X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • [Philo & Robots] The Talos Principle - Présentation & Critique






    Sortie - 11 décembre 2014
    Développeur - Croteam
    Genre - Philosophie, énigmes & robots à foison
    Plateformes - PS4, Android, PC, Mac et Linux

    Chargement de session bibliothèque… ... Terminé
    Montage disques locaux ...… [47 millions] ressources distribuées trouvées
    Connection lecteurs réseau… ... Erreur : réseau inacessible
    Session d'’Archive de bibliothèque prête.
    > liste
    Recherche de ressources en cache local…
    [admin@local]

    Connaissez-vous le concept de vallée de l'’étrange ? Non ? C'est un postulat un peu ironique en robotique qui décrit le doute profond que l’'on ressent lorsqu’'une machine est trop humanoïde et que l’'on est tiraillé entre le visage et le corps que l’'on voit, qui nous poussent à traiter le robot comme un humain, et la tâche mécanique qu’'il exécute, qui de toute évidence est artificielle.
    Il existe une belle courbe qui montre qu’'au-delà d’'un certain seuil de réalisme, un robot cause doute et malaise chez son interlocuteur humain. Mieux vaut donc, pour notre santé mentale, fabriquer des robots avec de vrais airs de boîtes de conserve. Mais… que ressentirait un robot doté de conscience face à une intelligence artificielle capable de le simuler affirmant être son père ? C’'est ce que The Talos Principle nous fait découvrir.


    GAMEPLAY
    - ROBOTO ERGO SUM ? -

    > Chargement supériorité_esprit_matière.eml…
    The Talos Principle vous met devant deux fils conducteurs d’'énigmes. D’'une part, des énigmes logiques, avec portes à ouvrir, interrupteurs hors de portée et conducteurs de rayons laser, le tout pour débloquer de mystérieux sigils. D'’autre part, des énigmes philosophiques vous mettant aux prises avec ELOHIM, votre créateur autoproclamé, et une intelligence artificielle aux intentions troubles, le SERPENT. Et de temps à autre, divers puzzles plus ou moins difficiles ponctueront votre chemin.
    Les énigmes logiques sont bien calibrées, commençant doucement pour vous familiariser avec nos outils de résolution d'’énigmes. Puis… elles deviennent de plus en plus complexes, vastes, ardues et demanderont une certaine expérience, beaucoup de réflexion et un brin de créativité pour relever le challenge.
    Les énigmes vous demanderont de vous servir d’'outils aux principes simples, mais dans les faits très complexes à gérer. Un petit panel comprend :
    > la programmation d'’un double de soi-même dans un présent alternatif (ouf ! vous apprendrez à redouter ces énigmes-là !)
    > la conduction de rayons laser
    > le brouillage de champs électriques
    > et d'’autres joyeusetés que je ne dévoilerai pas
    En revanche, les énigmes philosophiques rentrent directement dans la catégorie poids lourd, et il y a fort à parier que l’'intelligence artificielle vous mettra en butte à vos contradictions. Parlant du SERPENT, je ne peux pas résister à l’'envie de parler -– sans spoilers aucuns, ELOHIM soit témoin -– du background...

    BACKGROUND
    - LE BON, LA BRUTE ET LE ROBOT -
    > Chargement assistant bibliothèque @1.022 Milton…
    Si depuis le début de l’'article les références à Descartes se multiplient, ce n'’est pas le seul philosophe à intervenir discrètement dans The Talos Principle. La base de données de l'’ordinateur parle philosophie antique, les mails de ses concepteurs dissertent de John Milton (l'’auteur du Paradis perdu, tiens tiens ?) et divers théoriciens assument leur avis, pour ou contre la robotisation du monde.
    C’'est sur ce matelas dense de réflexions que se tient l'’histoire du principe de Talos. Vous avez beau être seul dans la guerre d'’influence de ’ELOHIM et du SERPENT, vous vous rendez rapidement compte que vous n’êtes pas le premier : les graffitis laissés par d'’autres robots, désespérés par les énigmes, intrigués par le monde et par ELOHIM, cherchant les failles dans le code, bref, agissant comme vous, font vivre efficacement ce monde sans jamais apparaître.



    PRINCIPE PHILOSOPHIQUE
    - COMBIEN DE ROBOTS FAUT-IL POUR CHANGER UNE AMPOULE ? -

    Les énigmes résolues dans le jardin des mondes cachent en réalité parfois d'’autres énigmes qui font passer les plus difficiles des premières pour de simples labyrinthes de paquets de céréales. Et, une fois cette seconde couche d’énigmes dévoilées, risque bien de s’'en cacher une autre, et au final c'’est l’univers entier qui se retrouve embarqué dans une sorte de puzzle gigantesque. Si en apparence les quelques 120 énigmes se résolvent toutes en une quelques dizaines d’'heures, finir le jeu demande certainement une centaine d'’heures de jeu.


    ÉVALUATION TECHNIQUE (PC) & BILAN

    Gameplay - Bien. Simple et intuitif, quelques passages montrent toutefois les limites de la précision autorisée par le jeu.
    Optimisation - Bien. Un seul CTD en quelques dizaines d’'heure de jeu.
    Graphismes - Eh bien, jouant sur un Ordilib’ en fin de course vieux de six ans, la résolution basse se porte très bien, merci. La haute résolution a l’'air vraiment magnifique.
    UI & Interface - Très bien pensée et légère, l'’interface participe vraiment à l'’immersion et au plaisir de jeu.
    Musique - Bien. Discrète, sans être prenante, elle se marie bien à l'’atmosphère du jeu.
    Durée de vie - Au moins quelques dizaines d’'heures.
    Prix - C'est le plus gros point faible du jeu : 40 euros, c’est beaucoup trop ! Mais acheté en solde pour 10 euros, c’est une occasion à ne pas manquer. La valeur réelle du jeu se situe entre 20 et 25 euros.

    Il est tentant de comparer The Talos Principle à la célèbre série des Portal. Il en tient beaucoup et l’'assume (comme avec les posts des développeurs intitulés The Cake Is Not A Lie). La différence majeure est qu’'il se prend beaucoup plus au sérieux. C’'est un Portal que l’'on aurait laissé un peu trop longtemps tout seul pendant sa croissance, et qui aurait viré un peu mégalomaniaque et perfectionniste, et dont l’'humour aurait versé dans le sarcasme piquant. Le jeu garde quand même un humour discret dans les dialogues, entre révélations philosophiques et punchlines du SERPENT.

    La finition de l’'univers en fait un vrai bijou de design, et la critique ne s’'y est pas trompée. Il a partout entre 80 et 95 % de votes positifs, surtout sur Steam, ce qui démontre aussi que le jeu n'’a pas menti sur la hype. Si je peux me permettre de reprendre un reproche de jeuxvidéos.com qui déplorait le peu d'’importance des dialogues avec le SERPENT, il s’avère que si, résoudre les énigmes philosophiques est essentiel pour avancer. Seul son prix empêche de le considérer comme un achat d’'office pour tous les joueurs assoiffés de réflexion et de philosophie, mais il reste un pur morceau d'intelligence à savourer.

    Dernière modification par Lord Perhaps On The Roof, 28 September 2016, 22h53.
Chargement...
X