcheuses conséquences sur le moral de vos marins.


            À la manière de l’Armée de Terre, vous devrez nommer un homme à la tête de votre Marine, ce pourra être un Politicien (comme Winston Churchill, First Lord of the Admiralty, de 1911 à 1915) ou un Amiral (comme Alfred von Tirpitz, Großadmiral de la Kaiserliche Marine) ainsi qu’un Amiral-Adjoint pour l’aider dans sa tâche.


            Dans un menu latérale, à droite du Naval Order of Battle, vous pourrez avoir accès à un rapide résumé de le constitution de votre Marine. Cela est d’autant plus facile que chaque Navire est catégorisé (Dreadnought, Super-Dreadnought, Croiseur de Bataille, etc.)

            En dessous vous pourrez aussi rapidement voir les navires en construction, attention cependant, certains navires en construction ne vous sont pas forcément destinés in fine car, particularité de Fields of History, vous serez en mesure de construire des navires pour d’autres pays avec des contrats (ou de demander à un autre pays de construire les vôtres).

            Il faut savoir qu’historiquement de nombreux pays n’étaient pas en capacité de réaliser eux-mêmes certains navires (en particulier les Dreadnoughts) comme par exemple l’Almirante Latorre, un Super-Dreadnought construit par les Britanniques pour la Marine chilienne.

            Ce Devlog touche à sa fin, mais avant cela, nous tenons à remercier chaleureusement les passionnés et les historiens qui ont pris le temps de documenter cette période afin de préserver cette histoire importante. Ces archives méthodiques nous ont donné des tonnes d'informations sur l'Armada britannique et nous vous invitons à les consulter :

            - The Monthly Navy List sur La Bibliothèque nationale d'Écosse (The National Library of Scotland)
            - The Royal Navy sur Naval Encyclopedia
            - Dreadnought Battleships List sur World War 1 Naval Combat
            - British Warships, 1914-1919 de F.J. Dittmar & J.J. Colledge
            - La Royal Navy sur The Dreadnought Project
            - La Royal Navy sur Navypedia

            Sur ce, prenez-soin de vous et on vous dit à bientôt pour le prochain Devlog qui aura pour objet l’adversaire numéro 1 de la Royal Navy durant la Grande Guerre : La Kaiserliche Marine et sa célèbre Hochseeflotte !
            Bonjour, vous avez fait encore une fois un super devlog. mais j'ai une questions est ce que chaque état jouable dans le jeu pourra décomposer son armé en plusieurs corp (exemple : armée de terre, armée de l'air et marine pour la France) puis en sous corp (exemple : unité d'élite, as, génie). et est ce que toute les nations auront ses corps si non pourrons nous les créer. à quand le devlog sur par exemple la royal air force pour rester avec le royaume uni

            Commentaire


            • #66
              Envoyé par baelm Voir le message

              Bonjour, vous avez fait encore une fois un super devlog. mais j'ai une questions est ce que chaque état jouable dans le jeu pourra décomposer son armé en plusieurs corp (exemple : armée de terre, armée de l'air et marine pour la France) puis en sous corp (exemple : unité d'élite, as, génie). et est ce que toute les nations auront ses corps si non pourrons nous les créer. à quand le devlog sur par exemple la royal air force pour rester avec le royaume uni
              Oui, chaque pays pourra organiser et subdiviser ses Armées en plusieurs échelons. L'Armée de Terre est composée de plusieurs Armées qui peuvent chacune contrôler un ou plusieurs Corps. De même, les Corps contrôlent des Divisions, des Régiments et/ou des Compagnies. Tu peux donc tout à fait personnaliser un Régiment pour en faire un Régiment d'Élite.
              Pour ce qui est de la gestion de l'aviation (et de son organisation) cela sera l'objet d'un Devlog spécifique mais nous ne pouvons pas encore te donner de date.

              Commentaire


              • #67
                Je trouve ça super de pouvoir organiser et subdiviser ses Armées en plusieurs échelons, merci pour ces informations

                Commentaire


                • #68
                  Envoyé par damiendada Voir le message
                  Je trouve ça super de pouvoir organiser et subdiviser ses Armées en plusieurs échelons, merci pour ces informations
                  Merci damiendada pour tes retours, ça fait plaisir de voir que notre vision plaît surtout que ça n'a pas été simple de penser l'organisation militaire de FoH. On s'est bien creusé la tête pour y arriver mais on pense avoir trouvé un bon compromis qui devrait plaire à la fois à ceux qui aiment la micro-gestion tout en évitant que ce soit trop lourd pour ceux qui préfèrent la macro-gestion.

                  Commentaire


                  • #69
                    Bonjour
                    Avez-vous une dates de sortie approximative pour erly acces

                    Commentaire


                    • #70
                      Envoyé par baelm Voir le message
                      Bonjour
                      Avez-vous une dates de sortie approximative pour erly acces
                      Malheureusement nous n'avons pas encore de date de sortie mais nous te tiendrons au courant dès que ce sera possible

                      Commentaire


                      • #71

                        Fields of History: The Great War
                        Devlog #15 - Die Kaiserliche Marine



                        Bonjour à tous et bienvenue dans ce quinzième Devlog. Après avoir parlé de la Royal Navy, le sujet d'aujourd'hui porte sur la marine de l'Empire Allemand, la Kaiserliche Marine. Sans plus tarder, entrons dans son histoire afin de mieux comprendre la situation dans laquelle elle se trouvait au début de la guerre.
                        Malgré une longue histoire politique, une marine forte a toujours fait défaut aux Allemands (en partie à cause de l'unification tardive de l'Allemagne) mais les enjeux stratégiques étaient bel et bien présents pour le contrôle de la Mer Baltique.

                        À l'époque des tribus, des clans et des royaumes barbares, les historiens ont rapporté que les Allemands utilisaient principalement des navires de transport reconvertis pour mener des raids sur des villes côtières afin d'obtenir des ressources et des esclaves. Ils s'en tenaient pour la plupart à la guerre au sol et ce alors même qu'un royaume barbare aurait pu avoir la capacité de constituer une flotte importante (comme les royaumes Wisigoths ou Ostrogoths). Cette situation fut plus tard la même pour les États allemands qui se modernisaient progressivement après la chute de l'Empire Romain d'Occident.

                        L'Empire de Charlemagne conservait une marine fluviale mais ne disposait pas d'une marine de haute-mer. Une tendance largement poursuivie par le Saint-Empire Romain Germanique surtout lorsqu'il fut très centralisé. La seule bataille navale significative de l'Empire durant cette période fut celle de la bataille de Giglio avec la marine normande de Sicile. Il faudra cependant attendre la décentralisation qui s'ensuivit pour apercevoir les premiers signes de rupture avec cette tendance.

                        La Ligue hanséatique opta pour une marine devant fonctionner comme une seule entité. C'était la première fois que des Allemands avaient une marine permanente. Cette nouvelle flotte, petite par sa taille, était pour autant très novatrice dans ses conceptions d'armes et de canons (qui seront d'ailleurs imités par toutes les puissances navales européennes de l'époque). Cette flotte fut la première à mettre en place un véritable blocus et fut également la première à effectuer des bombardements côtiers de manière efficace. De la fin du 14e siècle au début du 16e siècle, la flotte de la Ligue a été la plus importante des mers du Nord et de la Baltique, remportant régulièrement des victoires face à des puissances navales supérieures comme celles de l'Angleterre et de l'Union de Kalmar. Cette période s'achèvera à l'époque de la féodalité des comtes danois, où le soutien désastreux de la Ligue hanséatique aux puissances catholiques conduira à des défaites majeures au cours des batailles de Bornholm et de Little Belt, mettant un terme aux ambitions de la Ligue.

                        Lorsque les membres de la Maison de Hohenzollern héritèrent de la Prusse, ils prirent le contrôle de la flotte avec enthousiasme, créant non seulement une flotte modeste, mais aussi un empire colonial. Cependant, suite à la proclamation de la Prusse comme un État unifié en 1701, la flotte fut laissée à l'abandon car les Prussiens pensaient que les Hollandais et les Britanniques leur apporteraient un soutien naval en cas de guerre. Ils paieront très cher cette erreur d'appréciation lors de la première guerre de Schleswig.
                        La capacité du Danemark à maintenir un blocus tout en empêchant le passage des troupes prussiennes vers le Sjælland permit de contraindre diplomatiquement la Prusse à un retrait tout en offrant aux Danois des conditions plus que favorables. Suite à cela, le Parlement de Francfort, qui voulait unifier l'Allemagne, demanda la création d'une nouvelle flotte allemande. Le prince Adalbert de Prusse, père de la marine allemande moderne, fut chargé de faire de cette idée une réalité.

                        Les idées d'Adalbert furent acceptées avec scepticisme par son frère aîné, le roi Friedrich Wilhelm IV. L'achat de la baie de Jade (qui deviendra plus tard Wilhelmshaven) donna à la Prusse les installations nécessaires pour créer une flotte suffisamment importante. De plus, la prise du Holstein pendant la seconde guerre de Schleswig allait s'avérer être un lieu idéal pour les constructions navales allemandes. La création du Germaniawerft donna aux marines de la Confédération de l'Allemagne du Nord, puis de l'Empire Allemand, deux avantages majeurs : l'innovation et la rapidité de construction.

                        Jusqu'au début de la Grande Guerre, l'Empire Allemand utilisera sa flotte comme un moyen d'exercer sa puissance dans le monde entier. La plupart des navires allemands étaient alors de conception novatrice et avant-gardiste, en particulier les destroyers et croiseurs légers qui étaient considérés comme les meilleurs au monde. Il ne faut pas non plus oublier les sous-marins allemands dont les capacités étaient pratiquement inconnues des Britanniques et des Français.

                        Pendant la Première Guerre mondiale et contrairement à ce que Friedrich von Ingenohl avait espéré, la Hochseeflotte n'a pas vraiment pu prendre part à des batailles décisives, à l'exception de celles de Dogger Bank et de Gotland en 1915 et bien sûr de celle du Jutland en 1917. La Kaiserliche Marine passa une grande partie de la guerre dans les ports tandis que les U-Boots tentaient d'influencer du mieux qu'ils pouvaient la guerre. La supériorité numérique britannique s'est avérée trop importante pour la flotte Impériale, situation faisant echo au cauchemar qu'avait été la première guerre de Schleswig. Certains pensent que la marine allemande n'avait aucune chance face à la Royal Navy mais d'autres estiment que c'était surtout la faute de l'Amirauté allemande, le plus simple pour trancher ce débat sera de refaire l'histoire dans Fields of History !
                        Que ce soit pour la Kaiserliche Marine ou pour toute autre marine, nous avons procédé exactement de la même manière que pour la Royal Navy. En nous basant sur les archives nationales et de nombreuses sources, nous avons reconstituée aussi fidèlement que possible la marine allemande. Comme d'habitude, vous pourrez réorganiser votre marine comme bon vous semble et vous retrouverez pour chacune, la même structure organisationnelle (Half-Flotillas, Flotillas, Squadrons et Grand Squadrons) que nous vous avions présenté dans notre précédent Devlog.
                        La volonté allemande ne se limitait pas uniquement qu'à rivaliser avec la Grand Fleet de la Royal Navy. L'Empereur voulait également que la Kaiserliche Marine étende son influence dans les colonies. La plus importante des forces navales non européennes des Allemands était sans aucun doute l'Escadre d'Extrême-Orient dirigé par le Vizeadmiral Maximilian von Spee, qui, dès le début de la guerre, a réussi à obtenir plusieurs succès en appliquant la guerre de course.
                        « Carte postale montrant le SMS Deutschland aux côtés du SMS Gefion avec le portrait du Prinz Heinrich von Preußen »

                        Cependant, l'Escadre d'Extrême-Orient fut rapidement menacé par les marines australienne et britannique et l'entrée du Japon dans la guerre aux côtés de la Grande-Bretagne mettra fin aux ambitions allemandes dans le Pacifique. En conséquence, von Spee ne pu empêcher la reddition allemande à Tsingtau le 7 novembre 1914.
                        Vous pouvez voir ci-dessus un résumé de la Kaiserliche Marine dans le Naval Overview. Bien qu'elle soit numériquement inférieure à sa rivale, elle possède de nombreuses unités navales qui vous permettront de garder le contrôle de la Baltique. De plus, en raison de son programme d'armement naval, l'Empire Allemand a également de nombreux navires en construction qui seront les bienvenus pour renforcer vos flottes.

                        Contrairement aux britanniques qui seront contraints de répartir leurs navires afin de protéger leurs lignes de ravitaillement, vous pourrez opter pour différents choix. Vous pourrez par exemple protéger vos possessions coloniales ou ramener toute votre marine en Allemagne afin de dominer la Baltique, ce qui vous permettra de profiter de vos nombreux ports et chantiers navals pour approvisionner ou réparer vos navires.
                        Comme l'a dit Winston Churchill (lorsqu'il était le First Sea Lord de la Royal Navy) la marine allemande est un "luxe". Il ne tiendra donc qu'à vous d'imposer votre domination pour lui prouver le contraire. Une tâche qui sera compliquée mais pas impossible.

                        Après vous avoir présenté la Kaiserliche Marine et son organisation, nous ne pouvions résister à l'envie de vous donner un aperçu du menu de construction des unités navales dans Fields of History.
                        Parmi les navires en construction que vous pouvez voir se trouvent trois Dreadnoughts, le SMS Großer Kurfürst, le SMS Bayern et son sister-ship le SMS Baden ainsi que le croiseur léger SMS Graudenz qui fut d'ailleurs cédé à l'Italie après la Guerre en guise de réparation et commissionné par la suite dans la Regia Marina sous le nom de Ancona.

                        Lors de leur mise en service dans la Hochseeflotte, le SMS Baden et le SMS Bayern faisaient figures de véritables mastodontes. De ces deux imposants Super-Dreadnought, le SMS Baden, sous le commandement du Konteradmiral Franz von Hipper, fut désigné vaisseau amiral de la Kaiserliche Marine (remplaçant le SMS Friedrich der Grosse dans ce rôle) jusqu'à la fin de la guerre.

                        Afin de pouvoir aller plus en détails, nous vous expliquerons la construction des navires dans notre prochain Devlog.

                        Nous tenons également à remercier, comme pour la Royal Navy, les personnes qui ont méticuleusement rassemblé de nombreuses informations sur les marines du monde entier et plus particulièrement sur la marine allemande. Si vous souhaitez plus d'informations, nous vous recommandons de visiter les sites web suivants :Ce Devlog touche à sa fin, nous espérons que vous l'avez apprécié et que vous en avez appris davantage sur la situation et les enjeux maritimes de l'époque. Comme nous l'avons dit précédemment, le prochain Devlog portera sur la production navale des navires.
                        En attendant et malgré tout ce qui se passe avec le coronavirus nous continuions de travailler, en espérant que de votre de côté la situation ne soit pas trop compliquée à vivre et surtout qu'aucun de vos proches n'est malade. Prenez bien soin de vous et de votre famille. Auf Wiedersehen !
                        Dernière modification par Wolferos, 31-03-2020, 19h09.

                        Commentaire


                        • #72
                          On aura le droit à un carnet pour les marines Italiennes et Française? (voir deux carnets en un vu que la Marine Nationale n'était pas en bon état en 1914).

                          Commentaire


                          • #73
                            Envoyé par conqueror Voir le message
                            On aura le droit à un carnet pour les marines Italiennes et Française? (voir deux carnets en un vu que la Marine Nationale n'était pas en bon état en 1914).
                            Salut conqueror nous sommes contents de voir que la manière dont on a présenté les marines Britannique et Allemande t'a plu
                            Notre prochain Devlog concernera la construction des navires, par contre un carnet sur les marines Italienne et Française, pourquoi pas, peut être dans un Extra Devlog
                            Dernière modification par Wolferos, 02-04-2020, 21h21.

                            Commentaire


                            • #74
                              Généralement, je suis les nouvelles des mods et des jeux indépendants d'un coin de l’œil mais vu que vous essayer de vraiment présenter la complexité de la guerre de 1914 autrement que juste en faisant foncer des masses d'hommes plus ou moins bien équipés, vous avez largement attiré ma curiosité.
                              Dernière modification par conqueror, 03-04-2020, 00h40.

                              Commentaire


                              • #75
                                Envoyé par conqueror Voir le message
                                Généralement, je suis les nouvelles des mods et des jeux indépendants d'un coin de l’œil mais vu que vous essayer de vraiment présenter la complexité de la guerre de 1914 autrement que juste en faisant foncer des masses d'hommes plus ou moins bien équipés, vous avez largement attiré ma curiosité.
                                Pourtant, faire foncer des masses d'hommes plus ou moins bien équipés c'était pas le crédo favori du Général Nivelle ?
                                Merci conqueror pour ton message en tout cas, ça fait plaisir de voir des joueurs curieux de notre travail

                                Commentaire

                                Chargement...
                                X