Europa Universalis IV - Carnet de développement du 27 Août 2019



Aujourd'hui, quelque chose d'entièrement différent.

Nous vous présentons le patch 1.29 Mandchou !



La mise à jour 1.29 Mandchoue contiendra non seulement la compatibilité 64-bits ; mais aussi beaucoup de contenu gratuit pour l'Asie du Nord-Est. Au fil des quelques semaines à venir, je vous parlerai de ce à quoi vous pouvez vous attendre. Nous nous concentrerons bien sûr sur la Mandchourie ; mais la mise à jour touchera également la Mongolie, la Chine, le Japon, la Corée et des parties de l'Asie Centrale.

Avant d'y venir, je tiens à vous expliquer comment nous en sommes venus à cette mise à jour. Plus tôt dans l'année nous avons demandé à nos programmeurs de s'attaquer à la dette technique, tandis que Groogy et DDRJake s'attaquaient à notre mise à jour européenne. Il fallait du temps pour dessiner les contours de cette future mise à jour, ainsi il aurait été trop prématuré d'y atteler notre équipe de créateur de contenu ; nous avons donc décidé d'utiliser ce laps de temps pour produire un patch gratuit.
Nous pensions initialement sortir ce patch plus tôt dans l'année ; mais divers facteurs l'ont retardé et nous allons finalement le sortir en Septembre. Bien qu'il contienne quelques correctifs de bugs, il ne contiendra aucune des améliorations dont nous avons parlées jusqu'à présent (elles arriveront avec la mise à jour européenne). Je précise donc que je temps passé sur ce patch gratuit n'est en aucun cas du temps qui aura été pris sur le développement de la mise à jour européenne.

Maintenant que cela est dit, parlons de la Chine !

De nombreux joueurs, moi compris, n'ont pas été satisfait par l'équilibre apporté par les mécanismes de l'Empire de Chine du DLC Mandate of Heaven. Il est plus que fréquent dans la version 1.28 de voir un Ming stagnant et stable, et par conséquent un Extrême-Orient stagnant également. Les joueurs eux-même sont réticents à l'idée de s'emparer du Mandat car le jeu n'en vaut pas la chandelle. Quant à ceux qui décident de jouer les Ming, cela n'offre que peu de challenge.

Nous allons donc profiter du patch Mandchou pour revoir ces mécanismes. Nous voulons que le Mandat soit désiré et présente également un challenge et une expérience unique (que ce soit pour le Ming ou celui qui le convoite). Ce qui suit est une liste des changements que nous avons apportés :
  • Les nations voisines non-tributaires ne font plus baisser la valeur du Mandat
    • Cela permet d'éviter de perdre du Mandat en étant frontalier avec des grandes nations comme la Russie.
    • Cela signifie également qu'une nation qui s'emparera du Mandat des mains des Ming ne subira pas de perte drastique du Mandat
    • L'Empire continuera de gagner du Mandat en ayant des états tributaires, il est donc toujours avantageux de s'entourer de telles nations
  • L'Empire perd 0,03 de Mandat tous les mois tous les 5 emprunts. La banqueroute fait perdre 0,05 de Mandat tous les mois
    • L'Empereur est supposé apporter la prospérité en Chine, et non pas la pauvreté et la ruine.
    • Les opposants à l'Empire ont désormais la possibilité de s'attaquer à son économie afin de réduire son Mandat
  • Le déclin de la méritocratie est augmenté à -2 par an
    • En 1.28, le simple fait d'avoir des conseillers médiocres suffit à maintenir la méritocratie au maximum, ce qui fait que l'on ne s'en préoccupe jamais.
    • La méritocratie devient ainsi une ressource plus importante et rare, qu'il faut plus de temps pour accumuler.
  • Tous les 5 points de corruption, le mandat diminue de 0,05 par an
    • C'est assez clair. Un Empire corrompu n'est pas sain
  • A 0 de Mandat, la disponibilité des mercenaires n'est plus de -100% mais de -200%
    • A 0 de Mandat, le Ming ne devrait pas pouvoir recruter de mercenaires. Or c'était le cas en 1.28 avec n'importe quel modificateur (par exemple grâce aux doctrines Administratives), qui, couplé à une grande limite terrestre permettait de recruter de nombreux mercenaires.
  • Un mandat faible diminue désormais les effectifs, jusqu'à -50% pour un Mandat nul
    • Le Ming a un réservoir de troupes gigantesque. Il est difficile de l'affaiblir, surtout s'il choisit les doctrines de Quantité (ce qu'il fait souvent). Le nombre leur permet souvent de venir à bout d'adversaires face auxquels ils ont historiquement perdu.
    • Lors des périodes de déclin politique ou économique, les dynasties avaient du mal à lever des armées loyales et disciplinées. C'était un autre indicateur du fait que la dynastie risquait de perdre le Mandat.
  • Un Mandat élevé diminue désormais la lassitude de guerre, jusqu'à -0,03 par mois
    • Cela récompense un Empire fort par la possibilité de mener des guerres prolongées.
    • Quand une dynastie détient fermement le Mandat, le peuple est convaincu que les horreurs de la guerre vont passer et que l'Empereur sera victorieux.
  • Deux nouvelles personnalités ont été ajoutées, exclusives à l'Empereur de Chine. Charitable augmente le Mandat tandis que Mesquin le réduit
    • Basé sur les concepts confucéens du Ren. Un Empereur vertueux moralement est au coeur d'un Empire en harmonie.
  • Ne pas contrôler Pékin, Nankin et Canton réduit le Mandat de 0,05 par mois pour chacune de ces cités.
    • Cela rajoute un nouvel élément tactique et stratégique lorsque vous affrontez ou défendez l'Empire. Vous pouvez affaiblir le Mandat en assiégeant ces villes-clefs, et l'affaiblir encore en vous en emparant dans un traité de paix. L'Empereur doit veiller à les conserver.
  • Le désastre de la frontière nomade non-protégée prend désormais en compte le développement des sujets des hordes
    • Il n'est plus nécessaire à une horde qui souhaiterait s'en prendre à l'Empire de détenir de vastes territoires. Les vassaux et marches peuvent être utilisées pour augmenter votre puissance à cette fin
  • Une méritocratie basse augmente votre corruption,jusqu'à 0,1 par an pour une méritocratie nulle. Une méritocratie élevée réduit la corruption à un degré équivalent
    • Un Empire Ming ou Qing dirigé par le joueur sera sans doute expansionniste. Cela réduit l'impact de la corruption liée aux territoires. Et permet aussi de réduire la perte de Mandat liée à la corruption.
    • La méritocratie représente l'efficacité de la bureaucratie confucéenne. Des bureaucrates corrompus n'administrent pas efficacement.
  • L'Empire gagne 0,05 de Mandat par mois lorsqu'il utilise le casus belli d'unification de la Chine, et les nouveaux Empereurs gagnent 0,05 de Mandat par mois pendant 20 ans. Une nation qui s'empare du Mandat commence à 60 de Mandat et de méritocratie.
    • Cela permet d'aider les nations qui viennent de s'emparer du Mandat
  • De nombreux événements ont été retravaillés. Je n'entrerai pas dans les détails mais nous avons veillé à ajouter une option affectant le Mandat à de nombreux événements.

En plus de cela, nous avons conçu deux chaînes d'événements avec un impact fort dans sur l'Empire du Milieu.



Bien que les Ming aient été finalement défaits par la conquête mandchoue, leur effondrement avait commencé bien avant l'invasion. Des catastrophes et une mauvaise gestion par la dynastie Ming conduisirent à une grande révolte paysanne dans les années 1630, conduite par Li Zicheng. Li Zicheng remporta de nombreux succès, ses forces remportèrent plusieurs victoires face aux armées ming et il captura Pékin en 1644, se proclament Empereur de la dynastie Shun. Juste à ce moment-là, les Mandchous récemment unis décidèrent d'envahir la Chine, sous prétexte de déposer Li Zicheng. Nous parlerons plus en détail de l'invasion mandchoue la semaine prochaine, pour l'instant concentrons-nous sur la crise interne des Ming.

La crise de la dynastie Ming est un nouveau désastre qui offrira un challenge au joueur Ming et conduira bien souvent l'IA Ming à son effondrement. Il peut apparaître à n'importe quel moment après l'age des découvertes, si le Ming a un faible Mandat ou l'a tout simplement perdu. Quand il intervient le Ming reçoit des pénalités sur son moral terrestre, le coût des technologies et l'agitation, en plus de perdre de la stabilité, du Mandat et de recevoir de la corruption. Des événements feront régulièrement apparaître des révoltes de paysans. Cela va être un moment difficile pour les Ming. Ils doivent restaurer leur Mandat par tous les moyens possibles, ou en subir les conséquences.
Si un groupe rebelle parvient à occuper 10 provinces dans une région de la Chine (Chine du Nord, Chine du Sud ou Xinan), un événement fera apparaître une nation sécessioniste. Dans le Xinan, le protectorat du Yunnan (représenté par Dali) demandera son indépendance, qui pourra être acceptée au prix d'un impact sur le Mandat, ou refusée au prix d'une guerre sanglante. Dans le Sud les gouverneurs locaux prendront les choses en main, défiant l'autorité de l'Empereur et levant leurs propres armées pour restaurer l'ordre. Les nations Wu et Yue apparaîtront et une fois encore il faudra choisir entre l'indépendance ou la guerre. Dans le Nord il n'y aura pas de tel choix. Les rebelles prendront le pouvoir et déclareront que les Ming ont perdu le Mandat du Ciel, proclameront la dynastie Shun et partiront en guerre contre les Ming. Les états du Sud peuvent jouer un rôle dans l'ascension de la dynastie Qing, représentant les Trois Feudataires dont nous parlerons la semaine prochaine.
Les joueurs ming doivent donc conserver jalousement leur Mandat, au risque de sombrer dans la ruine et l'oubli.



Un autre obstacle au règne des Ming est intervenu bien plus tôt. En 1444 les Oirats avaient consolidé leur puissance sous le règne du seigneur de guerre Esen Taishi (plus sur les Oirats la semaine prochaine). En 1449 il mena une invasion de la Chine, captura l'Empereur lors d'une bataille et fût à deux dois de s'emparer de Pékin. Ces événements sont connus sous le nom de crise de Tumu, et sont désormais une chaîne d'événements dans EU IV.
Tandis que les Oirats commencent la partie en refusant de payer leur tribut à l'Empereur, ils se retrouvent souvent en guerre contre ce dernier. Les Ming recevront alors un message leur signalant que l'Empereur a décidé de conduire les armées personnellement, faisant de Yingzong un (très mauvais) général. Si les Oirats remportent une victoire contre une armée commandée par l'Empereur, un événement viendra renforcer leurs facultés de combat et de siège, tandis que les Ming perdront du Mandat et de la stabilité (en plus de se retrouver en régence). Partant de là l'objectif des Oirats est d'assiéger Pékin avant l'avènement d'un nouvel Empereur.
S'ils venaient à y parvenir, grande est la récompense : ils occuperont immédiatement toutes les provinces du Nord de la Chine, ce qui leur procurera assez de score de guerre pour bénéficier d'une paix avantageuse. La capture de Pékin peut aussi causer une grande perte de Mandat pour les Ming.
Ainsi en poursuivant ces objectifs les Oirats peuvent commencer leur campagne sur les chapeaux de roues, pour ensuite potentiellement restaurer la dynastie Yuan.

Nous avons eu tout le loisir d'observer l'impact apporté par ces changements et nous sommes très satisfaits du résultat. Dans la version 1.29 du jeu, le Ming reste intact jusqu'à la fin du jeu dans moins d'un tiers des parties, les autres parties voyant l'émergence des Qing, une Chine éclatée, l'émergence d'une nouvelle dynastie (les Shun et Wu sont les plus fréquentes) ou encore l'installation opportuniste des Européens. J'ai même pu voir une Chine moghole deux fois. Le résultat est donc bien plus dynamique et moins prévisible. Dans les mains d'un joueur le Ming reste la nation la plus puissante du jeu ; mais elle fait face à de nouveaux dangers.

Nous sommes très contents d'avoir enfin pu parler de ce patch 1.29 Mandchou. Je continuerai d'en parler durant les semaines à venir, jusqu'à sa sortie en Septembre. Notre prochain carnet se focalisera sur la carte, les Mandchous et les Mongols.

Vous pouvez discuter de cet article sur le forum en cliquant ici